• CDNT
  • CDNT

Quelle politique sportive à Tours ? Rencontre avec l’adjoint aux sports, Xavier Dateu.

Salon Hifi - Leclerc Amboise
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Entre tensions dans certains clubs professionnels, attaques de la part du président du TFC, mais aussi volonté de fusions entre certains clubs de la ville, la rentrée pour Xavier Dateu, adjoint aux sports de la ville de Tours est plutôt chargée. L’occasion de faire le point avec lui.

37° : Quel regard avez-vous sur les récentes difficultés de l’UST et des Remparts de Tours, deux clubs phares pour la ville ?

Xavier Dateu : Comme vous l’avez dit ce sont des clubs phares, donc nous avons un regard attentif à commencer par les financements. Après ce qui se passe en interne ne nous regarde pas. Pour les Remparts de Tours, Je regrette simplement une chose : J’ai rencontré il y a quinze jours à ma demande le président Lhomme et Philippe Quinsac. Ils étaient exactement sur la même longueur d’ondes, qui était de promouvoir la SASP. M’apercevoir 15 jours après que tout le monde démissionne et qu’il y avait des tractations depuis un certain nombre de temps avec un nouvel entraîneur (ndlr : l’emblématique Bob Millette revenu à Tours cette semaine pour prendre en main l’équipe première des Remparts), je trouve le procédé un peu dommage. Je demande au club des relations franches et directes, sur ce coup-là, elles ne l’ont pas été.

Pour l’UST, je ne commenterai pas les démissions des entraîneurs, cela regarde le club, c’est une différence de point de vue entre les ambitions sportives des entraîneurs et la logique économique du club. En revanche, c’est un club qui a toujours été lourdement soutenu par la ville, nous sommes donc vigilants. Je rappelle que ce club est passé d’un déficit de 500 000 euros à 200 000 euros grâce à une subvention exceptionnelle de la ville de Tours à hauteur de 60 000 euros par an pendant cinq ans. Leurs problèmes financiers ne viennent pas de la municipalité mais de la baisse du sponsoring. La ville n’abondera pas de nouveau financièrement pour les aider.

37° : La ville ne volera pas systématiquement au secours des clubs en difficultés financières ?

Xavier Dateu : Il y a de mauvaises habitudes qui sont devenus des droits. Si un certain nombre d’infrastructures pensent que la gestion municipale des sports se fera comme auparavant, ils se trompent. Nous sommes très soucieux de l’argent public et nous demandons beaucoup plus de rigueur. La ville n’épongera pas les déficits éventuels des clubs si ceux-ci sont structurels.

« j’ai eu en face de moi des personnes qui étaient plus amoureuses de leur sport que de leur égo ».

37° : Vous parliez de sponsoring, le bon exemple ne vient-il pas du volley et du basket ?

Xavier Dateu : Nous avons un soutien fort pour ces deux clubs qui sont deux clubs rigoureux dans leur gestion, qui sont clairs dans leurs engagements et obtiennent donc des résultats satisfaisants. Le TVB est aujourd’hui le premier club régional tous sports confondus. Le bon exemple vient bien sûr du  TVBE (TVB Entreprises) présent depuis de nombreuses années et grâce à qui le TVB se porte bien. Le basket suit le même schéma.

37° : Vous avez impulsé la création de l’UTBM (Union Tours Basket Métropole) en arrivant à la Mairie. Vous êtes satisfait de l’évolution que cela a pris ?

Xavier Dateu : Nous avions deux clubs qui allaient se retrouver dans la même division, en concurrence, cela me semblait logique qu’il y ait une mutualisation pour se donner plus de moyens. Cela a pu se faire très vite parce que j’ai eu en face de moi des personnes qui étaient plus amoureuses de leur sport que de leur égo. Aujourd’hui cela fonctionne bien.

37° : Si le basket continue de gravir les échelons, il risque d’y avoir un problème de salle ?

Xavier Dateu : Oui à cause d’une mauvaise vision politique antérieure. Aujourd’hui dans une agglomération de 300 000 habitants, nous n’avons aucune salle entre 3000 et 8000 personnes pour accueillir un évènement international. On ne peut pas organiser de Final Four européen de volley-ball, ni de match de coupe Davis par exemple.

D’ici la fin du mandat, j’espère que le club de basket sera proche de la Pro B, il faudra certainement aménager les horaires avec le TVB pour la salle Grenon.

37° : Pourquoi le Grand Hall ne peut-il pas être une solution de secours ?

Xavier Dateu : Parce que c’est extrêmement coûteux. En plus il faudrait refaire le sol qui n’est pas de niveau. C’est une très belle salle de spectacles mais elle ne peut pas être adaptée.

37° : Y a-t-il un projet de nouvelle salle ?

Xavier Dateu : Je l’avais dit en arrivant, il manque d’une grande salle polyvalente, mais aujourd’hui les finances sont contraintes.

« Je ne sacrifierai pas des clubs amateurs et des clubs de quartiers sur l’autel des sports professionnels ».

37° : Jean-Marc Ettori, le président du TFC vous a directement accusé par voie de presse de ne pas faire assez d’efforts pour le TFC. Quelle est votre réaction ?

Xavier Dateu : Au sujet des attaques brutales que j’ai subies de la part de monsieur Ettori, je me dis que depuis qu’il est là, je ne suis pas le premier : entre Jean Luc Ettori, Olivier Pantaloni, monsieur Biancarelli, l’association TFC, le collège Corneille, etc… cela fait beaucoup. Je ne me considère pas responsable des problèmes de communication du président Ettori.

37° : Est-ce que la Mairie va mettre de l’argent notamment pour la pelouse et la vidéo-protection comme le réclame le président Ettori ?

Xavier Dateu : Il faut revenir aux responsabilités de chacun. La vidéo-protection par convention avec la ville de Tours est à charge exclusive de la SASP du TFC. Pour la pelouse, elle n’est pas pire que lors de son arrivée en 2013. Le seul crédit que je mets à monsieur Ettori c’est en effet les promesses financières à hauteur d’un million d’euros pendant cinq ans, faites par la précédente municipalité. Mais quand nous sommes arrivés, il n’y avait aucun crédit pour cela. A côté de cela on a fait des efforts. Aujourd’hui globalement, le TFC (Association et SASP) touche 1,6 millions d’euros par an de la Mairie, donc des contribuables tourangeaux.

Ce qui est certain c’est que je ne sacrifierai pas des clubs amateurs et des clubs de quartiers sur l’autel des sports professionnels.

37° : Quel regard avez-vous sur le sport amateur à Tours ? Se porte-t-il bien ?

Xavier Dateu : Nous avons 240 associations sportives dans 70 disciplines, avec beaucoup de doublons. Il y a des rapprochements qui sont nécessaires, j’ai informé pas mal de clubs de la volonté de mutualisation que nous avons. La priorité dans les prochains mois c’est le rapprochement de certains clubs que ce soit au tennis, en aviron, à la voile…

On a un soutien affirmé également aux clubs de quartiers.

37° : Les infrastructures sont-elles suffisantes pour ces clubs de quartiers justement ?

Xavier Dateu : Oui et non parce que les infrastructures datent du début des années 70, de l’époque de Jean Royer. Elles sont à bout de souffle. Ensuite elles sont surchargées parce que toutes les collectivités n’ont pas pris leurs responsabilités, les infrastructures municipales servent également aux collèges, lycées, université qui dépendent pourtant du département, de la région et de l’Etat. Du coup les créneaux sont surchargés. J’en appelle à toutes les collectivités à se pencher sur ce problème.

37° : Quels sont les axes que vous souhaitez développer d’ici la fin de la mandature ?

Xavier Dateu : Le sport c’est à la fois la proximité et le rayonnement. C’est sur ces deux axes que nous souhaitons travailler.

37° : Vous parlez de rayonnement, qu’en est-il de la venue de l’équipe du Portugal de football pendant l’Euro à Tours ?

Xavier Dateu : La ville de Tours était bien placée, on était dans le dernier carré des villes retenues. Ceci montre au passage, contrairement à ce que certains laissent entendre, que nos infrastructures ne sont pas si calamiteuses, et cela aurait bien eu égard à la ville d’avoir une conscience municipale et d’éviter de faire des polémiques à ce sujet, mais ils semblerait qu’ils aient fait un autre choix, celui de Marcoussis, bien que cela n’ait pas encore acté définitivement. Si c’était le cas j’en serais déçu y compris pour les Tourangeaux.

37° : Autre évènement majeur, on a évoqué une étape du Tour de France à Tours ?

Xavier Dateu : La volonté est que Tours soit candidate comme ville-étape en 2018 ou 2019.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !