A la uneSociété

« On ne veut pas attendre que la Rotonde se dégrade »

Le gymnase de la Rotonde composé de 6 terrains. (c) Pascal Montagne - image d'archives

Alors que la dernière version du projet de rénovation du Sanitas a été présentée il y a une dizaine de jours par les élus de la ville et de la Métropole, sur place, des questions demeurent. Nous sommes allés rencontrer des acteurs du quartier pour leur demander leur avis. Pour le premier article de notre série, nous sommes allés au gymnase de la Rotonde qui est promis à la destruction d’ici quelques années.

Avant de poursuivre, lire sur Info Tours : « Sanitas : Un projet de rénovation à 128 millions d’euros »

Le gymnase de la Rotonde composé de 6 terrains. (c) Pascal Montagne - image d'archives
Le gymnase de la Rotonde composé de 6 terrains. (c) Pascal Montagne - image d'archives

Concerné par le projet de rénovation du quartier du Sanitas, le gymnase de la Rotonde est promis à la destruction. Cet ancien entrepôt de la SNCF rénové en 1962 en gymnase, a vécu et semble avoir fait son temps. Pourtant, l’espace qu’il propose avec pas moins de 6 terrains, plus des salles annexes, fait encore le bonheur d’associations. L’ASPO tennis a gardé un terrain, tandis que les Apaches, le club de roller-hockey y ont élu domicile, tout comme le Bike-Polo. Les scolaires et les associations de quartier (comme Sanitas 2000) l’utilisent également. Un mélange d’associations sportives variées aujourd’hui dans l’incertitude quant à leur avenir.

« Aujourd’hui on ne trouve pas d’équivalent à la Rotonde dans ce qui est proposé »

Rémy Dutour, président du Tours Bike Polo (c) Pascal Montagne

Le gymnase doit en effet être détruit dans le cadre du projet de rénovation du quartier, un autre doit voir le jour au même endroit, mais plus petit, tout comme d’autres gymnases dans le quartier, au niveau de la place Neuve ou du Hallebardier. Si en surface totale, le quartier gagnera des m² sportifs, le projet ne séduit pas pour autant intégralement. « Aujourd’hui on ne trouve pas d’équivalent à la Rotonde dans ce qui est proposé » explique Rémy Dutour, le président du Tours Bike Polo.

Le secteur Rotonde devrait être le dernier impacté dans le planning prévisionnel par la rénovation du quartier, avec une destruction prévue au mieux en 2026. Outre la question du futur déménagement et du futur point de chute, la période d’attente d’ici 2026 inquiète également : « d’ici là, la structure va continuer à se détériorer ». Il faut dire que si le gymnase de la Rotonde répond à un besoin par l’espace proposé, le lieu est franchement devenu obsolète. Le soir de notre passage, de nombreuses flaques jonchent le sol, suite aux pluies de la journée qui se sont infiltrées par le toit. « C’est aberrant de laisser un tel endroit dépérir », nous dit un membre du club. Structure vieillissante et structure peu surveillée nous dit-on : « parfois c’est la zone, mais personne n’intervient. On n’a même pas un extincteur dans le gymnase pour éviter que des personnes extérieures s’en servent pour faire les cons. Des jeunes n’ont rien à faire donc ils viennent ici, au moins ils sont à l’abri, mais personne ne surveille et ils font parfois les cons. On espère juste qu’un jour il n’y ait pas un accident avec un jeune qui se blesse ».

Les joueurs de Bike Polo s'entrainent au Gymnase de la Rotonde
Les joueurs de Bike Polo s'entrainent au Gymnase de la Rotonde

Vers l’émergence d’un pôle glisse ?

Pour ne pas se retrouver coincés et être « acteurs volontaires et dynamiques », les adhérents du Bike Polo, portent un projet commun avec plusieurs disciplines nouvelles, liées à la glisse, Les Apaches ou les Nordiks, adeptes du roller-derby. « Nous avions un projet de « pôle glisse » sur l’Ile Aucard mais qui est tombé à l’eau avant l’abandon du skate-park sur ce lieu » poursuit Rémy Dutour. Aujourd’hui, les regards sont tournés vers les Appels à Projets Innovants (API) lancés par la ville de Tours sur 8 sites de la ville.

Relire notre sujet sur Info Tours sur les API de la ville de Tours

Le Bike Polo s’est positionné sur le projet concernant le hangar Col, quartier Febvotte, un vaste ancien entrepôt constitué de deux hangars jumeaux et ayant servi jusqu’en 2012 de boulodrome. Les membres du Bike-Polo y verrait bien un nouveau lieu de vie pour les sports moins visibles, une sorte de pôle de glisse couplé à d’autres activités. Une sorte de tiers-lieu, mixte, comprend-on, un peu à l’image du projet Darwin à Bordeaux, ouvert en 2008 et qui est devenu une référence en France, en associant des sports de glisse avec un skate-park, du co-working, un restaurant, une guinguette ou encore des associations.

Pour arriver à un tel lieu, il faudra convaincre, s’inscrire dans une équipe, rencontrer les différents intervenants dont des promoteurs et les convaincre du bien-fondé de la démarche et de son utilité pour pouvoir être suivis et faire partie des dossiers candidats qui doivent être rendus le 1er avril à la Mairie.

Print Friendly, PDF & Email