A la unePolitique

[Le Qui est Qui des Municipales à Tours] Tout ce que vous devez savoir sur le candidat Nicolas Gautreau

Les dimanches 15 et 22 mars on vote pour renouveler le conseil municipal de Tours. Sur 37 degrés, on a choisi de vous présenter en détail les candidats en tête de liste pour apprendre à les connaître avant de faire votre choix dans l’isoloir. Voici le portrait de Nicolas Gautreau

Fiche technique :

51 ans – Professeur d’Histoire-Géographie en lycée – Tête de liste « Les Indépendants »

CV :

Nicolas Gautreau a accompagné l’ancien maire de Tours Jean Germain dès 1995, quand il s’est fait élire aux côtés d’autres jeunes du Parti Socialiste dans l’équipe qui a fait tomber Jean Royer. Sa carrière politique prend vite du galon : d’abord conseiller municipal délégué, il passe adjoint dès le second mandat en 2001 avec à sa charge les services techniques.  Il entre au Conseil Général (aujourd’hui Conseil Départemental) en 1998 sur le canton de Tours-Ouest. Un siège qu’il gardera jusqu’en 2015, battu par un binôme de droite composé de Céline Ballesteros et Thomas Gelfi. Un an auparavant en 2014, il fait partie de l’équipe de Jean Germain qui perd la mairie au profit de la droite.

Nicolas Gautreau revient néanmoins sur le devant de la scène en 2016 après la démission de Gérard Gernot du Conseil Municipal, cette fois dans l’opposition. Ce ténor du parti socialiste d’Indre-et-Loire s’est éloigné de son parti d’origine après la primaire des Présidentielles de fin 2016 où il a soutenu Manuel Valls. Il se rapproche alors de La République En Marche, faisant partie de l’équipe de campagne de Philippe Chalumeau aux Législatives. Il prend néanmoins rapidement ses distances expliquant ne pas apprécier le centralisme de son fonctionnement. Dès lors, il se retrouve sans étiquette politique et en fait une marque de fabrique pour ces élections municipales.

Le style :

Direct. C’est le premier qualificatif qui vient à l’esprit quand on pense à Nicolas Gautreau. L’homme aime la confrontation verbale et ne prive pas de s’en servir. S’il prend des coups, il en donne aussi beaucoup. Dans ce sens, ses passes d’armes avec Christophe Bouchet en Conseil Municipal sont devenues légion. S’il ne ménage pas ses adversaires, ces derniers reconnaissent en lui un certain sens du combat politique, même si son style offensif les agacent dans le même temps.

Ses principales idées :

Dès la fin de l’été, Nicolas Gautreau a avancé des mesures fortes de son programme comme la gratuité des transports en commun le week-end. Toujours point de vue transports, il privilégie l’essor de bus à hydrogène et propose de revoir l’extension du réseau de tramway, en axant sur une desserte vers l’est.

Se faisant le candidat des commerçants de proximité, il propose l’instauration d’une gratuité pour le stationnement les 30 premières minutes en centre-ville de Tours ainsi qu’une gratuité totale le samedi après-midi. Autres mesures annoncées : la reprise du projet de rénovation des Halles, la mise en place d’un budget participatif à hauteur de 10% des investissements de la ville ou encore la création d’une Cité des Artisans.

Ses points forts :

Homme politique d’expérience, Nicolas Gautreau bénéfice d’un ancrage certain, notamment à Tours-Ouest, son fief, et à Tours-Nord où il travaille. Son expérience lui confère également une maîtrise certaine des sujets et du fonctionnement municipal. Son positionnement politique « sans étiquette » aurait pu être un frein à sa campagne, mais se révèle aujourd’hui plutôt un atout, tandis que d’autres candidats se sont opposés sur des questions d’investiture et politiciennes. A ses côtés, il emmène des colistières et colistiers d’expérience comme Jean-Luc Dutreix (ex élu en charge des grands projets) et Nadia Hamoudi (actuellement dans l’opposition municipale) + de nouvelles têtes de plusieurs horizons (le milieu enseignant, des jeunes…). Enfin, Nicolas Gautreau est un élu au contact facile qui aime et maitrise l’exercice des campagnes électorales. En témoignent ses vidéos de campagne sur les réseaux sociaux, pas passées inaperçues.

Ses points faibles :

Si le fait de se présenter sans étiquette peut être une bonne chose vu la défiance actuelle envers les partis, cela oblige néanmoins à faire avec les moyens du bord. Il faut donc redoubler d’efforts pour exister face aux autres candidats, malgré des moyens financiers et militants plus restreints (pas de permanence de campagne avec vitrine, par exemple).

Sa position au centre de l’échiquier politique est délicate car occupée par plusieurs candidats : de Benoist Pierre (LREM) aux autres candidats « sans étiquette » comme Mickaël Cortot et Philippe Lacaile, avec en prime des programmes finalement proches les uns des autres. Difficile dès lors d’éviter un éparpillement des voix centristes entre tous.

Enfin, s’il peut capitaliser sur son fief de Tours-Ouest ou à Tours-Nord, ailleurs, la candidature de Nicolas Gautreau risque d’être plus à la peine sur les autres territoires de la ville où il est moins bien implanté. Par ailleurs, beaucoup de membres de son équipe sont peu connus du grand public.

La question bonus :

S’il est élu maire, Nicolas Gautreau adoptera-t-il un style plus consensuel pour convaincre les autres maires de la Métropole de le suivre dans ses projets ?

Un degré en plus :

Son site de campagne : http://les-independants-tours.fr/

Sa page Facebook : https://www.facebook.com/LesindependantsTours/

Print Friendly, PDF & Email