CultureChroniquesChroniques-Culture

Le clip de la semaine : « They Know » de Mottron

Chaque vendredi nous plongeons nos mains de gourmands dans l’inépuisable réserve de groupes tourangeaux et en extirpons un clip. Cette semaine découvrez They Know de Mottron.

Mottron avance doucement vers la famille qu’il épie en secret depuis de longues minutes. C’est avec ce plan que débute They Know. C’est aussi avec celui-ci que Mottron terminait le clip de Lighter. Il y apparaissait comme une ombre menaçante qui errait entre les murs d’une maison canadienne. Nous le retrouvons donc là où il nous avait laissé. Mais, si le décors est identique, nous tendons vers une nouvelle atmosphère.

Eclairé d’une lumière rouge et intense, Mottron entame le superbe They Know au piano. Dès lors, le cadre de la vidéo devient carré. Nous nous sentons un peu prisonniers, à l’image de la famille qui est maintenant ligotée, à genoux devant l’artiste. Les deux femmes et le petit garçon semblent en extase à l’écoute de sa musique. « La personne qui vient s’introduire dans la maison est très distanciée de la réalité, estime le musicien Pierre Mottron. Elle imagine un faux spectacle et fantasme la façon dont il est réceptionné. Nous sommes dans son interprétation, c’est comme ça que je l’imagine ». Car Mottron lui-même n’a pas la clef du clip, si tant est qu’il en existe une. « Je suis tout autant spectateur que n’importe qui, confie-t-il. Les indices, c’est le réalisateur qui les a. »

« Je ne voulais pas que ça ressemble à un clip de musique mais à du cinéma »

Pierre Mottron

À la réalisation nous trouvons le canadien Olivier Groulx. Il a déjà travaillé sur des clips pour Deerhunter, Alt-J ou encore Gang of Four. C’est la vidéo qu’il réalise pour Scott Walker qui pousse Mottron à le contacter. « Je cherchais une image très photographique, explique le chanteur. Je ne voulais pas que ça ressemble à un clip de musique mais à du cinéma ». Mottron souhaite quelque-chose de « mystérieux, ambigu, à la fois onirique et sombre ». Olivier Groulx s’empare de ces idées et mobilise une équipe qui n’est pas des moindres : certains ont travaillé sur des films comme Roma D’Alfonso Cuarón ou A History of Violence de David Cronenberg.

 

Le tournage a lieu à Vancouver, dans la maison d’une famille locale. Tous les éléments de décoration appartiennent d’ailleurs aux propriétaires. « C’était particulier comme sentiment, se souvient Pierre. Nous étions dans une maison typique de banlieue nord-américaine, entre le sordide et le kitch ». Le chanteur se retrouve face aux caméras dès son premier soir sur le sol canadien. Pendant 5 jours les équipes tournent sans relâche. Ainsi, il réussissent à mettre en boîte une série de quatre clips, quatre vidéos qui promettent des atmosphères uniques tout en étant liées les unes aux autres. They Know en est la deuxième. À la fin de celle-ci, l’intrus joué par Mottron est « rappelé à la réalité ». Le cadre s’ouvre alors, la lumière d’origine ré-apparait. Nous savons que nous allons être amené ailleurs pour une troisième vidéo. Où ? Réponse début septembre.

Print Friendly, PDF & Email