A la uneSport

Guillaume Barré, président-délégué du Tours FC : « Redorer l’image du club »

Le nouveau président-délégué du Tours FC, Guillaume Barré a profité d’un temps presse ce mardi pour se présenter et surtout présenter son projet pour le club de football tourangeau. Un projet qui tient sur une idée forte : « redorer l’image du club ».

Il y a un peu moins de deux semaines, après une nouvelle déconvenue devant la DNCG (le gendarme financier du sport), Jean-Marc Ettori nous confiait sa lassitude et sa mise en retrait du Tours FC, club qu’il préside depuis 2013, année de son rachat par l’homme d’affaires corse. Jean-Marc Ettori présentait alors celui qui allait prendre sa succession à la tête du club : Guillaume Barré, alors inconnu dans le milieu.

Un nouveau président qui veut impulser une dynamique positive

Agé de 46 ans, Guillaume Barré est un Tourangeau de naissance, nous dit-il ce mardi lors d’un point presse, son premier officiel. Celui qui travaille actuellement comme chargé de mission dans la direction de l’information légale et administrative auprès des services du 1er Ministre explique être un mordu du club, venant régulièrement aux matchs depuis l’enfance.  « J’ai accepté ce poste, car j’aime ce club et j’aime aussi ma ville de Tours » s’exclame celui qui a désormais la lourde tâche de gérer un club à la peine et de le redresser.

Guillaume Barré, président-délégué du Tours FC

La première étape c’est ce mercredi, auprès du CNOSF (Comité national olympique et sportif français). Le club tourangeau y porte un recours afin de pouvoir jouer en National 2 la saison prochaine comme c’était sportivement prévu après la montée obtenue par l’équipe première sur le terrain. Oui mais entre-temps, le TFC s’est fait recaler par la DNCG, l’instance de contrôle financier des clubs sportifs, en première instance puis en appel. La raison invoquée par l’instance de contrôle : un déficit financier encore trop élevé, ce que conteste le club qui estime avoir prouvé les efforts fournis depuis l’an dernier.

« On a très mal vécu la décision en appel de la DNCG que nous avons trouvé injuste. On a des arguments que l’on va faire valoir, j’espère qu’on sera entendu » explique Guillaume Barré, appuyé dans ce sens par Eric Thomas, l’adjoint aux sports de la ville de Tours qui explique que « l’équipe mérite de jouer en N2. »

Lire sur Info Tours : L’avenir du Tours FC se joue devant le CNOSF ce mercredi

L’adjoint aux sports entend d’ailleurs impulser une dynamique plus positive autour du club et affiche le soutien de la ville. « Nous voulons nouer de nouvelles relations avec l’ensemble du club, la SASP et l’association. » Et comme preuve de la bonne volonté, Eric Thomas d’évoquer un investissement de 2 millions d’euros pour refaire les deux terrains stabilisés (un en pelouse, l’autre en synthétique) du complexe sportif) au printemps 2021 ou encore des vestiaires, le montant de subventions allouées par la ville (Environ 150 000 euros) mais aussi le prolongement de 10 ans du bail emphytéotique qui confie au club les installations de la Vallée du Cher et notamment l’ancien CTRO.

« Rallumer la flamme auprès des Tourangeaux »

Cependant pour la ville pas question de signer un chèque en blanc, Eric Thomas veut repartir sur des bases saines, mais attend aussi du club en retour un engagement de plus grande stabilité : « Tours mérite plus que les chamailleries et les relations parfois venimeuses du passé. Le club repartira que si tous les acteurs ont conscience de leur rôle. »

En élargissant son propos Eric Thomas évoque « le besoin que le football se réveille à Tours » et le fait que cela passe aussi par des missions d’intérêt général comme des interventions dans les quartiers ou en faveur du développement du sport féminin. « Le football est un formidable outil social et le Tours FC doit en être une vitrine. C’est un projet qui fait sens, le club doit se rattacher à son territoire. »

Eric Thomas, adjoint aux Sports de la ville de Tours

Pour y arriver, l’équipe municipale d’Emmanuel Denis a une idée : créer un actionnariat populaire sur en transformant le club en une société coopérative (SCIC). Un modèle mis en place par Bastia par exemple. « On ouvre le champ des possibles en voulant rendre les acteurs et spectateurs au centre des décisions. C’est un projet qui doit être construit avec l’ensemble des partenaires » s’est enthousiasmé Eric Thomas. Une idée qui avait séduit sur le principe Jean-Marc Ettori, et que Guillaume Barré trouve de son côté intéressante :  « C’est un beau projet mais qui demande du temps ».

Avant d’arriver à cela, le nouveau président-délégué veut « rallumer la flamme auprès des Tourangeaux » et faire en sorte que « le Tours FC soit une vitrine pour la ville. »

Pour rallumer cette flamme, Guillaume Barré fixe un objectif sportif ambitieux quelque-soit la décision du CNOSF et de la FFF : retrouver le championnat de National 1 d’ici deux ans en se basant sur le bon travail sportif réalisé par le coach Nourredine El Ouardani. Un coach qui de son côté, malgré les incertitudes de cette intersaison sur le niveau dans lequel l’équipe va évoluer se voulait plutôt rassurant : « Les entraînements sont bons et le groupe vit bien, la preuve malgré des sollicitudes d’autres clubs suite à la décision de la DNCG, ils sont tous restés. »

Que le club reparte en N2 ou N3 cette année, tous tiennent le même discours et sont conscients que cette saison doit être l’année zéro vers un nouveau départ.

Print Friendly, PDF & Email