• CDNT
  • CDNT

Après le coin de la rue, les pixels de MifaMosa dans votre salon

Salon Hifi - Leclerc Amboise
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

La crise Covid malmène tellement la culture depuis un an qu’elle a réussi à enfermer un artiste de street art. Jugez plutôt : l’Orléanais MifaMosa – spécialiste des oeuvres en carreaux de céramique – expose pour la première fois à Tours, dans la galerie La Boîte Noire. Un accrochage qui avait été visible seulement pendant deux jours avant la fermeture du lieu début avril… Heureusement la Boîte Noire a rouvert ses portes ce mercredi 19 mai, de quoi permettre au public de découvrir cette belle exposition.

 

MifaMosa, on le connaît depuis trois ans. Cet Orléanais au visage mystérieux est l’auteur de plusieurs oeuvres de street art dans le quartier du Vieux-Tours ou d’autres secteurs de la ville comme Velpeau. A chaque fois qu’il intervient, il le fait à proximité d’une plaque de rue, apposant des carreaux de céramique dans une forme qui fait écho à ce que l’on peut lire sur le rectangle de métal. Trois petits ronds accolés constituent par ailleurs sa signature.

Interrogé en 2018 par 37 degrés, ce Loirétain de 31 ans nous disait ceci : « je n’ai jamais poussé pour être artiste mais j’ai toujours eu envie de créer de temps en temps. » Il a commencé par la peinture, quelques portraits à l’acrylique, puis des toiles plus abstraites : « je décorais mon appart’ et ceux de mes potes. C’était facile et pas très cher. »

Une technique perfectionnée avec le temps

A part pour l’installation d’une de ses plaques, MifaMosa n’est jamais seul quand il pose son échelle dans une rue, « ça permet d’aller plus vite, c’est un bon délire entre potes et c’est bien de partager » nous dit-il. Au fil du temps, sa technique est de plus en plus efficace pour agir vite, et ne pas trop se faire repérer : « je pars sur un croquis et une fois sur la mosaïque je rectifie juste quelques carreaux si cela ne me va pas, je change quelques nuances mais il n’y a pas beaucoup de possibilités car je suis limité dans les couleurs. Et par ailleurs je ne découpe jamais les carreaux. »

Place Plumereau, Rue des Balais, Rue des Cerisiers, Rue du Petit Cupidon… Au fil des semaines puis des mois la collection de figures pixelisées s’est agrandie, au point que ça donne envie de lever la tête à chaque intersection en mode chasse au trésor. Pourtant, ce n’est pas à Tours qu’Agathe Place l’a découvert. Propriétaire de la galerie La Boîte Noire, elle marche dans Paris lorsqu’elle se voit confrontée à lui pour la première fois, il y a environ 3 ans : « J’étais avec mes frangins, j’ai partagé une de ses oeuvres sur Instagram et c’est une de mes habituées qui m’a dit qu’il y en avait aussi à Tours et qui a proposé de nous mettre en contact. »

Une expo prolongée à ne pas manquer !

MifaMosa n’a pas que la rue comme terrain de jeu. Il expose aussi en galerie. Ce qu’on y trouve ? Des carreaux de céramique, les mêmes qu’en extérieur (accompagnés d’un petit cadre avec la photo en situation). Des reproductions uniques de ses collages, à l’exception d’une miniature de la Rue des Balais réalisée en dix exemplaires. Des réalisations qui paraissent bien plus grandes qu’à l’air libre, proposées à la vente et qui font donc leur apparition pour la première fois à hauteur d’yeux à Tours. Le Petit Cupidon est là mais aussi la Plume, le Cygne…

 

Photos : Laurent Depeigne

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !