Culture

Tours, capitale de l’Impro pendant trois jours

Pendant 3 jours, la fine fleur française de l’improvisation théâtrale se donne rendez-vous. A partir de ce jeudi matin et jusqu’à samedi, ils seront une centaine de comédiens, directeurs de compagnies et autres rois de l’impro à échanger sur le site des Deux Lions de l’Université de Tours dans le cadre d’Improsia, les Assises Nationales de l’Improvisation Théâtrale, dont la seconde édition se passe à Tours. Valérie Lesage, directrice de la Compagnie La Clef, co-organisateur de l’événement nous en dit plus.

Comment est née l’idée d’organiser des Assises Nationales de l’Improvisation théâtrale ?

Valérie Lesage : La première édition a été organisée il y a deux ans à Amiens par Impro France, Le Centre National de l’Improvisation Théâtrale, qui se charge du développement de cette pratique en France. J’étais présente à cette première édition et quand un appel à projets a été lancé pour la tenue d’une seconde édition en 2019, nous y avons répondu avec la Compagnie La Clef et nous avons été choisi pour co-organiser cette édition 2019 avec Impro France.

C’est quoi l’idée de ces assises ?

Valérie Lesage : L’idée c’est de prendre du recul par rapport à la pratique de l’improvisation théâtrale, de se questionner. L’idée c’est aussi de se rencontrer entre acteurs de l’impro en France, parce que c’est un milieu qui n’est pas vraiment fédéré, de confronter les problématiques de chacun et de trouver des éléments de réponse communs.

Concrètement on va y retrouver quoi ?

Valérie Lesage : L’impro théâtrale existe depuis 35-40 en France sous forme de matchs, lors de la première journée on va se questionner sur l’histoire de l’impro en France. Le lendemain on s’interrogera sur les modèles économiques parce que l’impro est en pleine évolution. Il y a des lieux maintenant complètement dédiés à l’improvisation dans certaines villes. On réfléchira notamment au fait de réussir à faire vivre une compagnie qui ne fait que de l’impro. Le dernier jour aura pour thème « L’impro peut-elle changer le monde ? »

L’improvisation théâtrale c’est une discipline reconnue ?

Valérie Lesage : L’improvisation n’est pas reconnue non à son niveau. Pendant longtemps les pouvoirs publics nous ont ignoré, on n’entrait dans aucune case. On nous considérait comme du divertissement ou du sous-théâtre.

Les choses ont évolué ?

Valérie Lesage : Le chemin est long. Depuis deux ans l’improvisation est entrée à la Comédie Française par exemple. Au sein de l’Education Nationale il y a eu un protocole de signé également. Il y a aujourd’hui un trophée national d’improvisation pour les collégiens auquel la Compagnie La Clef va d’ailleurs participer comme représentant de la région Centre-Val de Loire.

Au niveau public, il y a-t-il un engouement pour l’improvisation dans la région ?

Valérie Lesage : Oui, on le sent depuis deux ans notamment. Par exemple on a doublé au sein de la Compagnie La Clef le nombre de nos ateliers, en passant de 4 à 8 par semaine. Il y aussi une multiplication de petites équipes d’amateurs, ce qui est très bien parce que plus il y aura de propositions, plus il y aura un public pour cela.

Toutes les infos sur Improsia sur le site d’Impro France

Print Friendly, PDF & Email