A la uneInterviews

Christophe Caillaud-Joos, directeur de Tours Événements : « Tours est la destination d’aujourd’hui »

En janvier 2018, quelques semaines après son arrivée à la tête de Tours Événements, Christophe Caillaud-Joos, nous livrait une interview dans laquelle il évoquait ses objectifs pour la société d’économie mixte contrôlée à 83% par la ville de Tours et gérant le Vinci (devenu simplement Palais des Congrès de Tours) et le Parc des Expositions. Deux ans plus tard, nous l’avons rencontré de nouveau afin de dresser un premier bilan de son action.

Faire de Tours Événements, une société vertueuse et durable

« Je pense qu’on peut amener Tours Événements à avoir des standards nationaux. Cela passe par exemple par la mise aux normes environnementales. Je suis très attaché à la responsabilité sociétale des entreprises. » Ces par ces mots que Christophe Caillaud-Joos nous livrait sa vision de l’entreprise dont il venait de prendre la direction générale au début de l’année 2018. Deux ans plus tard, c’est tout juste auréolé de la certification internationale ISO 20121 que ce dernier nous reçoit, à sa plus grande fierté : « C’est une norme internationale, que seules 10 structures françaises ont, ce n’est pas anodin. » Et le directeur de Tours Événements, de lister notamment ses préoccupations environnementales mais aussi sociétales : « Chaque action que nous faisons, nous posons désormais la question de son impact environnemental ».

Sur le plan environnemental, cela passe notamment par un travail de réduction et de tri des déchets, ce qui n’est pas anodin dans une structure comme Tours Événements avec 77 salariés mais aussi 190 événements accueillis et 14 organisés chaque année. Juste sur le plan des montages et démontages des événements cela correspond à un passage de 72 tonnes de déchets en 2017 à 55 tonnes en 2019, tandis que la part des déchets triés a augmenté dans le même temps en passant de 3,5 tonnes à 5,5 tonnes (dont une partie en insertion sociale avec Tri 37). Quant à la part d’ordures ménagères de la structure, elles sont passées de 45 tonnes à 32 tonnes en 2019.

« On a nommé un référent sur ces questions d’impact environnemental et sociétal et mis en place 20 pilotes d’action dans nos services. Ce sont des petites choses mais qui sont importantes » affirme ainsi le boss de Tours Événements qui explique également faire un travail de pédagogie sur ce sujet auprès notamment des exposants de la Foire de Tours (qui sont au nombre de 600).

Lire sur Info Tours : En 2020, la Foire de Tours poursuit sa mutation

Une structure moins dépendante des subventions publiques

C’est une décision prise par le Conseil d’Administration de Tours Événements, l’entreprise a redonné cette année aux collectivités, 10% de sa subvention annuelle, suite à ses bons résultats financiers. En 2019, Tours Événements a réalisé 15,4 millions d’euros de chiffre d’affaires, soit une augmentation de plus de 2 millions d’euros par rapport à 2017 (13,2 millions). Tours Événements a également augmenté sa marge explique Christophe Caillaud-Joos avec transparence.

Des bons résultats qui sont liés selon ce dernier par le fait que la structure tourangelle a réussi à attirer de nouveaux clients, notamment dans le domaine des congrès et des salons professionnels avec des événements plus gros qu’auparavant. « Dans le domaine corporate, nous accueillions en moyenne des événements de 150 à 200 personnes, nous sommes passés dans la tranche au-dessus avec des évènements de 300 à 400 personnes en moyenne. » Un fait couplé à un travail d’optimisation des plannings permettant de caler plus d’événements dans l’année : « On met moins de temps à installer ou à désinstaller des manifestations, ce qui nous permet de gagner des marges sur le planning annuel ».

Moins d’événements organisés, mais plus de rentabilité

D’une vingtaine à son arrivée, le nombre d’événements organisés par Tours Événements a baissé. Aujourd’hui, ils sont au nombre de 14. Les Fourchettes Soniques ou encore le Games Tours Festival ont ainsi disparu faute de rentabilité. Tours Événements s’est recentré sur des événements porteurs, quitte à les repenser, à l’image du Japan Tours Festival, passé du Palais des Congrès au Parc des Expositions. « Un pari payant » selon Christophe Caillaud-Joos qui explique que l’événement était à l’étroit au Palais des Congrès. Pari payant, mais qui était risqué poursuit-il, « en passant au Parc des Expositions, cela nous obligeait à tout aménager in-situ, en partant de rien. Il a fallu tout monter. » Le résultat est néanmoins positif avec 19 500 visiteurs en 2019 sur l’événement.

Lire également sur Info Tours : Ferme Expo à Tours : l’édition 2020 ne ressemblera pas du tout à ce que vous avez connu

La particularité de l’American Tours Festival

Dans cette politique de rentabilité, seul l’American Tours Festival reste déficitaire, même si les pertes ont été réduites : « On est passé de 450 000 euros de déficit par édition à 160 000 en 2019. » Malgré cela, pas question de se séparer de cet événement phare qui constitue une vitrine pour la structure évènementielle, d’autant plus que cette manifestation ne ressemble à aucune autre et est « un ovni » selon les propos de son directeur : « Il n’y a pas d’autre événement de ce type et il contribue au rayonnement du territoire. »

Un American Tours Festival dont la programmation pour 2020 n’est pas encore connue, pas de quoi inquiéter notre interlocuteur qui entend moins centrer la communication sur les concerts, même si ceux-ci attirent le grand public. « Il y a des familles qui viennent pour se retrouver au Far-West, d’autres pour l’ambiance vintage ou californienne, il y a plein de choses à faire, pas seulement voir les grands concerts. » Et pour l’édition 2020, qui tombera en pleine fête nationale américaine, Tours Événements proposera une journée dédiée à la Fête de l’Indépendance, avec feu d’artifice et surprises à la clé, nous promet-on.

« Tours : la destination d’aujourd’hui »

La promotion et le rayonnement du territoire, c’est la mission première de Tours Événements. Pour Christophe Caillaud-Joos il ne fait aucun doute que « Tours est la destination idéale d’aujourd’hui » grâce à ses qualités (proximité de Paris, cadre, dynamisme…). Oui mais dans le même temps, la capitale tourangelle reste en concurrence avec « 50 villes en France » poursuit notre interlocuteur qui veille à ne pas se reposer sur ses acquis. « Nous devons encore nous améliorer et nous inspirer de ce qui se fait chez les leaders du secteur en France ou en Europe. On doit par exemple travailler sur l’accueil des clients dès l’arrivée sur le quai de la gare. »

Autre axe mis en avant par le directeur de Tours Événements, le travail en commun avec les autres acteurs du territoire : Office du tourisme mais aussi ville de Tours ou Tours Métropole, en mutualisant par exemple des campagnes promotionnelles, ou en travaillant sur des packages complets. « La différence se fait dans la façon d’accueillir et nous avons beaucoup d’atouts à mettre en avant » conclue Christophe Caillaud-Joos notre entretien.

Propos recueillis par Olivier Collet et Mathieu Giua

Print Friendly, PDF & Email