Politique

Tensions au Parti Socialiste d’Indre-et-Loire

Mardi soir dernier à la ferme de la Milletière de Tours Nord, les socialistes s’étaient donnés rendez-vous pour entendre les prétendants au très convoité siège de premier secrétaire de la fédération PS d’Indre-et-Loire. Après l’éviction à sa propre succession, Michael Cortot, le « 1er fédéral » vient de sortir de son silence. Appelant à voter pour le candidat Francis Gérard, porteur de la motion B arrivée deuxième au congrès de Poitiers, le futur-ex premier secrétaire entend bien peser dans une élection qui n’a pas voulu de lui. Il dénonce les manœuvres d’un « clan » qui s’est mis au service du favori, Franck Gagnaire. C’est ce soir que se joue l’avenir d’un PS en proie aux fortes tensions internes.

« C’était à fleuret moucheté la réunion de mardi soir ». La brève analyse d’un élu PS de l’agglomération résume la réunion fédérale des socialistes qui s’est déroulée à Tours Nord. Après L’éviction de Michael Cortot, qui vit ses dernières heures comme premier secrétaire du PS 37, le 30 mai laissera des traces dans l’installation probable aux fonctions de Franck Gagnaire. Dans un communiqué envoyé aux adhérents PS ce mercredi, une vingtaine de militants signataires interpellent leurs « camarades » et expriment leur « indignation devant ce qu’il faut appeler, par son nom, le complot qui a poussé, lors du congrès fédéral du 30 mai, Michaël Cortot à retirer sa candidature à sa succession au poste de premier fédéral. Alors que son bilan avait été approuvé par près de 60% des votants ». Et de souhaiter désavouer « ceux et celles qui continuent d’avoir de la vie politique une vision revancharde, cynique, machiavélique, tout entière dédiée au gain de pouvoir au service d’intérêts personnels ». Ce communiqué envoyé la veille de la désignation du futur premier secrétaire est une première épine dans le pied de M. Gagnaire. Visé par procuration, le jeune trentenaire paye la guerre larvée qui dure depuis longtemps entre M. Cortot et Jean-Patrick Gille, député PS de Tours et entre pro-Gille et partisans divers de M.Cortot et que beaucoup d’élus socialistes ont toujours voulu minimiser.

Pourtant, l’avantage semble bien à Franck Gagnaire, du moins sur le papier, face au Jocondien « frondeur ». Les signataires du courrier souhaitent aussi « apporter tous les suffrages aux démocrates intègres que devraient être tous les socialistes ». Ces militants socialistes, tous issus de la motion A qui était arrivée largement devant au niveau national (+ de 60%), appellent à voter Francis Girard.

Ce soir encore au PS 37, la vie ne sera pas un long fleuve tranquille.

 

Print Friendly, PDF & Email