Société

Signes des Temps #38 Des rats et des quéquettes à la Fac de Tours

Le pitch : « Signes des Temps » ce sont des images chassées par notre journaliste Laurent Geneix dans les rues, les bâtiments et les chemins de la Touraine ; des traces laissées par l’Homme pour l’Homme, parfois très claires, parfois très floues, violentes, commerciales et/ou drôles, mais toujours signifiantes – que ce soit grâce à des mots, des dessins ou des symboles – et potentiellement visibles par tous.

Photo-0599

Même si en terme d’humour potache ultra-léger elles n’arriveront jamais à la cheville des classes prépa scientifiques, les associations étudiantes des Tanneurs se défendent quand même pas mal. Adeptes de sociologie tout terrain no limit, nous avons enfilé masque à gaz, gilet pare-balles et tenue de combat pour aller fouiner du côté du vivarium des Tanneurs qui accueille différentes structures aux noms aussi obscurs que vaguement évocateurs.

Cette image volée est la seule rescapée de notre périple, et même qu’on a failli se faire gauler. Alors voilà : l’habitat de l’étudiant de lettres-sciences humaines se compose de tables, de chaises, d’un canapé, et donc de nombreux rats en peluche (la métaphore nous échappe) et surtout de ce magnifique zob en plastique posé dans un bocal en verre (la métaphore nous laisse sans voix). Le rat au premier plan tient entre ses pattes une canne à pêche qui pourrait accessoirement lui servir à attraper la quéquette qui est dans le bocal, mais là, côté interprétation symbolique ou figure de style, désolés on jette l’éponge.

Pourtant très active, la Shat (Société des Historiens de l’Art de Tours) ne semble pas s’émouvoir outre mesure de la présence sous son nez (si l’on peut dire) de nuisibles dans sa Casa (Corporation des Apprentis Sociologues et Anthropologues, sic!) et reste allongée tranquille sur son radiateur. On imagine aisément en revanche ce à quoi la Shat doit s’adonner pendant les longues soirées d’hiver en compagnie de ce charmant compagnon enbocalisé, mais ceci relève davantage du domaine de la littérature que de celui des sciences, fussent-elles humaines. Ce qui d’ailleurs nous questionne, au passage : comment des littéraires et des scientifiques cohabitent (et ceci est bien un verbe du premier groupe et non le nom d’une asso d’étudiants de médecine particulièrement inspirés) ?

On vous passe les détails sur les autres acronymes et nymes tout courts  plus ou moins compliqués qui sévissent par ici, mais on a quand même envie de vous dire qu’il y aurait selon différentes sources concordantes une association culturelle qui s’appelle La Vaginale. Comme quoi, comme disait ma grand-mère, «la culture mène à tout». Il y a aussi les «Sons du Sous-sol», asso qui vise à «dynamiser les activités culturelles dans la ville de Chartres» (le premier qui rigole ou qui se demande quel est le rapport avec la Fac de Tours a perdu), à ne surtout pas confondre avec les «Cons du sous-sol» qui serait le surnom donné à certaines filières par d’autres filières jalouses (parce que oui, mesdames et messieurs, c’est assez décevant venant de cet «océan de savoir», on en convient, mais à la fac comme ailleurs, on est toujours le con de quelqu’un). Mais bon, ce ne sont que de sales rumeurs vraisemblablement invérifiables, et on n’est pas là pour foutre la merde non plus, hein.

Voilà, voilà, après cette brève incursion dans la faune et… heu… la faune de la Fac des Tanneurs, malgré notre beau Master en Patrimoine Naturel et Biodiversité, il faut bien se rendre à l’évidence : la vie nous réserve encore de nombreuses surprises.

 Un degré en plus

 > Retrouvez toute la collection des «Signes des Temps» en cliquant ici.

 

Print Friendly, PDF & Email