Société

Signes des Temps #65 Art abstrait à Lulu Park

Le pitch : « Signes des Temps » ce sont des images chassées par notre journaliste Laurent Geneix dans les rues, les bâtiments et les chemins de la Touraine ; des traces laissées par l’Homme pour l’Homme, parfois très claires, parfois très floues, violentes, commerciales et/ou drôles, mais toujours signifiantes – que ce soit grâce à des mots, des dessins ou des symboles – et potentiellement visibles par tous.

photo-0452

Même si le mini-golf est pour les vrais golfeurs ce que les rillettes du Mans sont pour les amateurs de rillettes de Tours, on assume pleinement cette petite hérésie estivale, ce plaisir pas cher (et éventuellement solitaire) qui te donne l’impression d’être à Truc-les-Bains alors que tu n’es qu’à Rochecorbon-sur-Loire.

Variante ludique bétonnée (et colorée) de l’après-midi sur la plage, le parcours de mini-golf c’est toujours une espèce de condensé de nostalgie de l’été, étape nécessaire de ton séjour au camping où le trio sacré «soirée karaoké/concours de pétanque/mini-golf» te permet d’être sûr que t’es bien en vacances, et dans un endroit top moumoute et que même si tu n’as toujours pas de Rolex au poignet, tu n’as pas du tout raté ta vie.

Alors que Tonton Robert commence à parler mal à sa bonne femme (oui, oui, il n’a pas de femme Tonton Robert, il a une «bonne femme») parce qu’il en est à 30 coups cumulés au bout du 4e trou alors qu’il voulait se la péter devant toute la famille pour terminer ses vacances en beauté, toi ton regard divague vers la belle touriste allemande qui ricane au trou numéro 12 et tu te dis que tu pars demain et que t’as toujours pas pécho au bout de 3 semaines, comme l’été dernier d’ailleurs et les cinq d’avant aussi. La nostalgie t’engourdit, et super inspiré par l’esthétisme hors-norme des déco des trous, tu te demandes dans un grand élan lyrico-littéraire qui te prend aux tripes si finalement la Vie n’est pas qu’un immense parcours de mini-golf, tout ça, tout ça.

Et là, alors que tu entends en fond sonore les valses musette de la guinguette, tu te dis que finalement, dans le genre «sublimation de la misère sexuelle estivale récurrente», il n’y a pas mieux qu’une bonne vieille partie de mini-golf. Parce que ça détend vachement, que c’est du luxe de dépenser de la thune pour jouer à un truc aussi inutile qu’interminable. Truc que tu décris toujours en société comme étant naze afin de ne pas passer pour un boloss, alors qu’en fait tu trouves que c’est pas si mal, comme sport.

Un degré en plus

> Retrouvez toute la collection des «Signes des Temps» en cliquant ici.

Print Friendly, PDF & Email