Société

Ubmnfetap rceoicsseh oactlndaabrrn : un évènement très lettré

DSC_1677

L’ambiance était survoltée ce week-end au Vinci lors du Championnat de France de Scrabble. Non, on déconne : même les escaliers roulants étaient désactivés pour ne pas perturber la concentration des joueurs. 780 hommes et femmes de tout le pays étaient assis en rang d’oignons (et ne cherchez pas d’anagramme du mot «oignons», y en a pas) au sous-sol et au dernier niveau du centre des congrès de Jean Nouvel (on peut au mieux faire «jalonnée», avec Jean Nouvel, pas terrible), dans un silence assourdissant. On a fureté entre les tables à pas de loup et on a été scotchés par les scores et la variété du matériel. On vous raconte tout.

DSC_1565

Quand on dit «Scrabble», beaucoup pensent «camping», «vacances», «Tata Simone», «mauvais joueur», «ennui», «pluie». Peu pensent «compétition», «entraînement», «club», «champion de France», «excellence». Il y a pourtant des gens autour de vous dont l’invisible talent d’anagrammiste vous ferait pleurer à chaudes larmes en vous mettant la raclée de votre vie à un jeu a priori facile.

CSC_1703

uucenrsdtesoo sxmrse*

Evidemment quand le speaker interrompt le silence à rythme régulier pour annoncer les scores, on hallucine un peu : 95 points, 63 points, 78 points… On se souvient de ses piteux 2 points obtenus après avoir placé un pauvre «le» dans un coin au bout de 10 minutes de réflexion et de suée à grosses gouttes. On se rappelle aussi ses quelques «cinquante» (bonus obtenu quand on place toutes ses lettres en un seul coup) comme des événements historiques de nos humbles petites vies, alors que les gens assis là les enfilent comme des perles depuis des années. Bref, c’est écœurant.

CSC_1761

nteeenshc eaipcs isldmueat**

Chacun doit apporter son propre matériel et là on doit dire qu’on s’est régalé : peluches, stylos en tout genre, objets bizarres, aimants, découpages, superbes boîtes en bois, plateaux étranges, pions de toutes les formes et toutes les couleurs, sacoches fétiches… On voit bien aussi que les techniques divergent et que chaque joueur se construit son petit univers d’un gros demi-mètre carré, un univers millimétré qui est censé aider à trouver au plus vite les meilleures combinaisons pour espérer faire aussi bien que le seul score qui sera annoncé par le speaker : le plus élevé possible.

CSC_1750

Seule une poignée de joueurs arrivent à chaque manche au score maximal. Quatre joueurs ont atteint les 1080 points en 22 coups de la deuxième manche par exemple, ça vous donne une petite idée du niveau. Lors de notre pause au fond de la salle (chez les joueurs classés vers les 450èmes sur 780) afin de jouer un peu mentalement, nous avons entendu beaucoup de soupirs lors de l’annonce des scores maximaux… Et aussi des «mais quel con, comment j’ai pu ne pas voir ça ?!»

DSC_1579

trbcuaeqc esesl iilpadb uoectl ?***

Pour faire court, comme nous l’explique Renaud, un Normand de 45 ans qui fait de la compétition depuis deux ans environ «le duplicate est une discipline particulière, on a deux minutes pour trouver le meilleur coup à jouer, tout le monde dispose des mêmes lettres… Nous sommes loin des parties à trois ou quatre où le hasard du tirage influe forcément sur les performances de chacun !».

DSC_1617

Au bout des deux minutes, vous devez brandir votre bout de papier sous peine de «zéro», le cauchemar des champions de Scrabble comme celui des élèves qu’ils furent tous un jour (vous avez dit «nostalgie masochiste» ?). Des personnes souvent très jeunes passent récupérer les papiers et les donnent à d’autres assises derrière des ordinateurs. Dans les minutes qui suivent, on entend un frémissement et on sent les visages tendus : d’une part c’est là que le speaker annonce le meilleur score, et d’autre part c’est là que, si vous avez fait des bêtises, on vous rebalance gentiment votre petit mot plié avec un avertissement ou un zéro direct. Ce qui nous a rappelé le retour de la petite feuille de classeur pliée en 4 où à la question «Tu veux sortir avec moi ?», Nathalie Durand vous répondait un énorme «non» au bic rouge, pour la trente-deuxième fois.

eeeeeeuunmnii srtbap****

Quelques minutes après la fin de la deuxième manche, notre conversation avec Renaud est interrompue à plusieurs reprises, principalement par le ballet de mines déconfites qui viennent se lamenter sur leur piètre performance (c’est vrai quoi, marquer 800 points en 22 coups c’est vraiment trop naze), mais aussi par une juge qui vient lui demander de recompter ses points, ce qui veut dire qu’il s’est trompé. Là encore, pas question de prendre ça à la légère. Renaud s’était arnaqué d’un point. Quand il l’annonce à la dame, il écope d’un «c’est bon !» et d’un visage rayonnant. Ouf ! L’avertissement n’était pas loin…

DSC_1602

Le lendemain, pas de dimanche de Pâques qui tienne : trois parties sont au programme pour départager tout ce joli monde. Malgré l’intensité de concentration que cela exige, certains n’hésiteront pas à écumer les bars du Vieux Tours et à boire du Vouvray jusqu’à une certaine heure (on a des noms), faisant au passage marcher le commerce local. L’histoire ne dit pas à partir de quelle quantité un tel dopage naturel influe sur les résultats, positivement comme négativement.

*Des scores monstrueux

** Les petites manies de chacun

*** Le Scrabble duplicate, c’est quoi ?

**** Une pause bien méritée

crédits photo Laurent Geneix


 

Un degré en plus :  > Les résultats complets sur le site de la FFSc

Print Friendly, PDF & Email