Société

PlaySafe ou comment sensibiliser les jeunes aux risques du VIH

PlaySafe c’est le projet de sensibilisation sur les risques du Sida porté par quatre étudiants tourangeaux, avec comme idée première de « sensibiliser autrement » les jeunes.

[fbvideo link= »https://www.facebook.com/playsafetours/videos/vb.1549199742011032/1687893568141648/?type=2&theater » width= »500″ height= »400″ onlyvideo= »1″]

La vidéo ci-dessus fait le « buzz » sur le réseau social Facebook depuis la semaine dernière. Avec actuellement plus de 227 000 vues, cette vidéo intitulée « Les 4 morts les plus débiles » ne laisse pas indifférente. A l’origine de cette initiative on retrouve donc « Playsafe », le projet universitaire mené par Léa, Clara, Tom et Bastien, quatre étudiants de l’IUT de communication de Tours. Un projet centré sur la prévention des risques du SIDA auprès des étudiants.

20160203_103353

« La vidéo est arrivée assez tard dans notre projet, on ne l’avait pas prévue au départ » nous expliquent Tom et Bastien. Accompagnés de Léa et Clara, ces étudiants tourangeaux travaillent depuis deux ans sur leur projet tutoré dans le cadre de leurs études. Un projet qu’ils ont voulu axer sur les risques du Sida auprès des jeunes. « Il y a des campagnes de prévention, mais on se rend compte qu’elles ont du mal à toucher les jeunes. Une étude montre par exemple que 42% des jeunes ne se sont pas protégés lors de leur dernier rapport » racontent-ils. Un constat qui les a amenés à réfléchir à ce sujet avec l’envie de « sensibiliser autrement » comme l’affirme le slogan de « PlaySafe ».

« Cette idée a beaucoup évolué, au départ notre projet était basé sur l’organisation d’un concert caritatif, puis on s’est dit que ce n’était pas suffisant, on a donc réfléchi sur les manières de sensibiliser autour de nous en amont de ce concert, mais sans que cela soit trop moralisateur ». Il ressort de ces réflexions plusieurs intentions : être ludiques et surprenants. Les quatre Tourangeaux préparent ainsi trois happenings pour dans les prochaines semaines à la fac de Tanneurs, aux Deux-Lions et à l’IUT de Tours-Nord. « On veut surprendre les étudiants par des opérations « buzz » pour mieux les impliquer sans leur forcer la main ». Pour le moment impossible d’en savoir plus sur le contenu de ces happenings , Tom et Bastien souhaitant garder la surprise : « Tout ce qu’on peut dire c’est que l’idée c’est de ne pas être dans un discours choc comme pour la vidéo, mais plutôt de jouer sur la surprise ». Pour financer ces trois opérations, les quatre compères ont mis en place une campagne de financement participatif : « de la réussite ou non de cette campagne dépendra également la forme des happenings. On pourra envisager plus de choses si on obtient les financements ».

Des actions de prévention qui ne sont qu’un premier acte du projet PlaySafe, le deuxième se déroulant au Temps Machine le 17 mars prochain avec l’organisation d’un concert caritatif pour l’association AIDES. « On avait contacté le Temps Machine l’an passé, à l’époque Rubin Steiner nous avait tout de suite suivi en nous proposant de mettre une salle à disposition. On a continué les discussions avec la nouvelle direction par la suite et on s’est mis d’accord sur une coproduction de la soirée. De notre côté on fait venir deux groupes « We are Match » et « Thylacine » et Travaux Publics programme le troisième qui sera « Last Train ». Pour le coup, on axera pas la soirée sur le côté « prévention », il n’y aura pas de discours ou de stands, on veut que les gens viennent s’amuser et profiter des concerts. Ce concert est uniquement pensé pour récolter des fonds pour AIDES ». 

Le volet prévention aura en effet été effectué avant par les happenings ou sur le net avec les vidéos. La première fut donc une belle réussite. « Nous voulions faire une vidéo choc et surprenante. L’idée était que ce soit une vidéo virale facile à partager avec un message fort et une chute percutante ». Une vidéo qui a séduit dans son ensemble expliquent-ils : « La grande majorité des avis sont positifs. Il y a eu quelques commentaires négatifs, mais même ceux-là ont permis au final d’entamer des discussions construites et de vrais débats sur le sujet ». Une opération réussie donc avec en prime une belle visibilité pour leur projet.

Un degré en plus :

> La page facebook de PlaySafe

> Le lien vers la campagne de financement participatif

Print Friendly, PDF & Email