Culture

Le clip de la semaine : «Un vrai visage» de Janski Beeeats

Chaque vendredi nous plongeons nos mains de gourmands dans l’inépuisable réserve de groupes tourangeaux talentueux et nous en extirpons un clip rien que pour vous.

«Un vrai visage» de Janski Beeeats

Sombritude colorée

Vue la bonne ambiance dans notre pays en ce moment, on ne pourra pas accuser Janski Beeeats de pessimisme, de défaitisme, ni de noircitude, surtout que ce dernier terme d’ailleurs n’existe pas. Non, ce nouvel épisode que Janski Beeeats a mis 6 mois à réaliser, exagère à peine et fait écho à Ziyi la sublime BD parue il y a deux ans chez l’excellent petit éditeur Scutella. Pour faire court : un petit machin inoffensif (il fait de l’électro avec des synthés, c’est vous dire) qui en prend plein la gueule dès lors qu’il entre en contact avec des êtres humains (sauf une jolie petite fille avec des grands yeux).

«Je veux ressembler à un être humain» assène-t-il pendant ce nouveau morceau très réussi et plein de rebondissements sonores. Franchement, vue l’ambiance de merde qui règne dès le départ du clip, on se demande bien pourquoi : un lieu public ultra-sécurisé, où les gens font tellement la gueule et/ou sont tellement tristes et résignés qu’on dirait des zombies et une ultra-violence prête à se déchaîner au moindre contact avec un petit être un peu différent des autres.

La seule lueur d’espoir vient de la rencontre du personnage avec une petite humaine (on comprend et on respire quand il termine sa phrase, du coup, «Je veux ressembler à un être humain comme toi», parce que c’est la seule qui a l’air sympa dans l’histoire). Mais dans une ambiance très Goldorak, on retrouve assez vite la thématique de l’amour impossible comme celui entre Actarus et Vegalia (la très jolie fille du grand Stratéguerre), ou comme celui entre Roméo et Juliette, bien sûr, avec toute cette tripotée de connards qui préfèrent un bain de sang à la naissance d’une belle histoire entre deux êtres que tout oppose.

Bref, on se demande bien où un Janski Beeeats au sommet de sa forme et de son art a trouvé toutes ces idées farfelues pour commettre ce nouveau méfait graphico-musical de haut-vol. Bon sang mais c’est bien sûr : il a dû simplement regarder BFM TV et TF1 un tout petit peu trop longtemps ces derniers temps.

«Regarde un peu la France» interpelait Miossec il y a 21 ans, brossant un tableau sinistre de la grande époque Pasqua et compagnie. Janski Beeeats ne dit pas autre chose aujourd’hui. A une différence près : les choses ont nettement empiré.

janski2016

Un degré en plus

> Retrouvez Jean Sébastien is Back au Cocktail Pueblo à l’occasion des 5 ans du Temps Machine le samedi 30 avril 2016

Print Friendly, PDF & Email