A la unePolitique

Tours : La communication du maire Christophe Bouchet agace ses opposants

C’est un débat politique récurrent depuis octobre 2017 et sa prise de fonction en tant que maire de Tours, Christophe Bouchet est régulièrement attaqué par ses opposants sur sa communication. Accusé tour à tour d’en faire trop, de trop se mettre en avant, d’utiliser les moyens de la ville pour son image personnelle… Des accusations qui n’ont cessé en Conseil Municipal ou lors d’interventions publiques par les élus d’opposition à la ville : De Xavier Dateu à Pierre Commandeur en passant par Emmanuel Denis… Un débat qui ressurgit ces derniers jours.

Les proches d’Emmanuel Denis commencent à s’agacer de l’hyper-présence du maire de Tours dans la gestion de crise. Depuis quelques jours, ils sont ainsi nombreux chez les partisans du candidat écologiste à critiquer de façon virulente Christophe Bouchet, notamment sur les réseaux sociaux.  Il faut dire que même si elle a été mise en pause au soir du 1er tour, la campagne municipale est toujours présente, avec un 2e tour qui devrait selon les résultats du 15 mars dernier mettre aux prises Benoist Pierre, Christophe Bouchet et Emmanuel Denis qui était arrivé en tête… On comprend dès lors l’agacement des proches de ce dernier en perspective de cette échéance.

La gestion de crise renforce les élus en place

C’est vrai à Tours comme ailleurs, la crise liée au coronavirus a renforcé le poids des équipes en place. Elle leur a offert un sursis d’abord, puisque les mandats ont été prolongés jusqu’à la date de report des élections (toujours non connue à ce jour). Que ce soit voulu ou non, elle a aussi renforcé l’image de responsabilité des élus face à la complexité de cette crise, notamment au niveau des collectivités locales en première ligne de la gestion de celle-ci.

Pour les candidats qui ne sont pas aux responsabilités, il est difficile à l’inverse d’exister : Entre des possibilités d’actions limitées et la complexité de s’attaquer aux actions des équipes en place sans que ce soit perçu comme de l’électoralisme par les habitants.

Communication de crise ou politique marketing ?

Lives facebook quotidiens, photos sur le terrain, passages réguliers dans des médias nationaux, prises de paroles en vidéos de façon solennelle à l’adresse des Tourangeaux… Ancien journaliste et communicant, Christophe Bouchet maîtrise le langage de la communication et en connaît son importance. A ceux qui le taxe d’en faire trop, il répond régulièrement : « on ne communique jamais assez ». Un sentiment conforté pendant cette crise où malgré tous les efforts possibles de nombreux habitants de Tours sont parfois passés au travers d’informations pratiques que ce soit en début de confinement ou ces dernières semaines sur les distributions de masques ou les réouvertures des écoles…

Communiquer plus pour mieux informer est une nécessité selon le maire en place. Mais dans quel but s’interrogent ses opposants ? C’est sur ce point que les avis divergent et que les esprits s’échauffent entre les différents représentants politiques. Pour les partisans d’Emmanuel Denis, Christophe Bouchet est avant tout dans une communication personnelle suivant une logique électoraliste. Si au début de confinement, la trêve avait été actée entre les deux parties, l’annonce du « plan étincelles » pour soutenir le commerce à réveillé les tensions et Emmanuel Denis n’a pas manqué d’attaquer l’équipe en place, allant même jusqu’à parler de clientélisme et de marketing personnel, quitte à son tour d’être taxé de démagogue par ceux qu’il visait.

Pas de quoi faire influer néanmoins la vision de Christophe Bouchet, ce dernier maintenant le cap qu’il s’est fixé, avec des rendez-vous médiatiques réguliers quitte parfois à agacer, à l’image de la comparaison entre le 08 mai 1945 et le 11 mai 2020 qu’il a faite lors d’un discours en vidéo dimanche dernier. Une comparaison hasardeuse, rapidement dénoncée là encore par ses opposants. On l’aura compris, à l’heure de la communication digitale et de l’image reine, chacun occupe le terrain à sa façon dans cet entre deux tours qui ne dit pas son nom pour le moment…

Print Friendly, PDF & Email