SociétéSport

Signes des Temps #51 Tchèques sur la ville

Le pitch : « Signes des Temps » ce sont des images chassées par notre journaliste Laurent Geneix dans les rues, les bâtiments et les chemins de la Touraine ; des traces laissées par l’Homme pour l’Homme, parfois très claires, parfois très floues, violentes, commerciales et/ou drôles, mais toujours signifiantes – que ce soit grâce à des mots, des dessins ou des symboles – et potentiellement visibles par tous.

Photo-0647

Tours vient encore de rater le coche et va rester «la belle endormie» : si seulement on avait reçu l’équipe d’Angleterre, on aurait pu se marrer un peu ! Même si les supporters restent évidemment dans les villes des matches et ne savent généralement même pas situer sur une carte la ville où dorment leurs idoles, on se plaît à imaginer des hordes de hools en train de niquer en deux jours les stocks cumulés de Loirette, Turone, Thélémite et Loère, faisant exploser aussi sûrement le chiffre d’affaires de nos petits brasseurs locaux que la tronche des supporters du TFC ou des Bleus, ou summum du punchingballisme britannique, des deux à la fois.

Non, nous avec notre douceur tourangelle, on se contente des Tchèques, peuple placide et équipe tout à fait honorable, 30e au classement FIFA coincée entre la Russie et les Etats-Unis (belle métaphore historique, remember août 1968), qui s’offre le luxe de ne se prendre qu’un seul petit but au premier tour face à l’Espagne et s’est bouffé les Pays-Bas pendant les qualifs.

Attrapée au vol, cette BMW «Corps diplomatique» garée à l’entrée de la Guinguette de Tours-sur-Loire la semaine dernière, pour une introduction au savoir vivre local, un jour – coup de bol – où la pluie avait pris une petite pause et le thermomètre un coup de pied aux fesses : subterfuge météorologique piloté par l’Adjoint au Rayonnement et aux Rayons de Soleil pour faire croire l’espace de quelques heures aux officiels tchèques qu’on peut vraiment boire des coups sur les bords de Loire entre mai et septembre.

Tours Tech, Tours Tchèque, et Tours Check aussi, puisque Serge Babary en accueillant la délégation sur le tarmac de l’aéroport a décidé d’abandonner la traditionnelle poignée de mains pour une succession de joyeux et sonores poings contre poings, savamment orchestrée en amont pendant des semaines par les services protocoles des deux pays, avec séances d’entraînement à l’appui. Ambiance lol et bon enfant qui pourrait dégénérer un peu si on les rencontre en quart de finale ou en demi, ou en finale, mais là c’est un peu trop compliqué de savoir à quel moment ça pourrait arriver (on vous renvoie à cet imbuvable article d’un mathématicien-polytechnicien très inspiré).

Un degré en plus

> Retrouvez toute la collection des «Signes des Temps» en cliquant ici.

Print Friendly, PDF & Email