A la uneCulture

Terres du Son 2019 : Le bon cru de la scène Propul’Son

LVOE

Au festival Terres du Son, les groupes régionaux bénéficient d’un espace à eux sur la Prairie. Depuis 2015, la Scène Propul’Son propose en effet une mise en avant de la scène musicale en région Centre-Val de Loire. Et cela prend un peu plus chaque année…

C’est la première scène que les festivaliers découvrent quand ils entrent dans la Prairie, l’espace payant du festival Terres du Son. Sur la gauche de l’allée principale, aussitôt les points de contrôle passée, la scène Propul’Son apparaît fièrement avec ses deux drapeaux géants qui l’entourent. Avec le Chapitô, les scènes Gingko et Biloba, la scène Propul’Son est la 4e scène de l’espace payant, la plus récente également puisqu’elle est ici depuis 2015.

A l’époque, l’idée est alors de proposer en partenariat avec la Région Centre-Val de Loire et la Fracama, (la Fédération Régionale des Acteurs Culturels et Associatifs des Musiques Actuelles), un espace de mise en avant de la scène musicale régionale. Le choix se porte alors sur un espace spécifique, un peu à l’écart, permettant l’installation d’une autre grande scène mais aussi d’un espace d’informations sur le réseau des musiques actuelles en région ou encore un studio radio animé par Radio Campus.

En quelques années, cet espace Propul’Son a réussi à trouver sa place sur le site, ce qui n’était pas forcément évident au départ, la grande majorité du public venant avant tout pour les têtes d’affiche.

Oui mais finalement le pari de jouer sur l’esprit de découverte et de curiosité du public a bien fonctionné, en témoigne le public qui s’est arrêté ce dimanche soir en arrivant sur le site pour voir LVOE. « J’ai entendu en arrivant que ça sonnait rock, j’ai voulu voir ce que c’était » expliquait une festivalière. « Je ne regrette pas, c’est super sympa et je savais pas qu’ils étaient de Tours » poursuivait-elle.

LVOE
LVOE

Avec pas moins de 13 artistes programmés en 3 jours cette année, Propul’Son était la scène la plus prolifique dans l’espace payant. Et certains concerts ont particulièrement bien fonctionné à l’instar d’ Ephèbe vendredi soir. Programmé juste après Angèle, ce dernier a réussi en effet à capter une partie du public de la chanteuse belge grâce à son set très dansant. Citons encore Chevalien et son énergie débordante. Deux concerts intenses, certainement parmi les plus aboutis que l’on ait vu chez ces deux artistes. Une belle occasion pour eux de se faire découvrir par de nouveaux publics. « Je connaissais pas Chevalien, c’est complètement ouf. Un pote m’en avait parlé alors je voulais passer vite fait avant d’aller voir Vald et finalement il m’a emmené et je suis resté », nous racontait ainsi un festivalier ce samedi soir.

Ephèbe
Ephèbe

Pour d’autres, les horaires furent forcément plus handicapants, à l’image des Stuffed Foxes ou de Sun Gazol qui ont ouvert l’espace Propul’Son et le festival Terres du Son vendredi à 18h30, devant un public trop clairsemé au regard de la qualité produite sur scène. Dur dur également parfois de se retrouver en même temps qu’un gros concert. Ce fut le cas de Grande, programmé en même temps que Gringe, samedi et qui ont souffert des retours des basses de la scène Biloba où se produisait le rappeur. Malgré cet inconvénient, le duo tourangeau a néanmoins réussi à attirer un public captif à la douceur de leur cold-pop envoutante. Une preuve de plus de la belle richesse de cette scène locale et régionale qui ne manque pas de talent et qui mérite bien cette mise en avant proposée par cet espace Propul’Son.

Grande
DSC07652

Un degré en plus :

Les 13 groupes programmés cette année sur Propul’Son : Sun Gazol (rock – 37), Stuffed Foxes (rock shoegaze – 37), Éphèbe (chanson pop – 37), Ultramoderne (electro pop – 41), Le Comptoir (rap – 45), Aiôn (rock orchestré – 37), Grande (cold folk – 37), Chevalien (rap – 37), Maxwell Nostar (rap – 37), Have The Moskovik (post rock – 45), LVOE (pop – 37), Ko Ko Mo (rock), Roraïma (trip hop – 45)

Photos : Delphine Nivelet / Mathieu Giua

Print Friendly, PDF & Email