[tnrnews]

Avec la SkinUp Academy, le tennis a son académie privée en Indre-et-Loire

Facebook
Twitter
Email

De loin, il est difficile de rater la grande bulle blanche qui a pris position dans la zone d’activité de la Loge, sur les hauteurs d’Azay-le-Rideau en arrivant de Tours. Sous cette bulle de taille impressionnante se cachent les terrains de la SkinUp Academy, première académie privée de tennis en Indre-et-Loire. Un projet ambitieux porté par deux femmes : Sophie Duguet, dirigeante de l’entreprise SkinUp et Laurence Bois, éducatrice reconnue en tennis.

Pour l’instant, seule la tranche 1 du projet est opérationnelle, mais elle livre déjà tout le potentiel de la SkinUp Academy. Sous la bulle, on retrouve ainsi quatre terrains intérieurs aux normes internationales, équipés de caméras et autres capteurs de mouvements. L’objectif de l’académie est de répondre aux besoins de l’excellence et du haut niveau et logiquement rien n’est laissé au hasard. En nous faisant le tour du propriétaire, Sophie Duguet nous dévoile ainsi non sans une certaine fierté la salle d’échauffement équipée, les espaces médicaux, ceux dédiés au business… Et rien n’a été laissé au hasard.

Une académie pour promouvoir la marque de textiles SkinUp

L’idée du projet remonte à 2020 se rappelle Sophie Duguet. A la tête de l’entreprise SkinUp, basée à Azay-le-Rideau et spécialisée dans la cosmétotextile, c’est-à-dire la fabrication de textiles et vêtements innovants et dits intelligents car capables d’agir sur le corps et de jouer sur l’amincissement… en s’adaptant aux mouvements du corps. Une spécialité développée par la marque depuis 2005 grâce à la mise au point de différents brevets techniques et technologiques, qui lui a permis de vendre 10 millions de pièces depuis sa création.

« L’entreprise allait bien, mais je sentais qu’il fallait aller plus loin, nous avons donc lancé une étude de repositionnement au début du premier confinement en 2020 avec la volonté de travailler plus sur la marque en elle-même, en allant sur des gammes de textiles techniques actifs » explique Sophie Duguet aujourd’hui.

De cette étude est retenue l’idée de passer d’une entreprise connue pour sa technologie et qu’elle vendait sous d’autres noms à celle d’une entité connue pour sa propre marque : SkinUp : « Cela imbriquait des enjeux marketing et d’innovation importants, et c’est dans ce cadre que nous avons imaginé des actions de sponsoring sportif afin de promouvoir nos vêtements. »

Si l’idée au départ est comme beaucoup de marques, de s’associer à des structures existantes ou encore à des joueurs de haut niveau, finalement la rencontre avec Laurence Bois, entraîneuse fédérale de tennis, bien connue en Indre-et-Loire, va faire basculer les choses. « Laurence entraînait mes enfants et j’ai apprécié son approche. Avec son expérience et son parcours, elle a une méthode de formation propre très humaine qui me parlait, nous avons rapidement évoquer son investissement dans le projet d’une création d’une académie, puis nous sommes partis faire un tour dans plusieurs pays européens pour voir les structures existantes. »

Tennis, mais aussi Padel…

Une académie et non un club donc, la nuance peut paraître subtile mais elle existe bien car la SkinUp Academy repose sur trois axes forts et imbriqués : Un centre d’innovation liée aux produits textiles SkinUp et l’idée de les faire tester par les sportifs de l’académie, un centre de performance sportive oscillant entre club classique et pôle espoir pour jeunes champions sous en devenir sous la direction de Laurence Bois et un centre business-networking pour des entreprises partenaires.

Pour l’heure tout se passe sous la bulle donc, le cœur du projet, mais courant 2023 l’académie va se doter également de 3 courts de tennis extérieurs mais aussi de 4 courts de padel, un sport en pleine explosion, ou encore un terrain multisports…

Facebook
Twitter
Email
Agenda

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Agenda
Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !