A la uneSociété

Le secteur du tourisme en plein marasme et avec lui toute l’économie régionale…

 

Lieux fermés au public, perspectives d’une saison morose, le secteur du tourisme subit fortement la crise du Coronavirus, alors même qu’une part de l’économie régionale repose dessus.

Avec 3,5 milliards d’euros de revenus estimés chaque année en Centre-Val de Loire, plus de 800 millions d’euros en Indre-et-Loire, le tourisme est un secteur majeur de l’économie locale et régionale. Pour bien comprendre le poids du tourisme dans le département, il ne représente pas moins de 10 000 emplois au plus fort de la saison touristique, soit près de 5% des emplois salariés dans le département.  Rien que sur le territoire de Tours Métropole, les taxes de séjours liées au tourisme sont de 1,5 millions d’euros par an. Une manne financière qui sera forcément moindre cette année, reste à savoir dans quelle mesure.

Plus d’un milliard d’euros de recettes perdues depuis le début du confinement

Le secteur du tourisme est ainsi multiple et regroupe les sites touristiques majeurs comme les châteaux de Chenonceau, Villandry, Amboise, des plus petits également mais aussi d’autres domaines d’activités comme l’hôtellerie et la restauration. Tous ces domaines sont aujourd’hui à l’arrêt complet alors que le printemps est d’ordinaire le début de la saison haute.

De quoi se montrer inquiets, surtout que bien que fermés au public, les coûts fixes restent importants avec l’obligation de conserver une certaine activité sur les lieux. Hors département, le ZooParc de Beauval estime ainsi ses pertes à hauteur de 15 millions d’euros suite au premier mois de confinement. Ce n’est pas le seul et pour certains, comme les petites structures, souvent gérées en famille, le manque à gagner peut mettre en péril certains lieux qui ne pourront peut-être pas survivre à une saison blanche ou quasi-blanche. Selon le Président régional, François Bonneau, c’est ainsi plus d’un milliard d’euros de recettes qui a déjà été perdu depuis le début du confinement.

Après une saison 2019 historiquement haute, notamment grâce au 500e anniversaire de la Renaissance, porté par la Région Centre-Val de Loire et qui a mis en lumière le territoire régional, le secteur du tourisme va ainsi connaître une récession sans précédent. D’autant plus que pour l’heure aucune date n’a été avancée pour la reprise de l’activité et la réouverture des lieux d’accueil du public.

Cet été je visite la France

Face à ce marasme, les professionnels du secteur en appellent aux réflexes citoyens une fois le déconfinement derrière nous. C’est le sens de #cetétéjevisitelaFrance, un hashtag lancé sur les réseaux sociaux en plein confinement, comme pour inciter les Français à profiter de l’été pour redécouvrir les paysages et territoires nationaux et soutenir ainsi l’économie locale, alors que les voyages à l’étranger seront au mieux fortement déconseillés, au pire interdits, voire les deux selon les destinations. Dans la région, plusieurs monuments et lieux publics ont rejoint ce mouvement initié par Patrimoine 2.0 et espèrent bien tirer avantage de l’image positive de tourisme doux qui colle au territoire régional, loin de celle du tourisme de masse côtier.

Le 15 avril dernier, Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’état au tourisme, tenait une conférence à distance avec des professionnels du tourisme de la région et a appuyé d’ailleurs sur ce point, rejoignant en ce sens les propos de François Bonneau pour qui « Le Centre-Val de Loire a dans son ADN l’alliance entre la culture et la nature. »

Le tourisme français donc pour panser les plaies d’une année 2020 morose et surtout pour tenter de limiter les pertes, d’autant plus que la clientèle étrangère, qui représente habituellement 37% des touristes risque elle d’être réduite à peau de chagrin.

Print Friendly, PDF & Email