ChroniquesChroniques-Culture

Le clip de la semaine : « Feline » de Dissident

Chaque vendredi nous plongeons nos mains de gourmands dans l’inépuisable réserve de groupes tourangeaux et en extirpons un clip. Cette semaine découvrez Feline de Dissident.

Une jeune fille en maillot se prend en selfie, les pieds dans une piscine pour enfant. Elle affiche un large sourire tandis que son père hilare l’arrose abondamment. Voilà un shooting photo peu commun. Avec Feline, Dissident s’amuse à grossir à la loupe du burlesque la drague numérique et la façon dont chacun y façonne sa propre image. « Nous avons poussé à l’extrême une réalité grotesque, explique Pierre-Yves, le chanteur du groupe et co-réalisateur du clip. Être drôle, c’est une façon plus facile de faire passer un message ».

Ce ton extravagant, le groupe le cultive dans bon nombre de vidéos. En 3 ans d’existence, ils ont réalisé pas moins de 7 clips qui mettent en scène des situations souvent étranges et décalées. Celui de Feline est tourné il y a tout juste un mois dans une ferme de Mettray et dans un appartement des Fontaines. Et c’est loin d’être la première fois qu’ils utilisent la Touraine comme terrain de jeu : le Triangle d’Or à La Riche, le Winchester à Tours ou encore les ateliers de la Morinerie à Saint-Pierre-des-Corps… Des lieux qu’ils s’approprient pour raconter des histoires d’extraterrestres perdus ou de compétitions de Twister.

C’est le groupe lui-même qui assume la réalisation de ces vidéos, du script jusqu’au montage. Et lorsqu’il s’agit de tenir la caméra, c’est souvent le tourangeau Yannis Poncho qui s’y colle. « C’est toujours la même équipe, les copains avec lesquels on a l’habitude de bosser, raconte Pierre-Yves. C’est un peu la famille ». Cette famille, elle s’est créée au fur et à mesure, sur 14 ans d’histoire. Si Dissident se forme il y a seulement 3 ans, les quatre garçons originaires de Ballan-Miré jouent ensemble depuis leurs années lycée, à l’époque sous le nom de Divine Paiste. « Depuis on passe tout notre temps ensemble, je les vois plus que ma famille ou que n’importe qui », confie Pierre-Yves.

Cette « bromance », les garçons de Dissident cherchent à la partager au maximum avec leur public, que ce soit sur les réseaux sociaux ou en concert. Leur nouvelle idée consiste à faire une tournée exclusivement chez l’habitant. Un concert par soir pendant 16 jours, uniquement chez des gens qu’ils ne connaissent pas. « On sera dans une petite configuration, avec une seule enceinte. On va aussi s’amuser à coller des affiches dans les villes, à projeter des images sur des immeubles », détaille Pierre-Yves. Une belle façon de rencontrer le groupe avant la sortie de leur premier album qui paraitra chez Capitol Records le 18 octobre prochain.

Un degré en plus :

Pour demander l’accès à ces soirées privées chez l’habitant, rendez-vous sur le messenger facebook de Dissident.

70342279_2262417080736444_4525604475699724288_o
Print Friendly, PDF & Email