CultureChroniquesChroniques-Culture

Le clip de la semaine : « Signals » de Pyjamarama

Chaque vendredi nous plongeons nos mains de gourmands dans l’inépuisable réserve de groupes tourangeaux et en extirpons un clip. Cette semaine découvrez Signals de Pyjamarama.

Portail inter-dimensionnel, voyage en soucoupe volante et explosions de planètes. C’est le scénario du nouveau clip des tourangeaux de Pyjamarama, une virée dans un film de science-fiction vintage. Précisément, il s’agit de l’oeuvre américaine de 1955, Les Survivants de l’infini. « On avait en tête l’idée d’incruster des images sur quelque-chose d’existant, explique Julien, batteur dans le groupe. On a fouiné sur le net et on est tombé sur ce film qu’on trouvait très beau, dont on adorait les couleurs. » Ils y ajoutent alors un nouveau personnage, une petite extra-terrestre loufoque et sympathique, quoique un peu dangereuse… Tout en dansant étrangement, elle détruit la galaxie et finit par se faire elle-même exploser.

Ce petit alien s’appelle Margo, une amie du groupe que vous aurez peut-être déjà croisé au Temps Machine, où elle travaille depuis plusieurs années. « On savait qu’elle serait partante pour tenir un rôle un peu débile », plaisante Nicolas. Le tournage a lieu un après-midi, devant un fond vert, au Temps Machine. La salle de Joué-les-Tours accompagne en effet le groupe avec son dispositif le Supreme LTM. Ce jour là c’est Funken qui tient la caméra. Il se charge également du montage, des effets spéciaux… Le tourangeau est un artiste touche à tout. Il sortait en 2014 un album nommé Michel et a souvent travaillé sur des images, des clips. On se souvient par exemple du génial Birdbus des Ropoporose sur lequel Funken s’était chargé des animations.

Les Pyjamarama, eux, sortent le clip de Signals le 21 février, jour de la parution de Simple Living, leur second album. Un premier disque avait vu le jour en 2016. À l’époque, le groupe était constitué de 4 personnes. Aujourd’hui c’est un trio de chanteurs et musiciens, Lucas à la guitare, Rachel aux claviers et Nicolas à la batterie. Un changement qui a modifié leur son, leur approche de la composition et a nécessité une transition de quelques années pendant lesquelles le groupe composa ce second album.

Désormais c’est ainsi qu’ils évoluent en live. On pourra les écouter au Nadir à Bourges le 19 mars prochain et « en avril-mai dans le coin », promet Julien. Les musiciens seront également sur d’autres cènes, car les projets ne manquent pas. Rachel joue aussi dans le groupe Borja Flames. Nicolas est lui batteur/claviériste dans l’excellent projet Luis Francesco Arena (dont nous vous parlions ici). Les deux musiciens travaillent également sur une re-formation de la « Colonie de vacances ». Le projet avait fait grand bruit, dans tous les sens du terme, dès 2010. Une dizaine de musiciens investissaient les lieux de concerts avec quatre scènes, mettant le public au centre de la salle. Retour prévu l’année prochaine.

Print Friendly, PDF & Email