A la unePolitique

[Le Qui est Qui des Municipales à Tours] Tout ce que vous devez savoir sur le candidat Christophe Bouchet

Le dimanche 28 juin, les électeurs tourangeaux auront à désigner leur nouveau maire. En lice deux candidats : Emmanuel Denis, candidat écologiste ayant rassemblé une union à gauche de la France Insoumise jusqu’au Parti Socialiste et de l’autre, Christophe Bouchet, membre du Parti Radical, maire sortant et rassemblant une liste de centre-droit et droite au premier tour et qui a fait alliance avec le candidat LREM, Benoist Pierre, après le premier tour. Sur 37 degrés, on a choisi de vous présenter en détail les candidats en tête de liste pour apprendre à les connaître avant de faire votre choix dans l’isoloir. Aujourd’hui, découvrez le portrait de Christophe Bouchet.

Fiche technique :

57 ans – Maire de Tours, 1er vice-président de Tours Métropole – Centriste, engagé au Parti Radical

Le CV :

Journaliste à partir de 1982 (à l’AFP ou au Nouvel Observateur), il a écrit plusieurs livres et pris la présidence d’un club de foot mythique en 2002 : l’Olympique de Marseille. Son aventure a duré jusqu’en 2004. 15 ans plus tard, un autre patron iconique du club – Bernard Tapie – s’en souvient encore au point de ne pas manquer une occasion de le critiquer avec véhémence sur le sujet. Également vice-président du Tours Football Club de 2009 à 2011, on peut qualifier Christophe Bouchet de serial entrepreneur puisqu’il a investi dans l’immobilier, le sport et même l’automobile en soutenant un prototype de voiture électrique au look rétro en 2017. C’est également cette année-là qu’il est devenu maire de Tours en remplacement de Serge Babary qui a quitté son poste pour privilégier le Sénat. Christophe Bouchet s’était engagé à ses côtés en 2014 et avait été désigné adjoint en charge du rayonnement. Pas son premier engagement politique puisqu’il avait tenté de se faire élire député en 2012. Bilan : 1,62%, soit un peu plus de 500 voix.

Le style :

A l’aise pour communiquer, pas avare en boutades, il se montre avenant et très souriant en public avec la faculté de vulgariser ses propos. Malgré une certaine bonhommie au premier abord il peut se montrer très direct et cassant. Ainsi, il a parfois bien du mal à cacher son agacement, en particulier pendant les conseils municipaux où son opposition lui a reproché plusieurs dérapages verbaux. Toujours en costume, on a souvent pu le croiser en scooter à Tours ; depuis peu il s’est converti au vélo et ne manque pas de le rappeler régulièrement.

Ses principales idées :

S’il est élu pour la période 2020-2026, Christophe Bouchet compte mener à bien plusieurs grands projets de développement urbain : la rénovation des Halles, un plan de réfection des écoles à 100 millions d’euros, la construction d’un nouveau quartier dans le secteur des Casernes, la reconfiguration du haut de la Tranchée ou l’accompagnement du chantier de la 2e ligne de tram… Oui mais le Covid-19 étant passé par là, ces projets ne semblent plus prioritaires et Christophe Bouchet axe désormais sa campagne du 2e tour sur la gestion de l’urgence et de la crise sanitaire et économique actuelle. Son alliance réalisée pour le 2e tour avec Benoist Pierre l’oblige également à revoir certaines positions : sur les Halles ou le tramway, il semblerait qu’il plaide désormais pour une nouvelle réflexion de ces projets pourtant lancés dans le dernier mandat… En cas de victoire, il promet en tout cas un mandat dans la continuité du précédent mais aussi dans la rupture sur certains sujets (écologie ou démocratie participative).

Ses points forts :

Christophe Bouchet est un homme de réseaux : il s’est souvent affiché aux côtés de l’ancien ministre centriste Jean-Louis Borloo et revendique des relations avec le 1er ministre Edouard Philippe. Aux responsabilités à Tours depuis 2014, il maîtrise les dossiers municipaux et on peut mettre à l’actif de sa majorité la renégociation de la dette de la ville pour alléger l’impact de ses emprunts, une politique dynamique en faveur de l’emploi ou encore un vaste plan de rénovation des rues de la commune ces trois dernières années. Pour sa campagne, il a réussi avant le premier tour, une certaine union de la droite (Les Républicains, UDI, Parti Radical) enrôlant avec lui une ancienne figure locale des radicaux de gauche (Mélanie Fortier) et obtenant le soutien de l’ancienne adjointe Françoise Amiot qui s’est un temps affichée sous les couleurs de La République En Marche. Il place également sur sa liste des représentants de la quasi-totalité des quartiers de la ville.

Christophe Bouchet a également réussi à réaliser l’alliance pendant l’entre deux tours avec le candidat de LREM, Benoist Pierre. Ouvrant sa liste à 16 nouveaux colistiers, le maire sortant la joue rassembleur, et comme meneur d’une liste « responsable face à la crise » ,allant du centre gauche à la droite.

Ses points faibles :

Les réseaux du maire de Tours peuvent également lui être reprochés, comme sa proximité avec le monde de la promotion immobilière. Il entretient par ailleurs des relations compliquées avec des personnalités comme le président du Conseil Départemental Jean-Gérard Paumier ou celui du Tours Football Club Jean-Marc Ettori. Sur le terrain, son manque d’écoute lui a été reproché à maintes reprises, en particulier après la présentation du projet de rénovation des Halles non validé par les commerçants du quartier. Globalement, son bilan laisse un goût amer à une partie du monde culturel, sportif et associatif ; la réforme du stationnement payant a été très mal gérée et sa majorité s’est effritée au fil des mois avec 7 départs.

Si son alliance avec Benoist Pierre, lui permet de rester dans la course du 2e tour face au candidat écologiste Emmanuel Denis, la composition de la liste montre également de grandes différences entre les personnes présentes, avec la crainte de voir une majorité se décomposer pendant le mandat en cas de victoire…

La question bonus :

S’il gagne l’élection, Christophe Bouchet briguera-t-il la présidence de Tours Métropole ? Pour l’instant, il laisse Philippe Briand gérer l’agglomération mais on se souvient qu’en 1999 il avait publié un livre intitulé Vive le cumul des mandats. Le rêve d’une vie ?

Un degré en plus :

> Son site de campagne : https://www.bouchet2020.fr

> Sa page Facebook : https://www.facebook.com/bouchet2020.tours

Print Friendly, PDF & Email