Société

Signes des Temps #77 Encore un Lapin rue Nationale

Le pitch : « Signes des Temps » ce sont des images chassées par notre journaliste Laurent Geneix dans les rues, les bâtiments et les chemins de la Touraine ; des traces laissées par l’Homme pour l’Homme, parfois très claires, parfois très floues, violentes, commerciales et/ou drôles, mais toujours signifiantes – que ce soit grâce à des mots, des dessins ou des symboles – et potentiellement visibles par tous.

photo-0407

Si vous faites partie de nos (chiens d’in) fidèles lecteurs, vous n’êtes pas sans savoir que le lapin est un animal récurrent dans cette chronique (c’est au moins le 3e en 77 épisodes, soit un lapin toutes les 25,66 semaines, soit plus de 2 par an quand même), à croire qu’il pullule dans les rues de Tours ou qu’il hante nos cerveaux malades de journalistes animaliers ratés, errant par défaut dans la presse locale généraliste.

Littéralement happés par ce vêtement dans une vitrine de nos Champs-Elysées locaux (bah quoi ? pourquoi tu rigoles ?), nous nous sommes arrêtés net au milieu du grouillement du samedi après-midi. Oui, parce qu’il faut vous dire que, comme beaucoup de gens qui disposent de temps en semaine pour faire leurs courses, on préfère nous aussi quand même aller communier avec les cartes bancaires de nos prochains le samedi après-midi, que voulez-vous, on existe comme on peut !

Bref, ce fut le coup de cœur, le coup de massue, le coup de foudre, le coup du lapin. Nous nous voyions déjà cocooner tout l’hiver dans cet apparat, mais aussi faire les 10km de Tours en septembre 2017, débarquer dans cette divine tenue le 24 chez belle-maman à table (tout nu dessous bien entendu, c’est le genre d’accessoire qu’il serait blasphématoire de porter avec des sous-vêtements).

Pour 39,99 euros la porte du monde animal urbain et de l’insouciance s’ouvrait à nous comme jamais : retour à l’enfance, entrée gratuite et succès assuré dans les soirées coquines du Tours chic, confort, chaleur, carrot cake à volonté en dessert au réveillon, caresses incessantes sur la combinaison du matin au soir et dessous du soir au matin.

Comme quoi, le bonheur réside bien dans la société de consommation, contrairement à ce que les rebelles que vous êtes semblent penser.

Un degré en plus

> Retrouvez toute la collection des «Signes des Temps» en cliquant ici.

Print Friendly, PDF & Email