• CDNT
  • CDNT

Lazy Company : Les guignols ont investi Candé

Salon Hifi - Leclerc Amboise
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Depuis fin janvier, l’équipe de la Lazy Company a investi le domaine de Candé pour le tournage de la troisième et dernière saison de la série. Pour l’occasion, Frédéric Thomas le président du Conseil Général, propriétaire des lieux, avait convié la presse hier à une conférence suivie d’une visite du tournage.

Décrire la Lazy Company à ceux qui ne l’auraient pas vu est toujours compliqué. Cette série qui se déroule en pleine Seconde Guerre Mondiale fait la part belle à des anti-héros, une compagnie « guignol », finalement sauveurs du monde ou presque. Une histoire épique teintée d’anachronismes assumés, à mi-chemin entre Papa Shultz et Inglorious Basterds. Bref, une série d’aventure, humoristique, dans la pure lignée des Kaamelott ou Hero Corp.

Pour en savoir plus sur l’histoire et l’univers de la série, retrouvez notre entretien avec Grégory Tschanturia,l’un des producteurs, que nous avons diffusé le mois dernier.

Un tournage au rythme effréné

Après avoir assisté à quelques minutes de tournage, on se rend vite compte que derrière le comique apparent à l’écran, la série tient surtout sa réussite à la minutie dont fait preuve l’équipe dirigée par Samuel Bodin, le réalisateur. Les prises s’enchainent rapidement :  » tout le monde en place », « silence », « moteur demandé », « action »… « Coupez ». Tout le monde s’agite, se remet en place.

IMG_9676

« Eric, le traveling, tu recules trop tôt, attends qu’il finisse sa phrase », Samuel Bodin prend le temps de donner une consigne très rapidement et c’est reparti :  » tout le monde en place », « silence », « moteur demandé », « action »… la fourmilière s’arrête de nouveau, plus un bruit autour des acteurs et techniciens sur le plateau.

IMG_9658

Alban Lenoir, l’un des acteurs principaux de la série, interprète du lieutenant Chester, ne tarie pas d’éloges d’ailleurs à propos de Samuel Bodin: « Il n’y a que Samuel Bodin qui puisse faire cette série, il sait où il veut aller et où il va ». L’acteur nous confie que le tournage se fait sur un rythme assez soutenu, une obligation vu le budget serré. Pendant cinq semaines et cinq jours sur sept, les journées vont de 8h du matin à 18h/19h le soir, à raison de cinq ou six séquences tournées par jour. « Les premiers jours le rythme surprend », reconnait Benoît Moret, autre acteur principal de la série, qui joue le rôle du soldat Slice.

IMG_9696

A l’extérieur du plateau, certains figurants attendent tranquillement leur tour. En parlant de figurants, beaucoup sont Tourangeaux et on aura même croisé Jean-Sébastien Vermalle alias Jansky Beat qui a par ailleurs fait la bande sonore de la Lazy Company.

IMG_9646Anachronisme de la Lazy ? Non, simple pause/pose pour le figurant.

Que ce soit pour les figurants, les acteurs ou l’équipe technique, beaucoup de personnes travaillant ainsi sur le tournage sont Tourangeaux. Un tournage local qui est en partie du au fait que Samuel Bodin et Alexandre Philip sont des « locaux » bien sûr, mais aussi grâce à l’aide de la région Centre par le biais de Ciclic depuis la première saison à la série. Jérôme Parlange, responsable de la création au Pôle Cinéma et Audiovisuel de Ciclic, évoque d’ailleurs un cas d’école pour cette série : « La Lazy Company est un cas d’école où des auteurs peu connus vont voir une petite structure (ndlr : 6 pieds sur Terre Production) qui va à son tour chercher de l’aide auprès d’une plus grosse (Empreinte Digitale) et tout ce monde fait avancer le projet pour le réussir. On soutient deux à trois séries par an comme cela ».

IMG_9700

La présence à Candé montre également le soutien du Conseil Général et la volonté de son président de développer à l’année le domaine de Candé, comme il nous l’avait expliqué en décembre dernier. Frédéric Thomas se montrait d’ailleurs satisfait de cette présence : « C’est une première expérience encourageante, l’équipe de la série est contente. J’espère que cela ne sera pas le dernier. »

Et cette troisième saison alors ?

On ne va pas vous mentir, on ne pourra pas vous en dire beaucoup plus sur cette saison si ce n’est que contrairement aux précédentes elle se passera en hiver. « On va fêter Noël chez les Nazis » racontera avec humour Alexandre Philip, l’un des deux auteurs et acteur jouant le caporal Niels. « Depuis le début, tout est assez chronologique dans le scénario, la troisième saison se déroule l’hiver suivant la fin de la deuxième saison ». Elle devrait également être la dernière : « C’est la fin d’un arc » nous a dit Alexandre Philip avec une part de mystère.

IMG_9649

Autre indiscrétion, la production est en discussion avec des chaînes gratuites pour une diffusion de la série. De quoi donner une seconde vie à cette série pour le moment diffusée sur la chaîne payante OCS. Et pourquoi pas rêver d’un destin à la Héro Corp ?

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !