VidéoA la uneCulture

Quel bilan pour Terres du Son ? #tds2018

Le festival Terres du Son a refermé son chapitre 2018 ce dimanche soir sur le domaine de Candé. Une édition au bilan un peu mitigé, avec notamment une affluence en baisse mais aussi des beaux moments au domaine de Candé pendant 3 jours.

Avec 35 000 festivaliers sur trois jours, Terres du Son a-t-il réussi son édition 2018 ou non ? C’est toujours l’éternelle question : les chiffres doivent-ils définir la réussite ou non d’un événement comme Terres du Son ? A l’heure du bilan, ceux-ci tombent invariablement et donnent un aperçu c’est certain. Pour autant doit-on juger par rapport à ce seul critère ? La question mérite d’être posée.

A lire également sur Info Tours : Ce qu’on a aimé (ou moins aimé) pendant Terres du Son

Il y a malgré tout cette affluence qui peine à progresser et qui diminue même. « On vise le long terme » nous expliquent Franck Fumoleau, Arnaud Guedet et Hugues Barbotin dans la vidéo ci-dessous, expliquant vouloir plus capitaliser sur une ambiance, un état d’esprit fédérateur plutôt que sur une grosse tête d’affiche capable d’attirer à elle seule plusieurs milliers de festivaliers mais obligeant à débourser un gros cachet et en ayant la crainte de voir le public ne venir que pour celle-ci au détriment du reste du festival. L’équation n’est pas simple, d’autant qu’elle répond à des logiques financières supplémentaires, le business autour des festival étant devenue une cash-machine pour les artistes et les prods.

Les organisateurs de Terres du Son assument donc pleinement leur programmation. Il faut dire qu’elle était une nouvelle cohérente et suffisamment large pour toucher un public varié. C’est en effet ce qui s’est passé, avec un public à la fois familial mais aussi étudiant et plus jeune encore, notamment samedi pour Roméo Elvis et Lomepal. Un nouveau public sur lequel Terres du Son entend bien capitaliser en le fidélisant, c’est un des enjeux pour la suite du festival.

Le festival affirme son côté responsable

Autre enjeu, plutôt bien relevé, celui de l’éco-responsabilité. A force on finit par ne plus s’en rendre compte, mais il est pourtant important de rappeler les efforts faits chaque année par le festival pour laisser le moins d’empreinte possible sur le site de Candé. Une démarche à laquelle les organisateurs ont souhaité impliquer encore plus les festivaliers cette année, en multipliant les messages incitatifs sur le site ou encore en mettant pour la première fois un jeu éco-responsable en place, avec un pass à vie pour le festival à gagner. Une phase de test qui demande à être confirmée pour devenir pleinement satisfaisante mais la volonté est là.

Le côté « festival responsable » va plus loin que la seule question environnementale d’ailleurs, puisqu’il se décline sur les thèmes économiques et sociaux. Toujours dans cette affirmation d’identité et d’ancrage territorial, Terres du Son avait ainsi travaillé en amont avec plusieurs structures éducatives (IME de Château-Renault, ITEP de Mettray…) ou d’insertion (Actives) qui ont œuvré à la décoration du festival. Une déco remarquée et saluée avec de nombreuses structures en bois essentiellement, disséminées sur le site. Un ancrage territorial indispensable que Terres du Son accentue depuis deux ans maintenant, avec le recrutement d’une personne dédiée aux partenariats et au mécénat.  Quant au côté festival responsable, il faut également saluer le travail effectué pour l’accessibilité qui s’améliore chaque année.

Une année charnière

La volonté d’être un lieu de rencontres, c’est ce qui s’affirme en tout cas année après année, mais malgré tout pour que tout ce projet prenne véritablement vie, faut-il encore que le public vienne en nombre. A Terres du Son de dresser un bilan dans les semaines qui viennent pour trouver la parade en 2019 afin de repartir de l’avant. Ce sera l’une des tâches du nouveau directeur du festival qui sera recruté en septembre après le départ du directeur historique, Hugues Barbotin, qui après 14 années quitte ses fonctions. Un autre virage majeur pour le festival après l’arrivée d’une nouvelle programmatrice l’an dernier.

Retrouvez le bilan de ce Terres du Son 2018 en vidéo, en compagnie des 3 fondateurs du festival

Print Friendly, PDF & Email