A la unePolitique

Tours Métropole : 400 000 masques en fabrication à Saint-Avertin

 

Afin de préparer le déconfinement, Tours Métropole a commandé 400 000 masques à Médical Z, une entreprise basée à Saint-Avertin, afin d’équiper les habitants des 22 communes de son territoire. Un sujet pris au sérieux, au sein d’une période compliquée où la collectivité doit gérer elle aussi la crise sanitaire.

« On est entré dans cette crise un peu brutalement. »

Ces mots, ce sont ceux de Philippe Briand, le président de Tours Métropole. « La situation n’est pas facile car la Métropole est aujourd’hui une institution non installée avec des élus sortants qui ne se représentaient pas, d’autres qui ont été battus en mars dernier, ou encore certains en attente du 2e tour. Il y a un vide juridique qui fait que le Président gère avec des pouvoirs un peu étendus » explique Philippe Briand, dont l’institution comme toutes les collectivités locales doit faire face pourtant à la crise actuelle. Pour parer à cela, un conseil communautaire se tiendra extraordinairement le 06 mai, à huis-clos, afin de valider des décisions budgétaires nécessaires.

D’ici là, la Métropole ne reste pas inactive. La gestion de l’eau, de l’assainissement ou encore le ramassage des ordures ménagères ont été assurés grâce aux équipes sur le terrain, mentionne Philippe Briand qui salue leur dévouement. « Pour le ramassage des déchets, nous avons 80% des équipes qui travaillent et le reste c’est notamment pour des questions de garde d’enfants qu’ils ne viennent pas. Je tiens à tous les saluer » précise-t-il.

Les services de la Métropole, ils devraient reprendre leur fonctionnement dans leur ensemble à partir du 11 mai prochain. « Nous allons instaurer des mesures de prévention comme la prise obligatoire de température à l’arrivée sur poste. »

400 000 masques commandés

D’ici là, l’une des urgences traitées c’est celle des masques. La collectivité s’est engagée à en fournir 400 000 sur l’ensemble des 22 communes de son territoire pour les habitants. « Le véritable enjeu était pour nous de pouvoir en avoir rapidement, nous nous sommes tournés vers une entreprise locale » explique Philippe Briand.

Cette entreprise, c’est Médical Z, basée à Saint-Avertin et spécialisée initialement dans des vêtements médicaux sur-mesure, notamment pour les grands brûlés. La société avait été, dans un premier temps, retenue par la ville de Saint-Avertin pour produire 17 000 masques pour la commune, avant que Tours Métropole ne prenne le relais. Depuis lundi, les ateliers de production ont basculé dans la fabrication des masques commandés par la collectivité. « Nous avons 21 employés qui ont accepté de revenir pour cette mission » précise Marc Roudeillac, le responsable du site de cette entreprise ayant aussi une antenne à Houston aux États-Unis.

Atelier de fabrication des masques à Médical Z
Atelier de fabrication des masques à Médical Z

« Il a fallu revoir tous nos process de fabrication car nous avons l’habitude de faire du sur-mesure, des pièces uniques, là nous faisons des séries, sur un produit qui n’a rien à voir avec ce que l’on fait habituellement » poursuit-il. Et pour réaliser ces masques, rien n’est laissé au hasard : la norme est double Afnor et IFTH, validée par le CHU de Lille mais aussi la Direction Générale de l’Armement (DGA) qui juge la conformité des produits, une étape obligatoire nous explique-t-on et qui peut prendre 10 jours.

« Je tiens à saluer les initiatives solidaires des couturières bénévoles qui fabriquent des masques en tissu, car ils ont une vraie utilité, mais en tant que collectivité, si on distribue des masques, il faut que l’on réponde à des règles strictes, afin de garantir la sécurité sanitaire » avance de son côté Philippe Briand pour expliquer ces points de validation précis.

IMG_8558
IMG_8601

Du côté de Médical Z, on explique ainsi avoir notamment pris soin de sélectionner précisément le tissu servant aux masques. Ces derniers seront triples, à base de popeline et de polaire, afin d’être le plus efficaces possible. Et tous de rappeler que si ces masques sont un outil supplémentaire aux gestes barrières, ils ne sont pas cependant un remède contre le virus. « Comme c’est du tissu, au bout d’une dizaine de lavages, les mailles se détendent et les masques sont donc moins efficaces » nous explique-t-on. Une vérité valable pour tous types de masques en tissu d’ailleurs. Des masques qui protègent dans la limite de 3 à 4 heures, délai au-delà duquel il convient de le laver à 60° avant de le réutiliser.

IMG_8541

« Nous fournirons un masque par habitant, mais je rappelle que ce n’est pas suffisant, chacun devra par ailleurs s’équiper de plusieurs masques de la sorte » précise le président de Tours Métropole.

Le coût des 400 000 masques s’élève à 2 millions d’euros, pris en charge pour moitié par l’intercommunalité et pour moitié par le Conseil Départemental. Ils seront distribués progressivement à partir du 11 mai dans les 22 communes membres de Tours Métropole, sous la responsabilité des villes qui organiseront chacune leur mode de distribution.

Afin d’assurer un tel résultat, Médical Z fait donc tourner ses ateliers 6 jours sur 7, avec une capacité de production de 1500 masques par jour, et confie une partie de la production à un de ses ateliers en Tunisie qui peut de son côté produire entre 15 000 et 20 000 pièces par jour.

Print Friendly, PDF & Email