L'actualité Tourangelle à la bonne température
Culture

Le temps d’un 16 mesures #6 : la culture Hiphop envahit le Temps Machine !

« Le temps d’un 16 mesures » c’est une nouvelle chronique régulière sur 37° sur la thématique du hip-hop, en partenariat avec « hip-hop is not dead », une chronique réalisée par Loann pour l’émission de Radio Campus Tours 99.5 FM intitulée Wabam Cocktail.

Bandeau

Cette chronique s’intéressant à la culture Hiphop, nous ne pouvions passer à côté de cette Block Party du samedi 20 mai. Dans l’état d’esprit des block parties comme elles avaient lieu dans les parcs du Bronx des années 70, l’association DAAMN, les artistes et acteurs locaux de la culture Hip hop vous proposent de les retrouver au Temps Machine, la salle de concert situé à Joué les Tours, arrêt de Tram « Hôtel de ville ». Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette toute jeune association ne fait pas les choses à moitié quand il s’agit de défendre le hiphop ! L’occasion de rencontrer Alex Riche et Quentin Robineau, respectivement président et secrétaire de l’association DAAMN, organisatrice de l’événement en partenariat avec le Temps Machine.

Que signifie DAAMN, le nom de votre association ?

Alex : L’acronyme signifie Diversité Artistique et Animations Musicales Nocturnes. Ça représente notre association dans le sens où ceux qui la composent ont différentes affinités musicales ou artistiques qu’ils souhaitent mettre en avant.

Quentin : On essaye d’intégrer un concept global sans faire uniquement du spectacle vivant ou uniquement des soirées dans des bars comme beaucoup de collectifs le font déjà. On souhaite faire du nocturne comme du diurne et ouvrir le champ des possibles à la pédagogie, aux ateliers et pas uniquement aux shows.

Alex : Mais DAMN est aussi une interjection américaine qui est beaucoup utilisée dans la culture Hiphop au sens large et pas que, dans le cinéma également. Cela peut être positif comme négatif. C’est une interjection de surprise.

Vous parlez du Hiphop comme une forme de culture. Qu’est ce que la culture Hiphop ?

Alex : Pour moi c’est le combat pour la liberté. Cela peut prendre plusieurs formes. Ce combat s’exprime au sein d’une culture qui remonte à plus de 40 ans maintenant et qui a vraiment émergé de nulle part dans le but de fonder une société dans laquelle on ne retrouverait pas tout les vices qui existent dans la société actuelle : Que ce  soit le racisme, le sexisme et tout ce qui va avec.

Quentin : Il y a le principe de liberté qui est fondamentale dans la culture Hiphop mais cela passe aussi par un maximum de médias possibles. Le principe est aussi de se fédérer au-delà de chez soi, directement sur l’espace public pour danser, chanter, graffer, s’exprimer quoi !

Alex : Le Hiphop c’est autant une énergie, qu’une culture, un genre musical. Le mot en lui-même veux dire beaucoup de choses et peut même être un adjectif qui signifie quelque chose de créatif et de libre. Peut importe l’expression que cela prend. Ce que l’on veut montrer avec cette block party c’est que l’essence du Hiphop, c’est finalement l’état d’esprit, la philosophie qui permet au bout de la chaîne de créer ce type d’œuvres ou de moments.

Votre événement « Block Party Hip hop, des ateliers à la scène » a lieu Samedi 20 mai au Temps Machine de 14h00 à 01h00. Quel en est l’objectif ?

Quentin : L’objectif à la base est de créer une saison cohérente pour notre association et d’arriver à faire évoluer le concept de nos soirées pluridisciplinaires dans un cadre plus professionnel et organisé. D’où l’intérêt d’avoir une plage horaire beaucoup plus large pour mettre en place réellement ce que l’on souhaitait proposer depuis le début, autant dans la pédagogie que dans le show à proprement parlé. Rassembler sur un même projet toutes les personnes que l’on aura été capable de fédérer tout au long de l’année.

Alex : Pour moi, c’est le combat pour le Hiphop, pour montrer une belle image. Comme dit précédemment, c’est un combat pour la liberté et là notre liberté sera de se réunir et de partager ensemble ce que l’on fait au quotidien pour ce mouvement. Cet événement gratuit sur une plage horaire assez grande n’est qu’un début. L’objectif est de le pérenniser dans le temps. Que le public soit réceptif à cette énergie et que cela lui donne l’envie de s’intéresser au Hiphop, à sa richesse et tout particulièrement à Tours.

Selon vous, les acteurs culturels ont-ils encore du mal à miser sur la culture Hiphop ou cela commence à changer ?

Alex : Je vais avoir un avis très tranché sur cette question. Les acteurs culturels de manière général ne connaissent pas et ne comprennent pas vraiment le Hiphop. Peut être qu’ils en voient une partie comme « quel artiste va faire venir tant de public ? » ou « quel intervenant va être bien pour ma structure ? » mais il n’y a pas de réelle volonté de comprendre le Hiphop et finalement d’en faire la promotion.

Quentin : Selon moi, c’est plus large que ça. Un acteur culturel par définition, doit mettre en avant les politiques culturelles de sa région. Et finalement aujourd’hui, on est dans une génération Hiphop. Que l’on veuille ou non, il y a une génération fondamentalement Hiphop. Heureusement que les associations actuelles se donnent les moyens de fédérer autour de cette culture.

Concrètement, durant cette journée qu’allez-vous proposer au public ?

Quentin : Il y a une partie programmation vraiment axée pédagogie avec un site totalement ouvert de 14h à 20h. Le public va pouvoir participer et devenir artiste le temps d’une après-midi à travers différents ateliers : danse, scratch, calligraphie, peinture, graff, slam… Il est préférable de s’inscrire pour réserver sa place.

Alex : L’idée est d’observer, voir les différents pôles, aller rencontrer les artistes pour discuter avec eux et lorsque l’on se sent prêt, se tester sur l’une des disciplines proposées. Dans un second temps arrive la partie scène où une belle programmation va se partager les deux espaces du Temps Machine. La programmation exclusivement tourangelle est à l’image de l’évolution de la musique hiphop. On passe des classiques des années 90, à une ambiance jazz, à des teintes plus électroniques et actuelles voire à du beatmaking. Et tout au long de la journée, des Djs vont se succéder toutes les heures derrières les platines, des cercles de danses et des open-mics seront proposés. Un espace pour les skaters sera installé. Enfin, de 18h à 21h, un co-plateau rassemblant Radio Campus Tours et Radio Béton animera l’événement en live du Temps Machine sur leurs ondes respectives ! Bref, c’est l’occasion de se déplacer et découvrir voir redécouvrir les talents du coin.

Un degré de plus :

Pour en savoir plus sur l’association : leur page facebook

Pour soutenir l’événement : Le pot commun

Pour en savoir plus sur l’événement

Affiche

Une chronique en partenariat avec « hip-hop is not dead », une chronique réalisée par Loann pour l’émission de Radio Campus Tours 99.5 FM intitulée Wabam Cocktail.

logofinal-transparent