• La Gloriette
  • AZG
  • La Gloriette
  • AZG

5 minutes à English-sur-Loire, épisode #6

Facebook
Twitter
Email

Cette nouvelle chronique vous entraîne dans les méandres de la langue anglaise et dans les failles de son enseignement qui font que les Français sont pour la plupart des quiches en anglais !

L’équipe de linguistes de l’école tourangelle English-sur-Loire s’attaque rien que pour vous, lectrices et lecteurs d’Info Tours, avec rigueur et bonne humeur, aux monstres les plus dangereux de la langue anglaise. Ensemble, nous les vaincrons un à un. Enjoy!

Le monstre de la semaine : la famille Ould !

Quand on voit suer à grosses gouttes des générations entières d’élèves en anglais sur la gestion de ces trois frères bizarres, on se dit que ça doit être une sacrée famille de psychopathes, les Ould. Les Ould sont des modaux, c’est comme des vrais gens, sauf qu’eux habitent coincés entre des sujets et des verbes.

Un couple sans histoires

Pourtant, tout avait bien commencé. Monsieur et Madame Ould étaient un couple très conventionnel. Ils avaient prévu d’avoir deux enfants, pas un de plus, pas un de moins. Et de leur donner des prénoms par ordre alphabétique. Un beau jour, le ventre de Madame Ould s’arrondit et bientôt naquit Charles Ould, plus connu sous le diminutif de Could.

L’aîné : Charles Ould, «Could» pour les intimes

Comme c’est une famille très traditionnelle, l’aîné a tous les pouvoirs. Et aussi le savoir. Facile pour vous de retenir les deux traductions de ce modal : pouvoir ou savoir (lorsque que «could» est suivi d’une compétence physique ou intellectuelle, comme dans «When I was 4 years old, I could not swim.»

Pas de bol tout de même : Could souffre de troubles de la personnalité et peut donc changer de traduction en français, avec trois temps de conjugaison possibles :

> You could not open the door : tu n’as pas pu ouvrir la porte, tu ne pouvais pas ouvrir la porte, tu ne pourrais pas ouvrir la porte.

Bref une chatte n’y retrouverait pas son veau, mais en règle générale, le contexte devrait vous aider à choisir la meilleure des trois traductions.

Le 2e enfant : Shaun Ould, «Should» pour les intimes

Comme ça devait être le dernier, Monsieur et Madame sont allés très loin dans l’alphabet. Et comme tous les 2e dans les familles très traditionnelles, Shaun DOIT la fermer et obéir à ses parents et à son aîné. Bon moyen de se souvenir qu’il correspond au verbe devoir. Au conditionnel.

> You should buy a new car : Tu devrais acheter une nouvelle voiture.

Au passage, le verbe «falloir» n’ayant pas d’équivalent en anglais, c’est ici qu’il va falloir (ah ah) mettre aussi l’expression «Il faudrait».

> You should buy a new car : Il faudrait que tu achètes une nouvelle voiture.

Le petit dernier : William Ould, «Would» pour les intimes

En voilà un qui n’aura pas échappé au syndrome du petit dernier : tout le temps à bras, il hurle à la mort dès qu’il se retrouve tout seul ! C’est pour ça que sans son verbe derrière, il n’existe pas vraiment. Ainsi, autant ses deux ainés sont traduisibles en français, autant lui ne l’est pas :

> I would buy this house if I had the money : J’achèterais cette maison si j’avais les moyens.

On pense à tort que «would» signifie «vouloir». C’est souvent à cause de l’expression «I would like» qu’on nous inflige sans nous montrer sa mécanique trompeuse. Présentée comme voulant dire «Je voudrais», elle pousse au crime : «voudrais» a des similitudes avec «would», ce qui laisse penser que «would» c’est vouloir, alors que dans cette expression, c’est bien «like» qui veut dire vouloir, «would» n’étant que la terminaison du conditionnel en «-rais».

Evidemment il y a une exception : «would» peut se traduire par «veuillez» dans des expressions comme «Would you please close the door» («Veuillez fermer la porte s’il vous plaît.»)

Enfin, on trouve parfois «would» pour traduire un imparfait d’habitude assez formel, équivalent de «used to» : «Each time she visited me, I would offer her a cup of tea.» Mais pour éviter les ennuis, oubliez cette rareté pour le moment.

Focalisons-nous sur le conditionnel

En prenant tout ceci à l’envers, c’est-à-dire en partant du français (on a le droit après tout), on peut dire que pour traduire le conditionnel du français, on aura toujours besoin de la famille Ould : tous les verbes se construisent avec Would, sauf «Devoir» (Should) et «Pouvoir» (Could).

La prochaine fois, on vous parlera des mots en «any», en «some», en «every» et en «no». En attendant, relisez nos 6 premiers épisodes et prenez un peu de temps libre bien mérité. Ou mettez-vous au japonais pour vous détendre un peu.

_____________________________________________________

English-sur-Loire est une école de langues 100 % tourangelle, fondée en 2003, qui propose des cours d’anglais, de français (langue et littérature), de français langue étrangère, d’espagnol et d’allemand. Pour les débutants, les nuls, les moyens et les forts, de 9 à 99 ans, seuls ou à deux (les scolaires, collégiens et lycéens se verront proposer des mini-groupes de 3 ou 4 élèves). 2 place François Sicard à Tours, sur rendez-vous uniquement. 02.47.05.34.68 / [email protected]

Retrouvez la collection complète des 5 minutes à English-sur-Loire

Episode 1 > Le Preterit

Episode 2 > Le present perfect

Episode 3 > La structure interrogative

Episode 4 > Comment dire l’heure

Episode 5 > Les verbes irréguliers

Facebook
Twitter
Email
  • Agenda

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Agenda
Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !