ChroniquesChroniques-Société

Signes des Temps #99 Charmant épouvantail à Rochecorbon

Le pitch : « Signes des Temps » ce sont des images chassées par notre journaliste Laurent Geneix dans les rues, les bâtiments et les chemins de la Touraine ; des traces laissées par l’Homme pour l’Homme, parfois très claires, parfois très floues, violentes, commerciales et/ou drôles, mais toujours signifiantes – que ce soit grâce à des mots, des dessins ou des symboles – et potentiellement visibles par tous.

20170514_210716

Charmant épouvantail, belle horreur, peur magnifique… ô oxymore ! Figure de style toujours aussi fascinante, d’autant plus quand tu prends forme dans le réel plutôt que de te cantonner à la littérature.

Inventé pour épouvanter les oiseaux (nous savons depuis longtemps que les animaux ressentent la peur, mais ressentent-ils vraiment sa variante sophistiquée qu’est l’épouvante ?), l’épouvantail a un temps semblé passé de mode, mais à une époque où on invente mille trucs connectés qui nous déconnectent de plus en plus de notre environnement (c’est le passage vieux con réac habituel de cette chronique), il est plutôt rassurant de voir que des gens passent du temps à continuer à fabriquer ces choses simples et terre-à-terre, parfois avec beaucoup de talent.

Dans le cas présent, il est difficile à croire que cette présence humaine gracieuse puisse faire fuir le moindre oiseau, mais on peut en revanche imaginer que la technique est différente et qu’on nage du coup en pleine innovation : les oiseaux n’ont pas du tout envie de piquer le moindre truc du jardin de quelqu’un qui a l’air aussi sympathique. La créatrice ou le créateur de cette chose ferait ainsi le pari du sentiment de culpabilité chez l’oiseau, s’étant peut-être aperçu les années précédentes que mettre des bonhommes hirsutes et mal sapés ça mettait les volatiles en colère et que du coup, ils redoublaient d’envie de saccager le champ ou le jardin concerné.

Si vis pacem, este bella.

Un degré en plus

> Retrouvez toute la collection des «Signes des Temps» en cliquant ici.

Print Friendly, PDF & Email