A la uneCulture

Allotropiques : le festival qui veut surprendre

Le festival d’hiver proposé par l’ASSO, l’équipe derrière le Temps Machine et le festival Terres du Son, revient pour sa 4e édition jusqu’à samedi 1er février. Un festival assumé comme mutant qui risque une nouvelle fois de surprendre.

Si pour cette 4e édition, l’équipe du Temps Machine a décidé de resserrer sa programmation, les bases du festival initiées depuis 2017 ne changent pas. L’idée d’Allotropiques reste en effet de surprendre le spectateur, de lui proposer un temps fort décalé et original. Un événement aux multiples expériences jouant à fond la carte de l’intrigue et de la curiosité et l’occasion pour l’équipe du Temps Machine d’aller chercher de nouvelles expériences et de nouveaux lieux avec comme objectif de faire rencontrer artistes, public avec un lieu parfois atypique.

Parmi les nouveautés, notons un recentrement des soirées au Temps Machine, là où le festival avait pu proposer par le passé ses gros temps forts à Mame ou au Point Haut. Cette année, vendredi soir et samedi soir, c’est au Temps Machine qu’il faudra se rendre. Mais attention, l’équipe organisatrice ne souhaitant pas se contenter de soirées classiques, les lieux seront redécorés et réaménagés pour l’occasion avec pour thème le « Freak Show ». Pour l’occasion, les lieux seront confiés aux Filles du Jolivet, la coopérative d’accompagnement artistique dont nous vous parlions dans cet article. Elles auront carte blanche pour faire entrer les spectateurs dans un univers « freak ». Au programme notamment des Contre-visite de l’horreur, du mat chinois, une performance issue du spectacle Factice de la Cie 100 Issues, du lancer de couteau, de la danse circassienne… le tout dans un Temps Machine qui ouvrira TOUTES ses portes et ses différents espaces…

Côté musique, ces deux soirées s’annoncent particulièrement remuantes également avec en premier lieu les Naïve New Beaters qui amèneront leur folie sur la scène vendredi soir. The Mystery Lights seront aussi présents le même soir, tout comme Slift et les Tourangeaux de Toukan Toukan. Le lendemain, samedi soir, ce sont les LVOE, Frustration et Von Pourquery, le projet pop épique du jazzman Thomas Pourquery qui prendront le relais.

A noter que pour ces deux soirées des navettes retour sont mises en place. Elles circuleront depuis Le Temps Machine jusqu’à La Place Anatole France à 1h45 / 2H35 / 3H25.

Réservation sur place dans la limite des places disponibles, 2€ par personne.

Le festival sortira également de la salle jocondienne avec des projets atypiques. A la Chapelle Saint-Libert, chaque soir de 16h à 19H avec le projet IDR, inspiré du projet K.I.W.I issu de la première sélection JUMP dont nous vous avons parlé l’an passé.  Le public y est donc invité à déambuler au cœur d’un espace immersif, tandis que samedi 1er février aura lieu le concert final à 18h.

Autre création originale à voir, celle au Prieuré de Saint-Cosme jeudi 30 janvier à 19h. En partenariat avec le Centre Chorégraphique National de Tours (CCNT), le Temps Machine a en effet confié une carte blanche à la danseuse Claire Haenni et la musicienne Chloé Boureux (du groupe Grande) pour une performance inédite que les deux jeunes femmes ont préparé spécialement.

Samedi 1er février après-midi, le festival se démultipliera avec plusieurs temps forts. Du côté de La Parenthèse de Ballan-Miré (à 16h) avec un spectacle « Allo Cosmos », mélangeant danse, mapping vidéo, boucles électroniques et pensé pour les familles (accessible dès 4 ans). Autre lieu, autre ambiance, à Mame à partir de 14h avec des ateliers DIY autour de la musique et de la récupération et enfin à la Patinoire de Joué-lès-Tours où le public est invité à venir patiner et profiter des sons de DJ Squirrel (De 16h à 19h).

Vous l’aurez compris, cette 4e édition sera dense et fournie, à chacun de piocher dedans.

Toutes les informations et tarifs sur le site du Temps Machine.

Print Friendly, PDF & Email