PhotoCultureReportage-Culture

Soirée rock à la Parenthèse avec The Drafts et Dissident

Samedi soir, pour ceux qui aiment le rock, la pop et la scène locale, c’est du côté de La Parenthèse de Ballan-Miré qu’il fallait être : Dissident et The Drafts, deux des groupes rock tourangeaux les plus prometteurs du moment s’y produisaient.

rp375417

Quand la jeune scène locale branchée se retrouve dans une même salle, le même soir, ça ne peut que promettre un bon moment. Samedi soir à la Parenthèse, les 200 personnes présentes dans le public confirmeront que ce fut le cas. The Drafts ouvraient le bal avec leur rock anglophone, digne représentant de tout ce que la culture pop-rock british a amené de bon. Quatuor basse-guitare-batterie-voix efficace, The Drafts, porté par Jules, le compositeur-chanteur-guitariste, rappelle qu’en Touraine, le rock peut avoir aussi la classe. Après un premier EP qui avait laissé entrevoir le talent de ces quatre garçons que l’on a déjà aperçu dans divers projets (How Low pour Lucas à la batterie, Ephèbe et Peter Pitches pour Axel à la guitare, Peter Pitches également pour Jules et Tiaâ pour Cédric à la basse), la scène vient conforter notre première impression. Le son est brut et torturé, tout est fait pour que les instruments s’expriment et c’est clairement efficace.

A relire The Drafts : le voilà, le printemps !

The Drafts
The Drafts
Dissident
Dissident

Un quatuor prometteur qui laissa la place derrière aux « Dissident », tout heureux visiblement de jouer dans la ville où ils ont grandi. Si la culture rock est ici aussi évidente, ces derniers emmènent néanmoins vers d’autres sphères. Composé de Pierre-Yves (chant), Paul (guitare), Pierre (Basse) et Sébastien (batterie) , ce projet né l’an passé, issu d’une évolution du précédent – feu Divine Païste –, regorge en effet de chansons pop tubesques, déjà aperçues sur les nombreux clips produits par ce quatuor. Avec « Dissident » on est dans un univers à part entière et dans une nouvelle manière d’imaginer la relation avec le public. Ce dernier devient ainsi acteur à son tour, le temps d’une chanson, en étant invité à monter sur scène. Au final ce live transpire l’énergie : un exutoire, un défouloir où l’on vient danser et crier… un moment de partage salutaire, tout simplement.

Roger Pichot (avec MG)

Print Friendly, PDF & Email