SociétéA la uneReportage-Société

Testé pour vous : un grand week-end Tours-Londres à petit budget

On peut complètement le déplorer, mais parfois polluer ne coûte pas cher. A peine 20€ l’aller-retour en avion Tours-Londres en mai… Et encore, ce n’était pas la meilleure promo : certains billets étaient accessibles à 6€ aller-retour, le même prix qu’une escapade en bus à Montbazon depuis la gare de Tours. Même avec les subventions (en moyenne 13€ d’argent public par billet) c’est un prix défiant toute concurrence. Oui, on a cédé : on a acheté. Mais quitte à se la jouer low cost pour rejoindre une des villes les plus chères du monde, allons-y à fond.

Déjà que les choses soient claires : avec un prix aussi bas, attendez-vous à recevoir quasiment toutes les semaines des mails de la compagnie aérienne pour vous convaincre d’acheter un supplément : le siège à 4€, le bagage cabine à 8€… Vous n’en avez pas besoin ! Néanmoins, ça implique de partir avec un sac de 40cm de long, 20cm de large. A peine plus grand qu’une feuille A4. Facile, après avoir lu récemment dans le magazine d’une autre compagnie aérienne qu’un voyageur était parti une semaine en Islande sans AUCUN bagage, juste avec ce qu’il portait sur lui. Non, on n’était pas prêt à pousser jusque-là. Donc si la question est de savoir si l’on a pris plusieurs paires de chaussettes, la réponse est oui. Et il restait de la place pour l’indispensable adaptateur électrique.

Décollage donc pour 3 jours et 4 nuits dans la capitale britannique… Enfin, décollage… Avec 1h30 de retard il a fallu prendre son mal en patience dans l’aérogare de Tours qui manque un peu de sièges. Heureusement, d’autres passagers ont improvisé une répétition de leur choré hip hop devant tout le monde.

Instant corporate…

Quitter le pays de Macron pour aller dans celui de l’Union Jack et trouver quand même un masque de son président dans une boutique de souvenirs : génie du marketing…

Cette photo est la seule référence au Royal Baby que vous trouverez sur cette page. Génie du marketing, bis (et surtout la solution pour vous vendre du plastique à prix d’or, le prix au kilo étant bien plus élevé que les bonbons vendus sans emballage).

Enfin en vol. Le tirage au sort de notre siège nous offre un hublot, l’occasion d’observer la Tamise et le fameux Tower Bridge depuis les airs peu avant d’atterrir… à une cinquantaine de kilomètres du centre-ville. Pour faire le chemin inverse, plusieurs solutions : le taxi (trop cher pour notre petit budget), le bus (pas cher mais potentiellement long, le temps de base annoncé étant d’1h45) ou le train (à réserver en avance pour bénéficier de promos). Allons-y pour le Stansted Express avec un aller-retour à 26£… plus cher que le billet d’avion. 47 minutes plus tard, on foule le sol de la belle gare de Liverpool Street et on saute dans un bus à deux étages direction le quartier de la grande gare King’s Cross pour passer la nuit.

Passer la nuit dans une ancienne prison

Dormir pas cher à Londres nécessite de l’organisation. A plusieurs, le plus économique sera sans doute la location d’appartement. Seul ou à deux, le couchsurfing (un hôte vous accueille sur son canapé) c’est gratuit et convivial, mais parfois difficile à trouver dans les grandes villes où les sollicitations sont nombreuses. Reste l’auberge de jeunesse, dont la capitale est truffée. Vous n’avez plus qu’à choisir. La nôtre, envahie de groupes de jeunes français, était située… dans une ancienne prison, avec cellules authentiques et salles ressemblant à des tribunaux. Pittoresque. A 70€ pour 4 nuits ç’aurait été dommage de s’en priver. Juste en face, on remarque un drapeau européen qui pend à une fenêtre. Manifestement certains ont du mal à digérer l’imminence possible du Brexit…

Londres est une ville géante mais contre toute attente, elle se parcourt aisément à pied ce qui vous évitera de faire exploser votre budget. Levez la tête et admirez l’architecture, c’est souvent remarquable avec des immeubles arrondis et des enluminures.

Commencez par une promenade dans le quartier d’Islington, là où l’on a découvert une boulangerie aux tentations multiples et une petite boutique de bouquins assez marrante. Au dos d’un bouquin on apprend qu’il y a autant d’arbres que d’habitants dans la métropole (8,4 millions) et on trouve des pépites comme le manuel des choses à faire avant lundi ou ceci…

Quelques pas plus loin, les restes d’une œuvre de Banksy (on en croise plusieurs dans la ville, répertoriées sur Google Maps, avec touristes qui se prennent en photo devant – why ?). Dans la rue d’à côté, un exemple parfait de ce que peut être l’humour anglais (oui, ils ont osé) :

La balade se poursuit vers Shoreditch, zone réputée pour héberger Calooh Callay – l’un des meilleurs bars à cocktails du pays, vérifié et approuvé – et surtout quantité d’œuvres de street art (on a le droit aux anglicismes dans cet article, c’est Londres. En chemin, on passe devant un café dédié aux cyclistes ou des galeries d’art qui invitent à sonner pour entrer. Un peu perturbant pour les timides.

A part le cocktail, le gros avantage de ces activités, c’est leur gratuité. Aussi le cas de nombreux musées londoniens. Certains originaux (le musée du jouet, avec tout un village de maisons de poupées) ou les plus prestigieux comme le musée d’histoire naturelle et son squelette de dinosaure géant voire le fabuleux centre d’art contemporain (Tate Modern), ancienne usine aux volumes impressionnants, offrant une vue imprenable sur la ville et les apparts alentours depuis son dernier étage. Plus confidentiel, toujours dans le domaine de l’art, Whitechapel Gallery mérite une visite avec une chouette expo musicale et une autre autour de la culture LGBTI+ (notamment un immense mur de flyers de soirées toutes plus dingues les unes que les autres).

Il est temps de manger… et accessoirement de dépenser quelques livres. Direction Old Spitalfields Market, tout près de la City, moins célèbre que Borough Market de l’autre côté de la Tamise mais loin d’être inanimé avec sa partie dédiée aux repas sur le pouce, et une autre pour les fringues. A l’extérieur, une série de food trucks dont celui qui nous intéresse le plus : The Duck Truck (Duck = canard), avec un burger de palmipède, des frites super croustillantes, de l’eau vendue dans une canette (plus facilement recyclable). Le tout peut se manger tout près, dans un kiosque animé par des petits concerts. Mélange de touristes et de salariés du coin dans une ambiance cool.

Toujours plus de tours à Londres...
Toujours plus de tours à Londres...
61584106_298139414452822_8440244274380931072_n

INSOLITE :

A Tours certains commerçants n’acceptent que le liquide, à Londres beaucoup de boutiques indiquent qu’elles ne prennent que la carte.

On a fait plusieurs autres expériences culinaires à Londres, dont des glaces parfaitement vegan dans une boutique de Soho. Honnêtement on ne nous l’aurait pas dit, pas sûr qu’on ait fait gaffe. On peut aussi vous conseiller de passer votre dimanche au marché Canopy, avec des produits artisanaux (vin et bières anglaises, tartes cheddar-butternut, churros, chocolats bean to bar – directement transformés par les artisans – ou t-shirts à l’esprit très britannique. Et puis ne manquez pas de vous arrêter prendre des donuts (à Old Spitalfields Market, par exemple) ainsi qu’un english breakfast matinal avec les œufs as you like, bacon, saucisses et sauce barbecue (non, ce n’est pas de la confiture).

Londres au bord de l’eau…

Pour digérer tout cela, une grande balade vous fera du bien, par exemple le long de la voie verte Jubilee qui longe le canal reliant l’Est de Londres au très célèbre quartier de Camden (avec sa statue d’Amy Winehouse). Une randonnée au calme au bord de l’eau, le long des péniches. En chemin, faites une incursion dans le quartier de Broadway, une mignonne rue commerçante. Et en redescendant observez les photos accrochées sous le pont. Une exposition de rue particulièrement insolite.

Jusqu’ici, notre itinéraire a évité les principales attractions de Londres, parce que cette ville va bien au-delà d’Hyde Park, de Big Ben (en travaux donc à moitié cachée) et de la relève de la garde. Tout de même, on suggère une incartade dans la cathédrale St Paul (où l’on peut entrer gratuitement au moment des offices religieux), une marche sur les bords de la Tamise et une visite du pittoresque magasin Liberty (avec atelier de confection de robes ou objets hors de prix).

Pour sortir des échoppes classiques et standardisées d’Oxford Street, flânez plutôt du côté de Cannaby Street, vous déboucherez ensuite sur Covent Garden. Côté événements : festival street food chaque samedi à Shoreditch, festivals très réguliers dans les nombreux parcs de la ville, concerts – souvent classe – dans des sous-sols plus ou moins improbables, ou encore manifestations dédiées à la bière. Impossible de s’ennuyer. Mais comme vous êtes dans une ville touristique, pensez à réserver certaines activités comme le Sky Garden, un bar verdoyant et hype avec vue sur la ville

Devinez la valeur de cette soucoupe :

A – 5,5£, le prix moyen de ce genre d’objets
B – 25£, on est à Londres, ça se paye
C – 100£, mais j’y crois pas ce serait fou

(Oui, c’est la réponse C).

Cette œuvre de street art est exclusivement réalisée avec des tickets à gratter.
Cette œuvre de street art est exclusivement réalisée avec des tickets à gratter.
On fait des rencontres étonnantes dans cette ville...
On fait des rencontres étonnantes dans cette ville...
Joies de l'architecture typique de Londres.
Joies de l'architecture typique de Londres.

Une fois que vous aurez fait tout ça, autorisez-vous quelques trajets en bus ou en métro, toujours charmant. L’Oyster Card rechargée avec la somme de votre choix est débitée en fonction de vos trajets (en 3 jours, à peine 10£, le surplus peut se conserver pour une prochaine fois). Alors montez au 1er étage des bus à impériale et priez pour ne pas tomber, comme nous, sur un homme assis à la meilleure place (tout devant, face à la baie vitrée) en train de pioncer et ronfler comme un bienheureux. Du pur gâchis.

Budget, le verdict :

Avion : 20€
Train, métro et bus à Londres : 47€
Hébergement : 70€
Nourriture et boissons pour 3 jours : 130€
Concert : 11€

Total : 278€

Print Friendly, PDF & Email