SociétéChroniquesChroniques-Société

Signes des Temps #231 : Le visage de la rue

 

Le pitch : « Signes des Temps » ce sont des images chassées dans les rues, les bâtiments et les chemins de la Touraine ; des traces laissées par l’Homme pour l’Homme, parfois très claires, parfois très floues, violentes, commerciales et/ou drôles, mais toujours signifiantes – que ce soit grâce à des mots, des dessins ou des symboles – et potentiellement visibles par tous.

Elle a des cheveux longs qui descendent bien en dessous des épaules, le regard incomplet, obstrué par des yeux mi-clos. On distingue mieux sa bouche aux dents régulières mais légèrement espacées. L’expression du visage laisse transparaître une émotion intense au moment où il a été figé, peut-être de la colère dans une rue qui abrite des locaux syndicaux et où l’on se réunit donc régulièrement pour préparer des manifestations revendicatives.

Elle est là dans la rue, les traits marqués, la tête haute, tournée vers le sud. Elle dégage de la force, elle suscite l’attention. Quelle tonalité aurait le son de sa voix ? Sûrement forte et claire, qu’on reconnait au premier mot même dans une foule dense. C’est une femme qui s’exprime sans détour, que l’on écoute et qui convainc.

On ne voit que son visage et ce n’est qu’une première impression. Forcément trompeuse, et qui mérite d’être approfondie. Ce regard inaugural que l’on jette à celles et ceux qui croisent notre route déclenche une multitude de connexions dans le cerveau. Même si notre éducation nous a appris le contraire, on se forge constamment un début d’opinion dont découlent nos réactions lors de premières interactions verbales ou physiques. Quelle place laisse-t-on à l’erreur de jugement ? Dans notre vie, combien de fois se trompe-t-on d’analyse sur une personne après un premier regard ?

Print Friendly, PDF & Email