Une tranche de « football vrai » avec le Spartak de la Liodière

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Tout le mois d’août nous vous proposons un Best-of des articles publiés depuis septembre dernier. Aujourd’hui retrouvez ce focus sur un club de football pas comme les autres. Un reportage publié initialement en janvier 2015.

Cœur de club c’est tous les deux mois un focus sur un club sportif de Touraine. Ce mois-ci, nous avons passé une journée avec le Spartak de la Liodière Football Club.

Passer une journée avec les membres du Spartak de la Liodière Football Club, c’est prendre une bouffée de bonne humeur, une plongée au sein d’un esprit qui fleure bon le football à l’ancienne, celui des Old School Panini, une tranche de « football vrai« , celui entre potes.

Depuis dix ans, ils sont une vingtaine à se retrouver chaque mercredi soir à la ferme de la Liodière au sud de Joué-lès-Tours pour taper dans la balle et rigoler ensemble, en se moquant des codes des clubs de football. Une fois par an cette joyeuse bande se réunit pour un repas annuel en janvier. L’occasion d’organiser un petit tournoi interne, puis de passer un moment convivial et de rigoler autour de la table. Reportage photos sur ce club atypique et folklorique qui n’en est pas vraiment un…

IMG_8750

Installés depuis 10 ans à la ferme de la Liodière, les joueurs du Spartak ont appris à se débrouiller. Si depuis peu ils peuvent jouer sur un vrai terrain de foot à proximité, ils ont surtout joué et monté ce club atypique dans les champs qui entourent la ferme.

IMG_8753

Pour jouer, pas besoin de grand chose : un peu de rubalise pour délimiter le terrain, des buts faits maison et la partie peut commencer. Le Spartak de la Liodière Football Club c’est ainsi l’essence même du football, le retour aux fondamentaux : « On est pas un club de bourgeois » nous dira l’un d’entre eux avec un humour qui ne quittera jamais la journée.

IMG_8888

A voir les infrastructures, c’est en effet à la dur que les joueurs sont accueillis : Une seule douche pour tous les joueurs à laquelle on accède par l’extérieur, un vestiaire / club-house chauffé à l’ancienne par une cheminée… Être membre du Spartak demande de la motivation, surtout en plein hiver.

IMG_8748

Si on ajoute un espace vert en pente pour décor du match, les premières impressions visuelles font définitivement remonter les images de parties entre bons potes d’autrefois. En effet, tradition oblige, ce n’est pas sur un vrai terrain que ce tournoi annuel se déroule, mais dans les champs qui entourent la ferme. Mais foi de spartakiste, ce n’est pas un peu de boue qui va les arrêter.

IMG_9038

Sitôt l’échauffement pas entamé, les matchs peuvent commencer avec au programme un petit tournoi entre les membres du Spartak, répartis en trois équipes : Le Dynamo, le Lokomotiv et l’Etoile Rouge, des noms qui fleurent bon le football de l’Europe de l’Est des années 70.

IMG_9032

En toute honnêteté, le terrain ne se prêtait pas à un jeu digne du Barça, mais malgré tout, force est de reconnaitre que derrière la panoplie de gais lurons, certains spartakistes ont du ballon et n’ont pas peur de mouiller et de « bouer » le maillot. Et comme le disait un spartakiste « On les attends les Messi Ronaldo et le reste, c’est facile de jouer sur un billard, qu’ils viennent ici pour voir ».

IMG_9149

Bon derrière cette bonne et fraiche ambiance apparente, il ne faut pas oublier que mettre plusieurs mecs derrière un ballon conduit automatiquement à un peu de mauvaise foi, mais ici elle est bien vite oubliée, l’essentiel étant ailleurs que le score en lui-même. Une conception particulière du football qui fait que ce non-club n’a jamais demandé à être affilié à une fédération pour rencontrer d’autres équipes, « cela arrive de temps à autres qu’on fasse des matchs amicaux contre des équipes de vétérans, mais ce qui nous plait c’est de jouer entre nous, de s’amuser. Si on commence à jouer contre d’autres équipes, on va forcément se prendre au truc de jouer pour la gagne, ce n’est pas dans nos valeurs. » nous raconte Franck.

IMG_9110

Parmi les acteurs de ce non club de football on retrouve des noms connus comme Jacky Carpy, Franck Mouget ou Gwendal Stephan de la compagnie Le Muscle, mais aussi des graphistes, banquiers, commerciaux, artistes, enseignants, pour la plupart quadra et quinqua, ou encore quelques jeunes venus récemment renforcer les troupes : « des recrues de premier ordre qui courent vite » nous dira un des membres.

IMG_8946

Bref une fine équipe diverse et variée qui se retrouve avec pour unique objectif de faire de l’exercice (un peu) et de s’amuser (beaucoup), ce que nous ont expliqué Jacky et Franck : « Le Spartak c’est surtout un truc humaniste, le plaisir de se retrouver ensemble. On se moque de ce qui nous entoure, c’est le contre-courant de la société hyper organisée et hiérarchisée. Nous c’est complètement anarchique mais les choses se font naturellement et ça marche depuis 10 ans maintenant. Et puis quand on se retrouve sur le terrain, on redevient tous des grands gamins qui jouent au ballon ».

IMG_9135

Pour le reste, les scores n’ont donc que peu d’importance, et si un trophée individuel est remis chaque année, là encore, c’est placé sous le signe de l’humour. « On s’amuse à faire comme si on était hyper structuré, tout ce qu’on fait c’est sous le signe du énième degré ».

IMG_8752Un des trophées du Spartak

Le repas annuel est l’occasion de passer un bon moment mais aussi de poursuivre cet esprit de franche camaraderie et de folklore avec la remise du poster et de l’album panini du club, une série de discours décalés du « président », des diverses fausses « commissions » (textile, communication, relations presse, panini, restauration collective, terrine…) et de remettre le trophée cité précédemment. Un trophée fait main, qui porte le nom d’un joueur célèbre. Cette année il s’appelait le Jean-Luc Ettori.

IMG_9167

IMG_9176

IMG_9199Présentation du trophée Etau-riz

Enfin pour les dix ans du club, le nouveau maillot a été dévoilé, avec comme sponsors La Cinq, Talbot et Mammouth… Ce qui fera dire à un spartakiste s’adressant à nous : « Attention le journaliste, on ne se prend pas au sérieux mais t’as vu on n’est pas des rigolos ». Promis on le mentionnera dans l’article.

IMG_9246

A noter : Le Spartak de la Liodière en tant que club moderne et de qualité ne néglige aucun point. Ainsi le club a également sa page Facebook et son blog, sur lesquels ces joyeux sportifs continuent de rire entre deux matchs…

Crédits photos : Mathieu Giua pour 37°

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Filbleu