Sport

Plongez dans l’histoire sportive tourangelle avec « Tours, mémoires du sport »

Après le succès de « Tours, mémoires d’une ville » en 2013, la ville de Tours et les Archives municipales continuent leur travail d’histoire mémorielle à travers différents ouvrages thématisés. Depuis l’exposition et le livre assorti sur les mémoires de la ville, plusieurs autres ouvrages sont ainsi sortis : « Tours, mémoires du tramway », « Tours, mémoires des casernes » ou encore « Tours, mémoires de l’aviation ». Une série complétée par un petit dernier qui sort en ce mois de septembre : « Tours, mémoires du sport ».

11993293_10153645247314577_6792757050959755905_n

Conçu par les Archives municipales sur une idée de Jean-Luc Porhel, le conservateur, ce livre est édité à 2000 exemplaires. « Tours, mémoires du sport » fait la part belle aux photos d’archives dans la lignée des ouvrages précédents de cette série. Côté textes, ceux-ci ont été rédigés par une personne extérieure aux services des Archives en la personne de Thibault Roy. Ce dernier n’en est pas à son coup d’essai sur le sport tourangeau. Passé par la faculté d’Histoire des Tanneurs, Thibault Roy avait en effet déjà travaillé pour son mémoire universitaire sur le basket tourangeau. Un mémoire alors intitulé « Du sport corporatiste au professionnalisme, le basket et l’ASPO Tours, 1913-1998 » qui avait même reçu en 2011 le Prix de la Rue de Trévise décerné par la Commission Patrimoine de la Fédération Française de Basket-Ball. Un prix universitaire destiné à encourager la recherche sur l’histoire du basket-ball.

« Du sport corporatiste au professionnalisme, le basket et l’ASPO Tours, 1913-1998 » est disponible en pdf ici

Dans son dernier livre, Thibault Roy, avec son regard d’historien, ne propose pas une simple arborescence successive des sportifs ou clubs locaux qui ont connu leur heure de gloire mais aborde le sport comme objet de compréhension de la société à travers son histoire et son évolution. « On peut aborder l’histoire sans vision passéiste, c’est ce qu’on a essayé de faire ici. J’ai voulu montrer comment les Tourangeaux se sont appropriés l’objet sportif. Comment le sport, importé par les Britanniques et réservé au départ à une élite s’est démocratisé à travers différents leviers comme le patriotisme, la politique ou encore à travers l’apport des Américains en 1917 par exemple ».

« L’enjeu du livre est que les textes soient accessibles à tous afin que les lecteurs découvrent la ville à travers un nouveau prisme, celui du sport », nous explique l’auteur. Des informations accompagnées d’images d’archives sur les infrastructures ou les différentes pratiques sportives. Le lecteur découvrira ainsi des images de lieux assez emblématiques mais également des images plus rares comme celles sur la salle du Triumph, qui était située place de la Victoire et qui accueillit les galas de boxe avant la construction du Palais des Sports.

Que retient au final Thibault Roy de cette histoire du sport à Tours ? « Le sport a été un vecteur de la politique et Jean Royer à ce titre a énormément contribué à son essor », raconte l’historien pour qui le rapport à l’eau est également une spécificité tourangelle : « Alors que beaucoup de villes se dotent de piscines en dur dès le début du XXe siècle, à Tours cela n’arrive qu’en 1947 avec l’ouverture de la piscine des ENT sur les bords du Cher à cause de la présence de lieux de baignade dans la Loire ou le Cher. Il existait par exemple avant la Seconde Guerre Mondiale des compétitions de traversées de la ville à la nage ». Une histoire comme tant d’autres qui sont décrites dans cet ouvrage passionnant.

Un degré en plus :

« Tours, mémoires du sport », prix public 8 euros. Disponible dans les prochains jours à La Boite à Livres, Cultura, Auchan, etc…

Print Friendly, PDF & Email