Société

Signes des Temps #83 Sale bête rue Briçonnet

Le pitch : « Signes des Temps » ce sont des images chassées par notre journaliste Laurent Geneix dans les rues, les bâtiments et les chemins de la Touraine ; des traces laissées par l’Homme pour l’Homme, parfois très claires, parfois très floues, violentes, commerciales et/ou drôles, mais toujours signifiantes – que ce soit grâce à des mots, des dessins ou des symboles – et potentiellement visibles par tous.

DSC_4214

Même si on a la chance de vivre dans un pays en paix (profitons-en, parce que ça sent sérieusement le cramé quand même), il est toujours préférable d’être méfiant et de vivre dans la peur permanente. Car certes l’adage raconte que la peur n’évite pas le danger, mais mieux vaut flipper sa race quand même : ça donne des voix aux politiciens réacs et ça fait tourner l’industrie pharmaceutique.

Bref, on s’égare. Dans le Vieux-Tours comme ailleurs, on te conseille de lever la tête quand tu te balades, on ne sait jamais. L’autre jour justement, on était avec des étudiants de L1 socio qui séchaient les cours (une espèce en voie de développement, on vous le dit, investissez dès maintenant) et d’un coup, l’un d’entre eux s’est écrié «attention !» et tout le monde s’est barré dans plein de directions. On s’est retrouvés tout seul comme des cons , on a levé les yeux et on a vu cette espèce de chien griffu et moussu à quelques mètres de hauteur.

Pas de quoi fouetter un chat. Il fait partie de cette faune lapidaire qui grouille dans la capitale tourangelle et nous observe depuis des lustres l’air goguenard, voire vaguement menaçant. La légende – tenace parmi les fumeurs de cannabis en voie de légalisation – raconte que le président de l’Université himself aurait fait placer des mini-caméras dans les yeux de certaines gargouilles et autres décorations animales proches des Tanneurs, et ce afin de pister les glandeurs de compétition.

Une autre légende colportée cette fois-ci par des étudiants bac +12 atteints du syndrome «Tanguy de la Fac» raconte même que chaque année l’étudiant le plus glandeur de sa promo disparaît mystérieusement et serait transformé en animal de pierre, collé sur une façade du Vieux Tours. Hypothèse corroborée par le fait que dans le nom «Tours», il y a «ours».

Et ouais.

Un degré en plus

> Retrouvez toute la collection des «Signes des Temps» en cliquant ici.

Print Friendly, PDF & Email