• Tours Métropole
  • CDNT
  • Tours Métropole
  • CDNT

Gagnez votre place pour voir Odezenne au Temps Machine

Salon Hifi - Leclerc Amboise
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Odezenne débarque au Temps Machine jeudi 11 février pour un concert organisé par Béton ! Production.

Pour l’occasion le groupe bordelais vous fait gagner sur 37° une place de concert et un exemplaire de leur dernier album Dolziger Str.2. Pour tenter votre chance, il suffit de nous laisser un petit mail ou un message sur notre page facebook. Le gagnant sera tiré au sort.

Groupe montant de la scène française, Odezenne et sa poésie urbaine intense et troublante n’en finit plus de surprendre. Un parcours en progression constante qui en fait, à la manière de Fauve (le spleen mélancolique en moins), un symbole musical de la fameuse génération Y. Adeptes du Do It Yourself, le groupe bordelais a en effet construit sa réputation sur le web en totale indépendance, loin des schémas classiques et traditionnels de l’industrie musicale. Une stratégie payante et un début de carrière fulgurant rendu possible grâce à une communication totalement moderne et répondant aux codes du web, ce qui a permis au groupe de rapidement agglomérer une fan-base fidèle devenue le meilleur relais possible de leur univers musical.

Des œuvres musicales distillées depuis 2008 comme autant de punchlines poétiques aux mots simples, parfois crus mais toujours habillement mêlés et entremêlés pour en sortir des textes léchés. Des textes sans fioritures, bruts et subversifs mais terriblement efficaces. Leur dernier album Dolziger Str.2 ne déroge pas à la règle.

Odezenne-Photo2015-1024x1024

Entretien avec Jaco, l’un des trois membres du groupe (avec Alix et Mattia) :

37° : Salut Jaco, Odezenne a connu une belle évolution depuis votre dernier passage en Touraine, lors du festival Aucard de Tours en 2014.

Jaco/Odezenne : Oui c’est vrai, même si nous on ne s’en rend peut-être pas forcément compte parce qu’on a la tête dans le guidon, on travaille beaucoup en réalité. Mais oui cela fait plaisir parce que dès le départ on a pensé à travailler sur le long terme et aujourd’hui ça marche.

37° : La notoriété grandissante d’Odezenne change-t-elle quelque chose pour vous ?

Jaco/Odezenne : Au quotidien non, on peut toujours manger où on veut, on ne nous reconnaît pas dans la rue et c’est très bien ainsi. Notre objectif est simple, c’est de vivre de notre art, après on n’a pas des vies grandiloquentes, on vit toujours normalement.

37° : Vous avez toujours fait avancer le projet Odezenne de manière indépendante, avez créé votre propre label « Universeul » et pourtant vous avez réussi à séduire un public nombreux et fidèle. C’est quoi la recette de votre succès ?

Jaco / Odezenne : En fait au début on s’est surtout organisé comme on le pouvait. Après notre démarche est honnête, le public l’a sans doute compris. Notre communication est assez naturelle, on est des garçons simples, quand on nous parle on répond et sur scène on ne triche pas, on reste comme on est dans la vie en fait.

37° : On parlait de votre indépendance et de votre label « Universeul ». Pour votre dernier album vous avez néanmoins signé un contrat avec le label « Tôt ou tard » …

Jaco / Odezenne : Pour Dolziger Str.2, notre dernier album, « Universeul » a cédé un droit de licence à « Tôt ou tard » qui est un label indépendant également. Le problème c’est que quand tu es indépendant,  tu fais tout tout seul et quand cela fonctionne bien co tu peux vite devenir esclave de ton indépendance parce que tu n’as plus le temps de tout faire, tout demande plus de temps.

37° : Parlons un peu de ce dernier album, certains le trouvent plus conciliants que vos précédentes productions, tu en penses quoi ?

Jaco/Odezenne : Je ne pense pas. Au contraire je le trouve moins conciliant moi. Honnêtement on porte nos couilles à fond sur cet album. Musicalement par exemple on n’a aucun sample, on joue sans filet pour ainsi dire. Et les textes comme celui de Vodka, je ne les trouvent pas plus consensuels que ceux que l’on a écrit par le passé.

37° : On parle souvent de vos textes, mais comment composez-vous vos chansons ? Vous trouvez d’abord la musique ou partez des paroles ?

Jaco / Odezenne : On n’a pas de recette miracle. Déjà on est trois donc c’est difficile parfois de se mettre d’accord sur ce qu’on considère comme une bonne chanson. Ceci dit, généralement la musique amène le texte puis il y a de nombreux échanges entre nous.

37° : Ce dernier album n’aide pas à vous classer musicalement, il est même par moments surprenant par les esthétiques différentes qu’on y retrouve. Odezenne c’est quel genre musical alors ?

Jaco / Odezenne : Tant mieux si c’est surprenant parce qu’on ne veut pas être enfermé dans des cases, on joue la musique qui nous plaît.

Le clip « Bouche à lèvres »

YouTube video

37° : On ne peut pas évoquer Odezenne sans parler de vos clips. Ils sont toujours très travaillés avec des univers particuliers et intenses. Ce sont également de vrais outils de communication pour vous. Comment naissent-ils ?

Jaco / Odezenne : Nous travaillons toujours avec les mêmes équipe de professionnels pour nos clips. Elles écoutent les musiques puis proposent la mise en image, après ce sont beaucoup d’échanges et c’est également beaucoup de travail en effet.

37° : Parlons un peu de la scène, il y a souvent une vraie communion avec le public, on a en souvenir le concert d’Aucard de Tours il y a deux ans notamment.

Jaco / Odezenne : J’en garde également un bon souvenir de ce concert, c’était chouette. On a l’habitude de dire qu’un show réussi se fait à 50 % grâce au public et je pense que c’est vrai. Nous sur scène comme je l’ai dit on est nous-mêmes avec nos fringues qu’on porte tous les jours, on ne triche pas.

Un degré en plus :

crédit photo : Romana Shama

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !