Société

Signes des Temps #52 Sado-masochisme rue Blaise Pascal

Le pitch : « Signes des Temps » ce sont des images chassées par notre journaliste Laurent Geneix dans les rues, les bâtiments et les chemins de la Touraine ; des traces laissées par l’Homme pour l’Homme, parfois très claires, parfois très floues, violentes, commerciales et/ou drôles, mais toujours signifiantes – que ce soit grâce à des mots, des dessins ou des symboles – et potentiellement visibles par tous.

Photo-0606(1)

«Appel du pied, appel au secours, appel à la non-anarchie, anti-Aucard 2015 qui clamait «Ni Dieu, ni Maître», anti-Aucard 2016 qui clamait «Ni Dieu, ni Crue de trois mètres» et m’insultait indirectement en maudissant ce «temps de chien», comme si j’y étais pour quelque chose. Contre-courant de pensée, triomphe du SM face à la cruauté croissante du Monde : quitte à souffrir, autant le faire en toute connaissance de cause et à un moment choisi.

J’attends mon maître. J’ai même scellé un anneau au mur pour qu’il m’y attache et fasse de moi ce qu’il veut, au vu et au su de tous les Tourangeaux. Je passe cette annonce, je passe commande au marchand de plaques, ça me coûte 13,40 €, l’anneau environ 8 euros : en gros pour 20 euros (le prix de quelques boîtes de César), je me réserve un avenir plein d’espoir. Pourquoi s’en priver ?

J’attends mon maître, j’attends mon Macron, j’attends mon Mélenchon-Montebourg, j’attends ma Maréchal-Le Pen, j’attends mon Juppé-Fillon-Le Maire, j’attends mon Dimitri Payet, j’attends mon messie ou mon Lionel Messi, et s’il doit être local, j’attends mon Thibault Coulon, mon Christophe Bouchet, mon Jean-Patrick Gille ou ma Céline Ballesteros (je vais d’ailleurs me faire faire une seconde plaque «J’attends ma maîtresse», on ne sait jamais) ; j’attends mon Dieu peut-être puisqu’il paraît que ça a à peu près le même goût qu’un Maître et que c’est juste un soupçon plus flou et insaisissable. Je m’attends à tout, j’étudierai toute proposition.

De mon lieu choisi de torture je pourrai voir passer le tram, du premier jusqu’au dernier, et peu m’importe qui m’infligera ma délicieuse pénitence car le Gambrinus pourra me ravitailler en mousse et les nombreux passants me caresseront en passant.

Premier animal au Monde à s’exprimer de la sorte, extrémiste de la recherche d’adoption, je fais passer la SPA pour une boutique obscure où – en théorie – les gens viennent pour prendre une bête qui aura un autre programme que celui d’être attachée à un anneau toute la journée. J’écrase la concurrence : je fournis le matériel en pleine rue, aucun besoin de montrer patte blanche, essai gratuit, le premier qui se présente et m’attache ici a gagné, maître non expérimenté accepté, je suis tellement aux abois qu’un demi-maître de 50cm de haut pourrait faire l’affaire, wouf, wouf, wouf.»

Un degré en plus

> Retrouvez toute la collection des «Signes des Temps» en cliquant ici.

Print Friendly, PDF & Email