Le Padel prend son envol en Touraine

Facebook
Twitter
Email

Sport en plein développement en France, pratique soutenue et encouragée par la Fédération Française de Tennis (FFT) à qui elle est affiliée depuis 2014, le Padel fait de plus en plus d’adeptes en France et en Touraine, malgré le déficit d’infrastructures.

Sport dérivé du tennis, reprenant les codes du squash pour le jeu de rebond avec les parois verticales vitrées, le Padel est à première vue un sport très visuel. Se jouant à deux contre deux sur un terrain de 10m sur 20m, ses amateurs le vantent pour son côté ludique, technique, mais surtout accessible et plus simple à apprendre que le tennis au départ. « Le Padel est très ludique, on peut faire des échanges rapidement, même si on n’a pas fait de sport de raquettes avant et puis c’est convivial car cela se joue à 4 » nous explique ainsi Fanny Malassigné, entraîneuse diplômée de Padel à Tours. « De plus c’est un sport très mixte, il y a plus de femmes que dans le tennis par exemple car il n’y a pas de problème de force qu’il peut y avoir dans d’autres sports de raquette ».

Un sport en pleine croissance

Sport créé à la fin des années 60 au Mexique, le Padel est depuis devenu un sport roi en Amérique latine et notamment en Argentine où il y a plus de 4 millions de licenciés, ou encore en Espagne où il est très répandu avec plus d’un million de licenciés. En France, ce sport est encore en gestation, mais la FFT voit en lui un excellent moyen de compenser et faire face à la baisse du nombre de licenciés qu’elle subit depuis plusieurs années. Entre promotion, soutien financier pour les créations de nouveaux courts, la FFT ne ménage pas ses efforts pour accompagner la croissance de ce sport. Et pour assurer de la visibilité, la FFT a même organisé avec brio en juillet dernier dans son écrin de Roland Garros, le Paris Premier Padel Major, inscrit dans le circuit élite mondial.

De quoi s’inscrire dans une tendance de croissance exponentielle, mais qui se heurte encore à un déficit d’infrastructures. C’est particulièrement le cas en Indre-et-Loire. A l’échelle départementale, les amateurs de Padel n’ont pour l’heure en effet que deux possibilités pour exercer leur loisir : Soit les courts du Racket Park à Amboise, ou ceux du Central Club à Notre Dame d’Oé.

Les courts extérieurs du Central Club à Notre Dame d’Oé

C’est ici, sur l’un des deux terrains extérieurs (le club en compte également un intérieur) que nous retrouvons Fanny Malassigné en ce jour de début septembre. Cette dernière est alors en train de donner un entraînement à 4 joueurs. Au programme de la séance : travailler le jeu de lobs. Fanny lance les balles, distille ses conseils : « Joue avec la vitre » explique-t-elle à un joueur. En quelques dizaines de minutes, on comprend aisément toute la subtilité de ce sport qui reprend au tennis le principe d’opposition face au filet et au squash celui de jouer avec son environnement et les parois qui entourent le court mais font partie pleinement de l’aire de jeu.

Des entraînements à l’année et une association pour développer le sport

Comme beaucoup de joueurs et d’amateurs de Padel, Fanny Malassigné vient du tennis en tant que joueuse (Meilleur classement à 15) et entraîneuse reconnue (notamment au club de Monts).  « Depuis toujours j’ai cherché à me former sur les différentes disciplines du tennis : tennis-handicap en général sur lequel je me suis spécialisée comme entraîneuse, mais aussi beach-tennis et donc le Padel. C’est arrivé à un moment où je commençais à avoir des blessures et à avoir un peu moins de motivation à jouer au tennis. Cela m’a permis d’apprendre un nouveau sport tout en ayant des facilités liées à ma pratique du tennis » raconte Fanny Malassigné pour expliquer la transition qui l’a amenée du tennis au Padel.

Fanny Malassigné donnant un entraînement

Une nouvelle « carrière » en tant que joueuse (elle est aujourd’hui 102e joueuse française sur 3256 joueuses classées) mais aussi en tant qu’entraîneuse (« j’ai fait une formation continue avec la FFT, puis d’autres formations à la Padel Tennis Academy de Cédric Carité, un des précurseurs du Padel en France »). Depuis cette rentrée, Fanny consacre d’ailleurs quasi à 100% son activité professionnelle au Padel au sein du Central Club (elle donne néanmoins encore des courts de tennis un soir par semaine) afin d’appuyer le développement de ce sport : « Il y a une émulation aujourd’hui avec les entrainements où j’ai une 50aine d’élèves mais aussi avec l’association « Touraine Padel » créée il y a un an qui a pour vocation de développer cette discipline en Touraine ».

A ses côtés, Christophe, le président de l’association « Touraine Padel » justement, explique que celle-ci recense aujourd’hui 65 adhérents mais regroupe via un groupe de messagerie instantané environ 135 joueurs amateurs qui échangent pour proposer des rencontres et taper la balle entre eux au quotidien.

« L’adhésion à l’association est à 275 euros et permet de jouer en illimité pendant les heures creuses au central court et d’avoir un tarif à 50% sur les heures pleines. Nous avons aussi un créneau dédié le lundi soir où nous organisations des animations ou des petits tournois » explique Christophe.

Des membres de l’association « Touraine Padel », dont le président, Christophe, à droite

Le besoin d’infrastructures

Le Central Club qui propose également des courts de squash ou encore du trampoline va d’ailleurs investir encore dans le Padel avec la construction de nouveaux courts en 2023. A terme, la structure privée possédera alors 3 courts couverts et 2 courts extérieurs.

Une nécessité pour Fanny qui pointe comme principal frein au développement de ce sport le manque d’infrastructures aujourd’hui. « En Indre-et-Loire, pour l’instant on ne peut jouer que dans des structures privées, forcément les prix sont plus élevés que dans des clubs associatifs. On attend donc que les municipalités s’emparent du sujet ».

Parmi les projets qui doivent voir le jour, citons un terrain à Beaumont en Véron, financé par la Communauté de Communes Chinon Vienne et Loire, et qui sera en partie en accès libre. Ailleurs, des projets sont cités au sein des infrastructures de l’ATGT à Tours ou encore à Fondettes. Mais le projet le plus avancé est celui de la Skin Up Academy, une académie de tennis privée qui vient d’ouvrir ses portes à Azay-le-Rideau et qui prévoit la construction de trois courts semi-couverts pour l’an prochain.

Un degré en plus :

  • Pendant le mois de septembre, Fanny Malassigné propose des sessions découverte du Padel à 5 euros au Central Club (Mercredi 14 septembre et samedi 17 septembre de 14h à 17h ainsi que le dimanche 18 septembre de 11h à 14h30). Informations et renseignements sur https://padel-tennis-tours.com
Facebook
Twitter
Email
Agenda

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Agenda
Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !