Une Tourangelle sacrée Meilleure jeune Fleuriste de France : elle nous raconte son parcours

Facebook
Twitter
Email

Gwendoline Bergeault a remporté le titre de “Meilleur Jeune Fleuriste de France” le 19 mai 2024, lors de la 47e édition de la Finale de l’Oscar des Jeunes Fleuristes.  Parmi les 10 participants, la jeune femme a réussi à épater le jury sur 3 épreuves sur 4 du concours. A seulement 25 ans, elle a déjà remporté plusieurs prix en compétition comme la médaille d’or des Euroskills en Pologne, en septembre 2023.  Travaillant actuellement à la boutique “La Fontaine aux Fleurs” à Chambray-lès-Tours, Gwendoline est maintenant qualifiée pour la Coupe de France des Fleuristes qui aura lieu le 29 et 30 septembre 2024 au Palais des Congrès de Tours. 

D’où vient votre passion pour les fleurs ? 

Je l’ai depuis que je suis toute petite en fait ! J’aime bien tout ce qui est créatif et j’ai été élevé à la campagne, avec la nature. J’ai toujours voulu être fleuriste et j’ai essayé en faisant mon stage de 3eme pour être bien sûr que c’était ce que je voulais faire plus tard. Au final, ça m’a plu et je me suis lancée. 

Comment a évolué votre parcours jusqu’à faire de la compétition ? 

J’ai fait un CAP et, pendant ce cursus, j’ai fait mon premier concours qui était celui du meilleur apprenti de France. J’ai toujours aimé la compétition et le challenge donc ça m’a bien plu. Après j’ai continué avec un Brevet Professionnel et j’ai enchaîné avec d’autres concours. Le truc, c’est que dès que j’ai goûté à la compétition, je ne pouvais plus m’en passer donc j’ai jamais pu décrocher. Le Meilleur Jeune Fleuriste de France c’est mon 8ème concours ! 

Est ce que vous étiez stressée pour cette finale même après tous ces concours ? 

Oui, il y a toujours une part de stress. Après, c’est sûr qu’on appréhende le concours différemment. Parce qu’ à force d’en faire, on sait sur quoi il faut s’entraîner. Plus on s’entraîne, plus on va avoir d’assurance. Mais il y a toujours ce stress la veille du concours, ça je pense que ça ne partira jamais !

Comment on s’entraîne pour un concours de fleuristes ? 

Sur mes jours de congés, j’achète un lot de fleurs et d’autres fleuristes, qui m’aident dans cette préparation, vont me donner des sujets à faire. Comme pour la plupart des concours, on ne connait pas les sujets à l’avance. Donc c’est super important de s’entraîner énormément à l’avance pour pouvoir avoir pleins de ressources le jour J.

Généralement, dans les concours, on nous demande de faire un bouquet, une composition piquée dans la mousse et un bijou. Parfois, dans certains concours, il y a des constructions, des arrangements de plantes. Après, c’est orienté en fonction du matériel qu’on nous donne, des fleurs, du thème aussi. Par exemple, pour la finale du Meilleur Jeune Fleuriste, c’était sur la « Balade autour des jardins du monde » donc il faut s’y inspirer. 

Comment s’est passé la finale du Meilleur Jeune fleuriste de France ? 

Ça s’est super bien passé ! Il y avait vraiment une bonne entente entre tout le monde. On avait la chance d’avoir un beau cadre lors du concours. On avait des belles fleurs et des sujets hyper intéressants. C’était vraiment super épanouissant ! 

Ce n’est pas trop compliqué d’allier votre activité professionnelle en boutique et les concours ? 

C’est une organisation, on va dire. Mon travail en boutique (35 heures par semaine) reste mon activité principale, parce qu’il faut bien travailler ! Mais à côté de ça, je vais m’entraîner sur mes jours de congé. C’est sur que, parfois, je vais demander quelques jours à ma patronne pour pouvoir aller sur des salons ou des choses comme ça. Ça nécessite des sacrifices au niveau de la famille parce que le temps qu’on passe en entraînement, on ne le passe pas avec la famille ou les amis. Mais ça, on le sait avant de commencer.

Je vais m’entrainer sur ma pause déjeuner le midi ou il y a des mois où je vais m’entrainer tous les quinze jours pendant une journée entière. En fait, on s’entraîne quand on a le temps. 

Pour vous quelles sont les compétences à avoir pour être un bon fleuriste ?

Être social pour avoir une bonne relation avec le client, être créatif et aimer son métier. Parce que c’est surtout un métier de passion.

Votre fleur préférée ? 

Eh bien, c’est une question assez ambiguë pour moi. Personnellement, je pars du principe qu’ une fleur toute seule n’est rien mais quand elle est assemblée avec plusieurs fleurs, ça devient super beau. Après, je dirais l’anémone parce que j’ai un petit passif avec elle. Mais je peux pas en dire plus ! 

Quelles sont vos ambitions si vous remportez la Coupe de France ? 

Alors déjà on va faire la Coupe de France hein ! Parce que c’est un gros challenge à haut niveau. Après, j’aimerais bien ouvrir ma propre entreprise. On va dire que dans mes visions, il y a la Coupe de France, l’ouverture de ma boutique et après le Meilleur Ouvrier de France. Voilà, c’est un peu mes targets pour le moment. Après il y a encore beaucoup de travail avant d’y arriver ! 

Est ce que vous avez des conseils pour celles et ceux qui voudraient se lancer dans la compétition ? 

Qu’ils n’hésitent pas ! Parce que c’est vrai que, la compétition, c’est vraiment différent du travail en boutique. Mais, on apprend 10 fois plus parce qu’en un week-end, on rencontre énormément de personnes, on voit ce que les autres ont fait, on découvre de nouvelles techniques, … Alors, je ne vais pas dire que mon premier concours était tout beau, tout rose. On se prend un peu des claques, mais après on apprend. Et c’est vrai que c’est génial parce que c’est un puits de richesses extraordinaires ! 

Facebook
Twitter
Email

La météo présentée par

TOURS Météo

Inscription à la newsletter