• CDNT
  • CDNT

Tranches de Vie #1 Patrick : le besoin de « rester vivant »

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Tranches de Vie, c’est une nouvelle série d’articles sur 37° dans laquelle nous partons à la rencontre de Tourangeaux « ordinaires », histoire d’échanger un instant, avec eux, de leur quotidien.

« Je vous souhaite de joyeuses fêtes ». En cette période de fin d’année, Patrick* répète cette phrase une bonne vingtaine de fois par heure, aux abords de la boulangerie de quartier, devant laquelle il passe une partie de ses journées. Les habitués des lieux connaissent bien Patrick. Depuis quelques années, ce cinquantenaire grisonnant a pris pour habitude de se positionner ici pour demander une petite pièce aux passants entrant ou sortant du commerce de proximité. Patrick est ce qu’on appelle souvent vulgairement « un précaire ». Sans emploi et en fin de droits d’allocations chômage, Patrick habite dans un petit logement vétuste avec pour ressource principale le RSA. Des revenus avec lesquels il peine à assurer ses besoins quotidiens et qu’il complète en faisant la manche dans la rue. « Ça ne rapporte pas énorme, mais cela permet de s’acheter un peu à manger. C’est un complément que je ne néglige pas ».

« le contact humain avec les autres permet de se maintenir debout et de ne pas sombrer ».

Ancien employé, ce père de deux enfants de 23 et 27 ans, divorcé il y a une quinzaine d’années, est tombé petit à petit dans la précarité suite à un licenciement pour raisons économiques à l’aube de ses 50 ans. « Au départ, on se dit que ce n’est pas grave, on profite un peu les premiers mois de sa période de chômage, et puis sans s’en rendre compte, on franchit une frontière symbolique puis réelle ». Patrick nous narre sa vie pendant quelques minutes avec simplicité, comme d’autres raconteraient leur dernier week-end en famille, avec une simplicité étonnante : Son licenciement donc, le chômage, la recherche d’un logement plus petit et moins cher, un quotidien de plus en plus difficile à assumer mais aussi la fierté personnelle d’un homme refusant d’avouer à sa famille, à ses enfants en premier lieu, sa situation précise. « Ils savent que je vis au RSA, mais je ne veux pas les affoler, je ne veux surtout pas leur dire que je fais la manche. Je ne supporterai pas qu’ils le sachent. leur cacher est une façon de les protéger mais aussi de me protéger quelque-part ».

On sent un profond humanisme chez ce cinquantenaire, une gentillesse touchante,  pour qui prend la peine d’échanger quelques mots ou ne serait-ce qu’esquisser un regard. « Je fais un peu partie du paysage. Et comme les paysages, certains y prêtent attention et d’autres non, c’est comme cela » relativise avec philosophie Patrick. « Je ne dis pas que c’est facile ou que cela ne me touche pas, mais je n’en veux pas à ceux qui font comme s’ils ne me voyaient pas. Pour beaucoup je pense que c’est plus de la gène maladroite qu’autre-chose. Certains craignent aussi qu’en disant un simple bonjour, je vais les harceler derrière en leur réclamant de l’argent. Moi j’essaye de ne pas être insistant, peut-être parce que je suis moins dans le besoin que d’autres, mais je ne veux pas que ma présence devienne une gène ». Un simple échange verbal, ou un regard poli, peut se révéler, les jours « de moins bien », aussi important que la moindre pièce donnée, comprend-on au fil de la discussion avec notre interlocuteur. « On ne s’en rend pas forcément compte au départ, mais plus les semaines et les mois passent et plus le contact humain avec les autres devient primordial, c’est cela qui permet de se maintenir debout et de ne pas sombrer, de ne pas se sentir complètement invisible ».

Le besoin de « se sentir vivant »

Ce contact humain, Patrick va le chercher également dans le bar PMU situé à quelques centaines de mètres. Une fois par jour, il y passe un peu de temps. Habitué des lieux, le patron du café connaît sa situation. Une situation pas unique parmi les clients réguliers. « Je pense que les élus devraient fréquenter plus souvent les PMU, ils découvriraient vraiment la France d’en bas, celle des abîmés et des gueules cassées ». Patrick évoque ses propres nécessités, celles de se sentir encore présent en société, dans une société justement,  que son statut de précaire tend à marginaliser. « On se moque souvent des clients de PMU, sur le côté alcoolo avec le ballon de rouge à 6 heures du matin, mais on oublie trop souvent que pour certains, comme pour moi aujourd’hui, aller au café, c’est croiser du monde avec qui discuter, c’est avoir l’occasion de se sentir un peu plus vivant que le reste du temps. En fait, c’est un peu notre séance psy à nous. Moi je viens ici,  je prends un ou deux cafés et j’y reste quelques heures, le patron est sympa, il est ok et discute beaucoup ». Ces presque trois euros, sont la seule dépense « légère » de Patrick. Trois euros pris généralement dans l’argent de la manche faite plus tôt dans la matinée devant la boulangerie. « Par moment je culpabilise à venir dépenser cet argent, mais au final, cela me fait du bien, le fait de pouvoir venir consommer un café comme n’importe qui, m’aide à me sentir vivant ».

« Se sentir vivant », l’expression revient à de nombreuses reprises dans la bouche de Patrick au cours de notre entretien. Un terme qui prend corps dans chaque geste du quotidien, comme se raser tous les matins nous dit-il, « ce n’est pas parce qu’on est pauvre que l’on doit se négliger, j’y mets un point d’honneur, et puis si je commençais à me laisser aller ce serait la fin », avoue-t-il. Cette fin, Patrick a d’abord pensé l’atteindre le jour où pour la première fois il se posa dans la rue, un bonnet au sol devant lui. « J’étais tétanisé et honteux. Je crois que je n’ai jamais eu aussi honte que ce jour-là » raconte-t-il, « Je n’avais qu’une peur que quelqu’un me reconnaisse, alors je suis parti faire cela à l’autre bout de la ville ». Un sentiment de culpabilité qui hantera ses nuits, qui le fera pleurer à de nombreuses reprises nous dit-il et qui ne s’efface que partiellement avec le temps : « J’ai toujours cette culpabilité en moi, ce sentiment d’échec, mais j’essaye de relativiser aussi avec le temps, parce que je me dis que la précarité peut toucher tout le monde ».

Avant de conclure notre entretien, Patrick n’oublie pas de nous souhaiter un joyeux Noël. De son côté, pour la première fois depuis plusieurs années, il ira le passer chez son aîné, entouré de ses deux enfants, qui vivent dans une autre région depuis le divorce de leurs parents et qui lui ont payé les billets de train du voyage. Un Noël qui prendra certainement un sens particulier pour Patrick, l’occasion de se sentir plus que jamais, bel et bien « vivant », entouré de ses proches.

* Le prénom a été changé à la demande de l’intéressé qui a accepté de témoigner à la condition que l’anonymat le plus total lui soit garanti afin que sa famille ne puisse faire le rapprochement. Pour cette même raison, il nous a demandé de ne pas mentionner explicitement le quartier dans lequel il se trouve.

Crédit photo : Image d’archive – 37°

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Filbleu