Politique

La commémoration de la discorde

Le 11 novembre dernier, de part et d’autre de la Loire, se tenaient à Tours deux commémorations pour célébrer l’armistice de 1918. L’une aux pieds de la bibliothèque, place Anatole France, l’autre plus discrète dans le quartier de Sainte-Radegonde devant la mairie annexe. A l’heure du souvenir, il semble qu’ait sonné certains règlements de compte…

Sonnerie au mort et levées des drapeaux par d’anciens combattants, le temps était au souvenir devant le monument de la mairie annexe de Sainte-Radegonde. Au milieu des habitants du quartier où anciens et enfants se côtoyaient pour célébrer la fin d’un conflit meurtrier, certains élus avaient fait le déplacement. Parmi eux, Jean-Patrick Gille, député de Tours et Thibault Coulon, conseiller régional et adjoint au maire de Tours. Ce dernier arborait même son écharpe d’élu régional. Ce bel hommage ne devait être qu’une simple formalité. Pourtant en coulisses, les tensions ont été fortes entre la Mairie, certains élus de la majorité et le comité de quartier « Vivre ensemble à Ste-Radegonde ». Cette association d’habitants est à l’origine de cette commémoration. Une demande a été faite à la préfecture et une aide a été demandée à la mairie. « Le 8 mai dernier, rien avait été prévu par la Mairie… Des habitants et militaires avaient fait le déplacement pensant que quelque chose serait organisé. Rien ! », Michel Entry président du comité de quartier ne voulait pas que cela se renouvèle pour le 11 novembre. Il a donc contacté les services de la Mairie pour éviter l’écueil du mois de mai. « Je regrette qu’il n’y ait pas une bonne communication de la Mairie » se désole M. Entry. De son côté, l’adjoint au maire Thibault Coulon se satisfait de cette initiative des habitants du quartier. Et pour lui sa présence est normal « car nous avons été élus sur le thème de la proximité« . A côté de lui, Lionel Béjeau, adjoint de quartier, s’est fait remonter les bretelles car il a déposé au nom de la Mairie de Tours une gerbe qui avait été livrée la veille par les services de la municipalité. « Comme elle était sur un banc à côté de la cérémonie, je l’ai prise et je l’ai déposé devant le monument« , rappelle Lionel Béjeau. Un geste pas au goût d’une élue de la Mairie semble-t-t-il…

Derrière ces petites querelles, c’est bien les tensions internes à la majorité municipale qui se font jour. Thibault Coulon n’a pas été retenu sur la liste LR/UDI pour les élections régionales. Lionel Béjeau, candidat à la candidature malheureux aux élections départementales a rejoint depuis peu le mouvement de Nicolas Dupont-Aignant « Debout la France ». Ce n’était pas un hasard aussi, si à cette cérémonie étaient présents la conseillère départementale Cécile Chevillard et un autre adjoint au maire de Tours, Brice Droineau. Même si tous habitent le quartier de Tours-Nord, difficile de ne pas y voir un pied de nez à la majorité municipale. Majorité à laquelle appartiennent ces élus… Mais pour combien de temps ?

Crédit image : Capture écran Facebook.

Print Friendly, PDF & Email