ChroniquesChroniques-Société

Signes des Temps #98 L’Amérique place Jean Jaurès

Le pitch : « Signes des Temps » ce sont des images chassées par notre journaliste Laurent Geneix dans les rues, les bâtiments et les chemins de la Touraine ; des traces laissées par l’Homme pour l’Homme, parfois très claires, parfois très floues, violentes, commerciales et/ou drôles, mais toujours signifiantes – que ce soit grâce à des mots, des dessins ou des symboles – et potentiellement visibles par tous.

20170507_155252

«Ce soir la Statue de la Liberté brille pour vous». Le sénateur de l’Etat de New York a fait dans le lyrique le soir du second tour de la présidentielle. Pendant ce temps-là, la Ville de Tours rappelle avec force à ses citoyens qu’elle est jumelée à Minneapolis, Minnesota. Sans se payer le luxe d’un institut de sondage, on peut aisément parier que jusqu’à maintenant, 95 % de la population tourangelle ignorait que la ville de Prince était liée à la ville de… heu… Saint Martin.

Bref, à l’heure où plusieurs millions d’électeurs américains ont collé un twitto limite troll et ancien présentateur télé à la Maison Blanche, on voit donc la place principale de notre ville (dans un pays qui, who knows, enverra peut-être Cyril Hanouna à l’Elysée en 2027), en pleine élection présidentielle, parée d’autant de drapeaux US que de drapeaux tricolores. Evidemment, il y a 100 ans quasiment jour pour jour, les States entraient en guerre à nos côtés et nous aidaient à renvoyer les Allemands chez eux, ce qui n’est pas un détail de l’histoire. Pour autant, au final, tous ces drapeaux pile poil au moment de notre élection la plus «sacrée», symboliquement on ne sait pas trop quoi en penser. Mais comme dirait l’autre : «Il y a quelque chose de ridicule à expliquer les choses, mais le pire est de donner du sens à ce qui n’en a pas.»

Pour rester fidèle à cette chronique, on va opter pour le pire et vous dire qu’il ne reste pas beaucoup de place pour le drapeau européen du coup, sans parler de celui de l’Azerbaïdjan non plus d’ailleurs. Que les anti-Macron qui voient en lui «un sbire des Etats-Unis» (lu sur les réseaux sociaux, particulièrement bruyants ces dernières semaines, on a failli appeler la police pour tapage), vont hurler à la mort. Que personne n’a rien compris et que notre municipalité a voulu montrer à tous que «l’Amérique, ce n’est pas que Trump, hein». Que c’est un moyen indirect de provoquer Marine Le Pen et son anti-américanisme primaire, moyen discret parce qu’un panneau «Fuck Le Pen» de 8m sur 12 sur la façade de l’Hôtel de Ville dans l’entre-deux tours, ça l’aurait fait moyen. Que c’est pour célébrer dignement avec quelques mois de retard l’ouverture du Starbucks sur la place Jean Jaurès. Ou alors simplement que l’Amérique, l’Amérique, je veux l’avoir et je l’aurai ; Serge Babary étant d’après nos sources forcément proches du pouvoir, un fan notoire de Joe Dassin.

Un degré en plus

> Retrouvez toute la collection des «Signes des Temps» en cliquant ici.

Print Friendly, PDF & Email