• CDNT
  • CDNT

Tranches de Vie #2 Catherine : le bonheur au coin du kiosque

Salon Hifi - Leclerc Amboise
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Tranches de Vie, c’est une nouvelle série d’articles sur 37° dans laquelle nous partons à la rencontre de Tourangeaux « ordinaires », histoire d’échanger un instant, avec eux, de leur quotidien.

IMG_3860

Depuis plusieurs années le secteur de la presse écrite, quotidienne ou magazine, est au pire en crise, au mieux en pleine restructuration, avec une baisse marquée de ses ventes. Une conjoncture négative qui touche toutes les branches du secteur, à commencer par les distributeurs de presse, dont le nombre est en baisse également en France.

C’est pourtant dans ce secteur que Catherine a décidé de se reconvertir en 2014 en prenant en main le nouveau kiosque à journaux des Halles de Tours. Le deuxième à ouvrir à Tours en quelques mois après celui de la Place Jean-Jaurès. A l’époque, suite à la fermeture du magasin de presse situé dans le patio des Halles, Presstalis, les commerçants des Halles et la Nouvelle République se sont concertés pour trouver une solution et se sont tournés sur l’idée d’un kiosque à l’extérieur du bâtiment construit sous Jean Royer.

« L’absence de porte à franchir modifie la relation au client »

IMG_3862

« Je tenais un commerce d’épicerie fine à Joué-lès-Tours que j’ai été obligée de fermer » raconte Catherine. « En tant que commerçante indépendante je n’avais pas le droit au chômage, il fallait que je trouve une solution. J’ai répondu à un appel d’offres que j’avais vu dans la NR ».

Trois ans plus tard, Catherine Serin, qui ne connaissait pas le monde de la presse, s’épanouit dans son kiosque, qu’elle ouvre six jours sur sept, du mardi au dimanche. « C’était un pari risqué, c’est vrai que les ventes de presse diminuent, mais les Halles ramènent beaucoup de monde, ainsi que le marché les mercredi et samedi ». Dans ce coin des Halles, « un village où tout le monde se connaît », précise-t-elle, le kiosque répond à un besoin et une attente et fait désormais partie intégrante du paysage, avec son lot d’habitués. Lors des quelques instants passés en sa compagnie, Catherine prend le temps de servir quelques clients, toujours avec le sourire et le petit mot convivial qui va avec. « Je vous le réserve, revenez d’ici 18h » répond-elle à un habitué en manque de monnaie. L’absence de porte à franchir modifie la relation au client et fait le charme du kiosque. « Cela change en effet la relation avec les clients puisqu’il n’y a pas de porte à pousser. Les choses se font naturellement parce qu’on est ouvert sur la rue. L’hiver certains m’apportent des boissons chaudes par exemple ».

« Le kiosque fait aujourd’hui partie intégrante du quartier des Halles »

IMG_3865

Alors qu’à Paris une polémique est née l’an passé sur les designs des nouveaux kiosques, celui des Halles, propriété de MédiaKiosk, filiale du groupe JC Decaux qui possède la grande majorité des kiosques en France (il en reste environ 700 en France dont les 2/3 sur Paris), garde une esthétique au charme authentique certain. Une véritable allure de kiosque de la capitale qui surprend parfois quelques touristes parisiens de passage dans la provinciale cité tourangelle. « Cela arrive que des Parisiens s’arrêtent et s’étonnent en commentant «  tiens un kiosque comme à Paris ». C’est même arrivé qu’on me demande des tickets de métro et des plans de la RATP » plaisante notre interlocutrice.

Des anecdotes, Catherine en a emmagasiné quelques unes en trois ans d’ouverture, des drôles mais surtout des moments de rencontres avec des usagers qui se sont appropriés le commerce. Signe que ce kiosque a trouvé sa place dans le quartier et est devenu un marqueur, un lieu de vie et de rencontres. « C’est marrant parce que certains maintenant se donnent rendez-vous au kiosque pour se retrouver. Il fait aujourd’hui partie intégrante du quartier des Halles ».

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !