Culture

Le clip de la semaine «Consolation» de Ropoporose

Trait pour trait

Se réfugier dans le creux d’un arbre comme on se réfugie dans un morceau de Ropoporose. Oublier le monde en se créant le sien, vibrant, complexe, plein de surprises et de découvertes inattendues, observer la vie qui va et qui vient, attendre son heure, hésiter entre grandir ou pas, ou rajeunir même (ça marche, on dirait) : l’illustratrice tourangelle Margaux Chetteau, en plus d’être la seule personne au monde à avoir écouté plus de 200 fois «Consolation», a su habiter avec une passion tangible et un talent démesuré, l’univers sonore addictif et insondable de Ropoporose, après trois mois d’un travail qu’on devine acharné et un engagement total.

marche arrière 16

Ce conte graphique réussit la prouesse de relancer le débat de l’œuf et de la poule, au sens propre comme au figuré : il colle tellement au morceau du duo vendômois qu’on imagine très bien Romain et Pauline se le projetant sur grand écran tout en composant leur morceau par-dessus, comme le fit en son temps Neil Young devant les rushes de «Dead Man».

 profil main 6

C’est pourtant l’inverse, mais ça c’est pour la petite histoire : le reste, c’est la grande, celle de la longue idylle entre l’animation et le rock qui, souvenez-vous en, est née en 1985 avec le fabuleux clip de «Take on me» de l’Irlandais Steve Barron pour le groupe norvégien A-ha.

56 copie

Evoquant à la fois les contes traditionnels et l’univers sombre de Marjane Satrapi, Margaux Chetteau sublime le mille-feuilles sonore qu’est «Consolation», grâce à et par la grâce d’un récit initiatique à la fois inquiétant et profondément humain, entre solitude absolue, quête éperdue d’identité et de contact avec ses semblables et expériences en tout genre : un paysage mental aussi accidenté que son ambitieuse et symphonique bande-son, dans lesquels Freud y perdrait son latin et le critique musical sa langue bien pendue.

perso 3

A suivre : lundi sur 37 degrés, interview exclusive de Margaux Chetteau (re)cueillie à son retour du Salon International de la Bande Dessinée d’Angoulême.

Prochain concert de Ropoporose ce samedi 7 février 2015 à 20h30 à l’Atrium de Saint-Avertin, dans le cadre de l’Intime Festival, avec Boys in Lilies et Jay Jay Johanson

Un degré en plus > Visite guidée par leurs auteurs de «Elephant love», premier album de Ropoporose

Print Friendly, PDF & Email