A la unePolitique

Joué-lès-Tours : Début de l’acte 2 pour le maire Frédéric Augis

Lundi soir, les élus Jocondiens ont installé leurs représentants et notamment Frédéric Augis dans ses fonctions. Ce dernier occupera pour son deuxième mandat consécutif le poste de maire jusqu’en 2026.

Frédéric Augis, solidement installé à la tête de la ville

Vainqueur de l’élection municipale dès le 1er tour et avec plus de 58% des voix, Frédéric Augis s’était vu conforter et renforcer dans ses fonctions au soir du 15 mars. Si en 2014, il avait battu sur le fil (200 voix d’écart) et à la surprise générale Philippe Le Breton, alors maire de la deuxième ville du département depuis 19 ans, force est de constater que six ans plus tard, la victoire de Frédéric Augis et sa majorité de droite ne souffre d’aucune contestation.

Bien que son premier mandat fût ponctué parfois de moments difficiles, l’ancien président des Républicains d’Indre-et-Loire, a su en effet s’installer et s’ancrer durablement. Sa stratégie de rompre avec son parti politique à partir de 2017 est d’ailleurs assez symbolique de cette volonté d’ancrage, avec comme point d’orgue son slogan repris à tout va depuis deux ans : « mon parti c’est Joué ». Dans une ville qui a souvent par le passé souffert d’un manque de reconnaissance, l’affichage 100% jocondien a payé.

Près de 59% au premier tour et une opposition réduite à peau de chagrin, notamment du côté de « Libres Citoyens », l’association qui avait été montée par Laurence Hervé (ex-PS, devenue LREM) et Jean-Christophe Turot, l’ancien compagnon et premier adjoint de Frédéric Augis, passé en dissidence en cours du premier mandat, dans l’espoir de faire basculer la ville. Au final, l’étiquette LREM aura été lourde à porter pour la candidate Hervé qui n’a obtenu que 11,95% des voix et deux élus, bien loin des espoirs qui étaient nés au moment du lancement de sa campagne au printemps 2019.

Francis Gérard maintient  la gauche à flot

Arrivée en deuxième position avec 26,14% des voix, la liste d’union de la gauche conduite par Francis Gérard peut de son côté se targuer d’un score honorable malgré le contexte et alors que beaucoup prédisaient quelques mois auparavant qu’elle peinerait à exister et qu’elle serait distancée par les deux autres listes principales (Il y avait 5 listes en tout à Joué-lès-Tours avec celle de l’Union des Démocrates Musulmans Français et celle de Lutte Ouvrière qui ont respectivement obtenus 2,68% et 2,33%).

Reprenant au pied levé la candidature de la gauche, suite au désistement de Vincent Tison à l’automne 2019, Francis Gérard a su mener une campagne dynamique avec une équipe largement renouvelée par rapport la liste socialiste de 2014. De quoi permettre de constituer le premier groupe d’opposition à la majorité municipale, mais aussi de poser les bases d’un projet écologiste et social qui devra s’ancrer lui aussi dans les prochaines années pour espérer reconquérir à terme la ville.

C’est sur ces bases là qu’a débuté officiellement la mandature 2020-2026 ce lundi 25 mai. Ce soir-là, plus de deux mois après les élections, les nouveaux élus et les élus reconduits étaient conviés dans la salle polyvalente du centre de loisirs de La Borde, réquisitionné spécialement pour l’occasion en raison des règles de distanciation en vigueur.

Une première séance solennelle malgré le cadre particulier et l’absence de public, ponctuée simplement de propos généraux : « La nouvelle majorité travaillera dans l’intérêt général de la ville et dans le respect des oppositions municipales » a annoncé Fréderic Augis.

« La réalité est dure mais nous devons l’accepter » a indiqué de son côté Francis Gérard, reconnaissant la victoire du maire sortant, tandis que Laurence Hervé évoquait le fait de vouloir porter « une opposition constructive. »

Les lieutenants du maire aux premiers rôles

Ce conseil municipal d’installation n’aura comme attendu pas eu de surprise, enfin presque, puisque Frédéric Augis a été officiellement élu maire de Joué-lès-Tours avec 33 voix, alors que sa majorité ne comporte que 32 personnes. Pour le reste, le maire a présenté sa liste d’adjoints, composée pour l’essentiel d’élus déjà présents dans la précédente mandature. Sur 11 adjoints, 8 étaient en effet présents dans l’équipe précédente. Une prime à la fidélité que l’on retrouve aux postes clés, puisque les 6 premiers postes d’adjoints sont occupés par celles et ceux qui ont été en vue dans le premier mandat et que l’on pourrait qualifier de « lieutenants du maire » (voir encadré). A noter que les finances de la ville gérées précédemment par le premier adjoint Vincent Téléga (pas repartant pour raisons professionnelles) seront cette fois gérés par le jeune nouvel élu Cyril Palin, âgé de 25 ans.

La liste des 11 adjoints (en italique les élus déjà présents dans l’ancienne majorité de 2014) :

Valérie Turot (1ere adjointe en charge de la politique de la ville, la jeunesse et de la médiation urbaine)

Judicaël Osmond (2e adjoint en charge de la vie associative, le bénévolat, les sports et la santé)

 Aude Goblet (3e adjointe en charge de l’éducation, famille, développement durable et transition alimentaire)

 Bernard Sol (4e adjoint à l’urbanisme, espaces verts et au cadre de vie)

 Sandrine Fouquet (5e adjointe, responsable de la vie de la cité, des relations internationales et au système d’information)

 Lionel Audiger (6e adjoint avec la voirie, transports et mobilité, gestion des fluides).

Caroline Chalopin (7e adjointe, en charge de la culture et du rayonnement de la ville)

Alain Médinat (8e adjoint, ressources humaines, moyens généraux et aux correspondants armés)

Sylviane Augis (9e adjointe déléguée aux aînés, au bien vieillir et aux éléctions)

Cyril Palin (10e adjoint : finances de la ville, marchés publics, achats)

Annie Laurencin (11e adjointe à la solidarité et à la parentalité)

Les élus jocondiens ont désormais rendez-vous le 15 juin prochain pour le premier conseil municipal ordinaire de la mandature. Nul doute que chaque groupe politique aura à cœur de faire entendre sa voix. Le maire et sa majorité savent qu’ils seront rapidement attendus au tournant par une opposition qui souhaitera exister et porter sa vision pour la deuxième ville du département.

Print Friendly, PDF & Email