Tours Métropole : Le faible taux de réalisation des investissements interroge

Facebook
Twitter
Email

Le conseil métropolitain s’est réuni ce lundi 27 février. Parmi les sujets à l’ordre du jour se trouvait notamment la question des orientations budgétaires pour l’année 2023 avec un point clé : celui du taux de réalisation des investissements qui reste faible.

Le constat est unanime : année après année, Tours Métropole peine à réaliser ses investissements. Pour l’année 2022, si 91,1 millions d’euros avaient en effet été inscrits au budget primitif pour les dépenses d’équipement de la collectivité, au final seuls 54 millions d’euros ont été dépensés et engagés, soit moins de 60%.

A la suite du débat d’orientations budgétaires de 2022, nous écrivions « La métropole peut-elle investir plus ? »  Un an plus tard la question se pose toujours donc et plus que jamais. Un chiffre faible qui se renouvelle donc, ce qui n’a pas manqué d’interpeller les élus de tous bords.

« Le taux de réalisation est trop faible, on est tous d’accord avec cela. Il faut trouver comment on peut faire mieux » s’est ainsi exprimé le maire de Ballan-Miré, Thierry Chailloux, tandis que l’élu de Tours Christophe Bouchet poussait plus loin la critique : « Il faut s’interroger sur d’où vient la non-réalisation des investissements. Je pense qu’elle vient d’un manque d’élan, car on sait pas où on va car on n’a toujours pas de projet métropolitain pour avoir une direction claire. »

Des critiques entendues par le vice-président aux finances, Christian Gatard : « Ce n’est pas satisfaisant en effet et ce problème dure depuis 22 ans. Est-ce qu’on n’a pas les yeux plus gros que le ventre ? Ne faudrait-il pas inscrire 80-85 millions au budget au lieu de 100 millions d’euros. Cela ferait remonter le taux de réalisation. »

L’élu a évoqué également comme cause des problématiques de relations parfois avec les communes, le temps de préparation et de réalisation qui augmente entre les concertations, appels d’offres, les choix de maitrise d’ouvrage…

Reste que l’équation revient chaque année sans être résolue pour le moment. Une solution pourrait venir du fonds vert mis en place par l’Etat. Sur proposition de l’élu de la majorité de Tours, Jean-Patrick Gille, Tours Métropole pourrait réfléchir à se saisir de ce fonds vert pour le redistribuer aux communes ayant des projets lancés. Concrètement, à la moitié de l’année, les crédits non utilisés dans les investissements pourraient être re-fléchés dans ce dispositif.

En attendant pour cette année, Tours Métropole entend budgétiser 101 millions d’euros de dépenses d’équipement avec comme gros axes : 12,4 millions d’euros pour le développement économique, 22,1 pour l’environnement, le cadre de vie et les énergies, 39,8 millions d’euros pour les infrastructures et espaces publics ou encore 7,7 millions d’euros pour l’aménagement, habitat et les solidarités.

Facebook
Twitter
Email
  • Agenda

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Agenda
Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !