Société

Tourangeau en vadrouille : Madagascar vue par Mickaël

Le photographe tourangeau Mickaël Achard a vécu à Madagascar. Par l’intermédiaire de son objectif il aime comparer la vie tourangelle (et plus largement française) à la vie malgache. De cette envie, il en ressort des diptyques ou triptyques qu’il diffuse sur son site internet. Pour 37°, il a sorti six diptyques commentés de ces séries photographiques. Nous lui laissons la parole :

Sable fin, vanille, cocotier, loin des clichés, Madagascar est également une île ravagée par la déforestation, où les tensions socio-économiques demeurent. Après y avoir vécu deux années pour le Ministère des Affaires Étrangères, le retour fut brutal. Les échoppes ont laissé la place aux centres commerciaux, le pas lourd des bovidés fut remplacé par le bruit des moteurs. Les disparités entre la vie tourangelle et la réalité malgache m’ont ainsi permis d’imaginer des diptyques, une confrontation parfois violente entre deux photographies. Par opposition ou mimétisme, je veux donc donner à voir différemment notre monde contemporain, nos contemporains. L’exercice n’est pas évident, ni pour le photographe, ni pour le public, car les détails sont doubles, les intentions et les impressions également. Petit voyage entre deux univers pas si différents.

1 – 1

Ce diptyque est le plus explicite de la série présentée ci-dessous. Chaque élément semble s’opposer. Les couleurs, les regards, les objets, les lieux. L’opulence occidentale symbolisée par ce stand de fête foraine fait face à la misère en Afrique représentée par cet enfant dans le plus simple appareil. Et pourtant le message reste le même : notre monde contemporain, au Sud comme au Nord, supporte les excès de la mondialisation. Même s’ils sont différents, ces deux enfants sont fragiles. Chacune de ces photographies se suffit à elle-même, cependant, en les associant, le message qui est véhiculé est d’autant plus marquant.

2 – 2

Les couleurs se font écho, les matériaux également, cependant les lignes de fractures se multiplient (fil de fer, murets, barbelées…). Le temps fait son oeuvre.

3 – 3

Le jeu des lignes est au coeur de ce diptyque. Ces dernières suggèrent des perspectives qui disparaissent en dehors du champ pour se prolonger dans un ailleurs. Même si ces photographies sont très différentes, nous percevons quelques points communs : la rectitude du banc et les planches de bois se font écho, comme les effets de la lumière sur l’herbe fait écho aux ondulations de l’eau sur le lac. Madagascar et Tours ne sont pas si éloignées. Ce jeune photographe, devenu géomètre quelques instants, en témoigne.

4 – 4

Il ne reste plus qu’un train en circulation à Madagascar. Les routes sont toujours plus dégradées et la communication par internet ou par téléphonie mobile est limitée. Pourtant les transports et la communication sont des moyens de développement essentiels. Tours est un carrefour symbolisé par ce train en partance pour… Le téléphone fixe rouge est statique. Il symbolise la situation politique actuelle malgache. Une situation précaire malgré les pressions internationales.

5 – 5

Les rêves sont l’expression de notre imagination. Ce jeune homme semble être aspiré dans les siens. Il s’évade quelques courts instants. Les lignes, les formes, les couleurs, s’échappent elles aussi du cadre de ce diptyque. À leur tour, elles pénètrent notre propre imagination.

6 – d0faeb_dd50053f71b145b28b7a9ca3b57bcd1e.jpg_srb_p_600_681_75_22_0.50_1.20_0.00_jpg_srb

La fusion des lignes et des formes est presque totale, à tel point que c’est à notre imagination de comprendre d’où proviennent l’ensemble des éléments qui composent cette photographie. En arrière plan nous devinons un monument, il s’agit des coupoles de la Cathédrale de la Major à Marseille. L’architecture byzantine est en opposition avec la modernité du MUCEM qui se situe au premier plan. Par ailleurs, grâce à l’abstraction et la rugosité du sol pris en gros plan à Madagascar nous pouvons adoucir la modernité de l’architecture et en faire un ensemble résolument abstrait.

RETROUVEZ TOUS LES CLICHES DE MICKAEL SUR SON SITE INTERNET

Print Friendly, PDF & Email