A la uneCulture

Le Point Haut transformé en hall de gare

Une partie du décor de K.I.W.I

K.I.W.I c’est le nom de la création artistique qui est proposée en sortie de résidence ce jeudi soir au Point Haut à Saint-Pierre-des-Corps. Une création issue d’un collectif de 7 artistes tous membres de l’incubateur artistique JUMP.

Jump : un incubateur artistique

K.I.W.I c’est un projet issu de la 1ere « promo » de Jump, l’incubateur artistique lancé par quatre structures culturelles tourangelles : Jazz à Tours, L’Ecole supérieure d’art et de design (Ex-école des Beaux-Arts), le Théâtre Olympia et Ecopia. « L’idée est née d’un double constat, celui que nous travaillons tous chacun chez soi, en silo, et qu’il y avait des besoins en terme de dispositif d’insertion professionnelle.  Nous avons donc réfléchi à travailler à un projet pluridisciplinaire » explique Marie Chêne de l’école Jazz à Tours.

Avec l’idée de mieux accompagner des jeunes créateurs, les 4 structures se sont donc associées pour mettre en place, « JUMP », pour « J’ai un merveilleux projet », un incubateur artistique pluridisciplinaire. « L’axe est triple : Permettre un accompagnement professionnel collectif avec Ecopia, un volet accompagnement personnel et enfin la commande d’une création collective avec mise en situation ».

Les artistes de JUMP et leur coordinateur artistique
Les artistes de JUMP et leur coordinateur artistique

K.I.W.I : une création artistique originale et hybride, fruit de JUMP

C’est le fruit de ce dernier axe qui sera présenté ce jeudi soir au Point Haut, où les 7 artistes retenus pour cette première promo « JUMP » se sont installés en résidence ces derniers jours.

Sur ces 7 artistes, on retrouve trois musiciens, deux comédiens et deux plasticiens. « Ils sont partis d’une feuille blanche » explique de son côté Nikolas Chasser Skilbeck, coordinateur artistique du projet. « L’envie était de les amener vers leur propre chemin, que le groupe fasse corps autour d’une méthodologie de travail ».

Les artistes lauréats du dispositif JUMP

  • Clara Galet (plasticienne)
  • Justine Ghinter (plasticienne)
  • Valentin Pedler (musicien)
  • Antoine Layère (musicien)
  • Romain Noël (musicien)
  • Théo Jouanneau (auteur et metteur en scène)
  • Hélène Stadnicki (comédienne et metteuse en scène)

Rapidement née l’idée chez les artistes d’une pièce immersive sur la notion du voyage. Il en ressort une création hybride et nouvelle, fruit de la sommes des expériences de chaque artiste dans son domaine mais surtout du travail de groupe mis en place.

Nommée K.I.W.I, cette pièce sera présentée au Point Haut ce jeudi soir. Le spectateur, « le visiteur » comme préfèrent le nommer les artistes – pourra alors piocher dans les différents espaces mis en scène et créé son propre parcours. « Il n’y a ni début ni fin » prévient Théo Jouanneau, auteur et metteur en scène. Le visiteur pourra ainsi s’asseoir sur le banc des pensées ou entrer dans le bocal transparent, lire la gazette de K.I.W.I et d’autres choses encore… « C’est une espèce de déambulation avec un parcours libre »

Une partie du décor de K.I.W.I
Une partie du décor de K.I.W.I

Et après ?

Cette sortie de résidence clôt normalement l’incubation, mais elle n’est pas une fin pour autant. « Nous allons les accompagner jusqu’en décembre » précise Marie Chêne. De leur côté les 7 artistes ont envie de poursuivre le projet, en se structurant et en essayent de le produire. Une forme réduite sera proposée dans l’été à la guinguette de Tours, et une vraie première aura lieu à Mame le 27 septembre prochain… avant d’autres peut-être.

Et sur le bilan de cette incubation, les artistes d’apprécier le travail en groupe, loin de l’isolement qu’ils peuvent parfois subir habituellement. Une première mouture de JUMP rendue possible par la réponse au projet CULTUREPRO du ministère de la Culture, dont JUMP a été lauréat en 2018 et qui a permis avec en plus les soutiens de la Ville de Tours, de Tours Métropole Val de Loire, du Département et de la Région Centre-Val de Loire, de permettre de salarier les 7 artistes ainsi que Nikolas Chasser Skilbeck pendant ces 4 mois. « Ils ont pu travailler dans de bonnes conditions même si c’était intense » raconte Marie Chêne qui pointe néanmoins des possibilités d’amélioration à l’avenir. « Au départ c’était prévu pour durer plus longtemps, là on a réduit de février à juin, du coup la partie accompagnement professionnel a été un peu compressée. » Des axes d’amélioration qui seront dans les cartons pour la deuxième promo de JUMP qui devrait débuter en septembre 2020.

Print Friendly, PDF & Email