ChroniquesChroniques-Culture

Le clip de la semaine : « GAS DIGGZY CYPHER » de danslamercedesnacree

Chaque vendredi nous plongeons nos mains de gourmands dans l’inépuisable réserve de groupes tourangeaux et en extirpons un clip. Cette semaine découvrez GAS DIGGZY CYPHER de danslamercedesnacree.

GAS DIGGZY CYPHER est le nouvel ovni de Nathan Almeras et danslamercedesnacree. Difficile de trouver les mots justes pour en parler tant nous ne sommes pas habitués aux images qu’on y trouve. La patte du duo est unique. Pourtant, ce n’est pas chose évidente lorsqu’on fait du hip-hop français. Chaque jour, des dizaines de rappeurs publient des clips. Et ils sont peu nombreux à se démarquer.

C’est le cas de danslamercedesnacrée. Son univers visuel est froid, psychédélique et graphique. Il s’inspire de la pub, des jeux-vidéos, des codes du rap qu’il pousse ailleurs… Depuis maintenant deux ans et six vidéos, il collabore avec son ami vidéaste Nathan Almeras. Ils expérimentent ensemble, creusent de nouveaux sillons et prouvent qu’on peut être créatif avec peu de moyen financiers. « Je peux filer des idées à Nathan, je sais qu’il ne les dénaturera pas. C’est le mec sur 500 000 qui capte LE truc », confie danslamercedesnacrre. Le réalisateur tourangeaux en arrive à attirer l’attention des plus gros : aujourd’hui il travaille avec des pointures comme Rilès ou A$AP Ferg.

Ce dernier clip qu’il réalise pour danslamercedesnacree est une succession de tableaux léchés, rythmés par un montage parfois épileptique. On y voit le rappeur et ses potes posés sur les sièges d’une voiture ou dans un garage. Le tournage a lieu à Tours-nord, dans un dépôt vente, chez un ami de l’artiste qui détient un hummer (une grosse voiture américaine « genre CIA ou armée », précise danslamercedesnacree). Le groupe n’a pas le droit de la bouger. Alors ils contournent la contrainte et utilisent des procédés de réalisation pour tirer profit de l’objet et du lieu.

Les cadrages, co-signés par le photographe tourangeau Antoine Moirin, donnent forme à un lieu presque nu. Les vêtements jaunes, du tourangeau Lightfriday, font écho au carré de la même couleur. Celui-ci est omniprésent au milieu de l’écran et apporte une texture à l’image. « C’est la niche de danslamercedesnacree » explique Nathan Almeras. Une métaphore de la place du rappeur dans le rap-jeu : à part. C’est aussi une mise en abime de sa place au sein du clip (à l’intérieur de la voiture). Nombreux sont les éléments de cette mise en scène minimaliste qui sont pensés et stylisés. L’attitude des figurants, les textures des effets, les couleurs jaunes et noirs… Toujours avec ce style atypique au duo que certains rappeurs veulent aujourd’hui s’approprier. Un jour prochain, on pourra se la péter et dire que ces gars là ont commencé à Tours.

Un degré en plus :

Retrouvez notre chronique de son clip 3 Tourelles FC.

Print Friendly, PDF & Email